Cet article a été lu 503 fois.

Rencontre avec Catherine THOMAS-PESQUEUX, qui nous raconte son retour à la compétition en fanfare, avec des victoires sur les dix kilomètres du Plessis-Grammoire, le trail des ragondins, et ce dimanche sous la chaleur avec la course nature de Châteauneuf-sur-Sarthe.

“Après la décision de ne pas prendre le départ du marathon de la Loire, la faute à une contracture au mollet qui est apparue au dernier entraînement de la préparation, il m’a fallu presque un mois pour m’en débarrasser. Les petits bobos, c’est toujours dur de passer à travers quand on s’entraîne presque tous les jours. Pourtant, je reste plus que jamais à l’écoute et l’âge avançant, on devient de plus en plus sage et on évite de trop “tirer sur la machine”. Je suis les conseils d’Eric Senée qui vielle avec beaucoup de bienveillance. Le retour à la compétition s’est effectué, début juin, à Geste, sur quinze kilomètres. J’avais besoin de raccrocher un dossard rapidement, mais que ce fut dur, la chaleur, pas de jambes… Bref, manque d’entraînement en course à pied, il n’y a pas de miracle, le travail paye toujours et quand tu t’arrêtes, c’est cash aussi…

Puis les courses s’enchaînent, le Plessis-Grammoire sur les dix kilomètres, le trail des ragondins, et ce dimanche sous la chaleur avec la course nature de Châteauneuf-sur-Sarthe, quatre victoires qui font du bien au mental, mais je reste lucide, sur ce genre de format, c’est parfois difficile de savoir où l’on en est réellement, rien à voir avec un dix kilomètres route ou le chrono parle de lui-même. Peu importe pour l’instant, c’est le plaisir avant tout, plaisir de retrouver les copains et de partager la bonne bière à la buvette… plaisir de courir sans bobos… L’Été sera sportif aussi, pas question de ranger les running avec en ligne de mire les mondiaux masters à Malaga, avec l’envie d’aller chercher une breloque comme en 2015…”