Rencontre avec Romaric BRETIGNOL, un ancien footballeur qui s’est découvert une passion pour la course à pied. Dans un premier temps, il reviendra avec nous sur son parcours sportif. Puis, il nous parlera de ses entraîneurs et de ses coéquipiers, ainsi que de ses meilleurs souvenirs les plus marquants. Ensuite, il reviendra sur sa saison et sur ses performances. Enfin, il nous expliquera sa préparation en vue de sa future participation au grand raid de la Réunion, la fameuse Diagonale des Fous !

Bonjour Romaric, pour commencer, pouvez-vous, nous présenter votre parcours sportif ?

“Je pratique l’athlétisme depuis cinq ans au club de Saint-Barthélémy-d’Anjou (ASBA), un club constamment en développement avec un nombre de licenciés qui augmente chaque année. Ma passion pour ce sport s’est développée pendant mes années footballistiques, notamment lors de la préparation physique du début de saison avec les tests VMA, qui m’ont fait prendre conscience de mes capacités à courir vite et longtemps. J’aimais aussi regarder les meetings à la télévision. C’est paradoxal, car l’athlétisme est un sport individuel, mais avec un esprit d’équipe et beaucoup d’anciens footballeurs se mettent à la course à pied. C’est un sport avec beaucoup d’exigences, où tu ne peux pas tricher si tu veux avoir des résultats. Cela demande une rigueur au quotidien que cela soit durant les entraînements, mais aussi durant “l’entraînement caché”, c’est-à-dire dans la gestion de l’alimentation, dans l’hydratation et dans le sommeil… J’essaie de prendre du plaisir à chaque fois que je cours, car sans plaisir, le sport n’est rien.”

Quels coureurs ou entraîneurs, vous ont le plus marqué et pourquoi ?

“Noël JAN m’entraîne depuis mes débuts au club, c’est un coach passionné et dévoué, il me connaît par cœur. Il est capable de gérer mon pique de forme à certains moments de la saison pour atteindre nos objectifs. Il y a aussi Christophe JOULAIN qui fait un travail remarquable avec les jeunes. Ces deux personnes sont complémentaires. J’apprends aussi beaucoup auprès de certains coureurs. Il y a Damien GUIHENEUC et Antoine MOINET qui apportent leurs expériences, afin de gérer au mieux les compétitions. Dans ce groupe, nous avons aussi Arnaud GEORGET qui, comme moi, est un ancien footballeur. C’est un gars important dans une équipe, car il a un mental au-dessus de la moyenne et une motivation hors normes. Il est capable de te remobiliser avec des mots justes. D’ailleurs, il me dit souvent “si j’avais tes jambes…” C’est important d’avoir ce type de personne à tes côtés.”

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

“Lors d’un trail, nous avions terminé premier avec Florian ROBERT, l’un de mes coéquipiers d’entraînement. On avait fait la course en se relayant et on s’était dit pourquoi ne pas la finir ensemble. Cela montre aussi que ce sport n’est pas qu’individuel, il y a aussi un esprit d’équipe. Cette année, il y a eu le trail de Bellevigne. On s’est retrouvé dans la même situation avec Mathieu BOSQUET, nous avons franchi la ligne à la première place ex aequo. J’ai dernièrement été invité aux foulées du Gois à Noirmoutier, une course à marée descendante, cela a été une sacrée expérience de courir avec de l’eau jusqu’aux genoux. L’ambiance a été formidable, c’est d’ailleurs le deuxième plus gros évènement de Vendée après “le Vendée Globe”. Il y a aussi les saisons de cross qui sont de bons souvenirs, le cross du Courrier de l’Ouest avec le public venu en nombre, c’est énorme.”

Que pensez-vous de vos performances cette saison ?

“Je dirais que c’est une saison plutôt mitigée, j’avais des objectifs assez élevés et forcément, il peut y avoir de la déception, parfois. Je m’étais fixé d’aller aux championnats de France de cross, mais malheureusement lors de la demi-finale, j’ai vu tout de suite que je n’étais pas en forme, j’ai donc échoué. La deuxième partie de saison a été plutôt satisfaisante avec un record sur le dix kilomètres route et quelques victoires en trail.”

Vous allez participer au Grand Raid de la Réunion, comment vous préparez-vous à cet évènement ?

“Je vais participer au Grand Raid de la Réunion qui se déroulera du 20 au 23 octobre 2022, c’est un ultra trail de 165 kilomètres et 10 000 mètres de dénivelé positif, c’est l’une des courses les plus dures au monde, donc cela promet… J’ai commencé ma préparation depuis deux mois avec des entraînements axés sur le travail de dénivelés, d’escaliers, de gainage et pour varier, je fais des sorties VTT en forêt, j’en profite pour tester le matériel, la nourriture, j’essaie de me mettre en condition réelle pour habituer le corps. Il y a quelques compétitions pour se jauger et être prêt pour le mois d’octobre. Je vais me tester sur l’ultra trail de la Pastourelle (52km et 2700 de D+ en 5h50). Ensuite, dans quinze jours, je participe à l’ultra trail de Luchon, puis fin août, avec celui des Pyrénées. L’ultra trail est une discipline que je découvre. Il n’y a pas que la qualité du trailer qui doit être pris en considération, il y a plein de paramètres qui rentrent en compte pour franchir la ligne d’arrivée de la Diagonale des Fous.”

Pour terminer, avez-vous des personnes à remercier ?

“Je remercie surtout ma femme qui partage ma passion et qui comprend ce rythme de vie. Elle m’accompagne avec mon fils, dès qu’elle le peut pour m’encourager en compétition. Pour moi, c’est une aide fondamentale, car pour performer, il faut être bien mentalement. Je veux aussi remercier le média PassionSports49, c’est toujours intéressant de faire connaître les différents sportifs du Maine-et-Loire, quelles que soient leurs disciplines.”

 

Cet article a été lu 239 fois.