Dans le cadre de la trente-sixième journée de la Ligue 1, Angers SCO recevait les Girondins de Bordeaux dans une rencontre décisive pour le maintien. L’enjeu ne devait pas prendre le pas sur le jeu. Malheur au vaincu. Au final, les Angevins vont profiter des erreurs adverses pour inscrire quatre buts face à des Bordelais, une nouvelle fois, décevants dans le jeu. Avec cette précieuse victoire (4-1), le SCO est maintenant tout proche d’obtenir son maintien en L1. Bordeaux enchaîne une troisième défaite de suite et est pratiquement condamné à la relégation, sauf à travers un miracle.

Avec un certain nombre d’absents de chaque côté, le SCO débute dans son schéma habituel en 5-3-2 avec le retour de Fulgini dans le onze titulaire. Du côté des Girondins, l’équipe de David Guion débute en 3-4-3, avec trois atouts offensifs. Angers est la dix-septième équipe à domicile depuis le mois de janvier et Bordeaux est la pire équipe à l’extérieur. 11 000 spectateurs sont présents au stade Raymond KOPA, dont 300 Bordelais, en cet après-midi ensoleillé.

Angers ouvre le score à la suite d’une grossière erreur défensive adverse.

Les Angevins débutent le match en pressant haut, avec l’ambition de prendre le jeu à leur compte. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour noter l’ouverture du score. Bien lancé en profondeur, Mathias Peireira Lage exploite une sortie hasardeuse de Benoît Costil, le portier adverse, pour servir idéalement Mohamed-Ali Cho, qui n’a plus qu’à ajuster le but vide, après seulement quatre minutes et trente secondes de jeu (1-0, 5e) ! Les Angevins entament la rencontre de la meilleure des manières ! Angelo Fulgini centre côté droit pour Cho, mais Josuha Guilavogui détourne de la tête en corner (9e). A la suite d’une superbe action bordelaise, Gideon Mensah centre pour Rémi Oudi qui reprend le ballon dans les six mètres, mais Anthony Mandréa effectue un énorme arrêt en repoussant du pied, à bout portant (10e). L’égalisation était proche ! Pour son retour en tant que titulaire depuis dix matchs, Rémi Oudin aurait pu donner raison à son entraîneur de lui faire confiance dans ce match décisif pour le maintien. Les joueurs de l’Anjou sont bien en place et très compacts, où toute l’équipe travaille défensivement, ce qui pose des problèmes à leurs adversaires du jour qui manquent de solution dans les transitions de passes, avec un manque d’automatisme qui pourrait déstabiliser leurs adversaires. Nabil Bentaleb tente sa chance des trente mètres, mais Benoît Costil repousse le cuir en corner (25e). Mandréa est attentif avec une belle sortie devant les deux attaquants “blancs”, Rémi Oudin et M’baye Niang, en dégageant d’un tacle autoritaire, loin de son but (28e). Sur un coup franc d’Angelo Fulgini, côté droit, Batista Mendy surgit au point de penalty et, d’une tête rageuse, envoie un missile en pleine lucarne (2-0, 36e). Angers fait le break au bon moment du match et Bordeaux est KO ! Les Scoïstes auront effectué une première période intelligente, puisqu’ils mèneront logiquement de deux buts, à la pause (2-0).

Le match s’emballe !

Les supporters Bordelais sont résignés et abattus, ils n’encouragent plus leur équipe au retour des vestiaires… A l’heure de jeu, David Guion change de système de jeu en effectuant trois changements offensifs en même temps. Marcelo, Oudin et Mensah laissent leurs places respectivement à Kwateng, Hwang et Mara (58e). Cela va s’avérer payant, puisque Bordeaux va réduire le score par l’un de ses remplaçants. Sekou Mara saute au-dessus de la défense adverse et trompe Anthony Mandréa, d’une tête piquée (2-1, 60e). Mais dans la foulée, sur une contre-attaque tout en vitesse, à trois contre trois, Cho sert Stéphane Bahoken dans les six mètres, qui n’a plus qu’à profiter d’une approximation défensive adverse pour pousser le ballon au fond des filets (3-1, 62e). Le match s’emballe avec des occasions de part et d’autre. Auteurs d’une belle débauche d’énergie, Cho et Mendy laissent leurs places à Jokolis et Mangani, pour donner un peu plus de fraîcheur à leur équipe. Double énormes arrêts de Benoît Costil, à la suite d’un face-à-face avec Angelo Fulgini, qu’il dévie du pied, la trajectoire du ballon, puis il effectue une superbe manchette sur une tentative de Nabil Bentaleb, d’un tir puissant à l’entrée de la surface de réparation (75e). Longue passe en profondeur sur le côté gauche, pour le capitaine scoïste monté aux avant-postes, Ismaël Traoré, ce dernier centre au point de penalty, Mathias Pereira Lage profite d’une passivité défensive déconcertante bordelaise, pour surgir et inscrire un quatrième but angevin (4-1, 90e). Le score n’évoluera plus.

Angers aura bien maîtrisé le match, en y ajoutant une touche de spectacle, pour le plus grand bonheur des 11 000 spectateurs. Mathématiquement, il faudra attendre le match en retard de l’AS Saint-Etienne (barragiste), en déplacement à Nice (mercredi), mais le maintien est pratiquement acquis pour les joueurs de Gérald Baticle. Les Bordelais auront été, encore une fois, décevants et plongent plus que jamais vers la Ligue 2, à moins d’un miracle.

Les réactions d’après-match :

Gérald BATICLE (entraîneur d’Angers SCO) : “Aujourd’hui, il y avait deux enjeux. On voulait gagner pour nous rapprocher du maintien, mais aussi pour retrouver le goût de la victoire à domicile, qui nous fuyait depuis quelques matchs. L’enjeu était très important. Cette semaine, à l’entraînement, j’avais parlé de l’énergie de l’enjeu. Nous avons mis les ingrédients pour gagner ce match, en étant aussi solides défensivement. L’objectif était de donner des repères, des principes de jeu et d’éviter les crispations. On avait décidé de démarrer fort le match, pour se mettre dans les meilleures conditions possibles. Lorsque Bordeaux a réduit le score à 2-1, on ne sait pas démobilisé et on est resté solide mentalement. Inscrire un troisième rapidement, nous a facilité la tâche, pour ne pas douter. Dans le scénario, on a été assez serein. On s’était dit de rester en bloc et de ne pas s’ouvrir à l’adversaire, c’est ce que l’on a fait. La saison a été compliquée dans les résultats avec trop d’erreurs individuelles ou des décisions de l’arbitrage défavorables, mais notre contenu n’était pas forcément mauvais. Il a fallu travailler mentalement pour recréer une dynamique. Pour le maintien, mathématiquement, rien n’est fait, il faut rester concentré et vigilant jusqu’au bout. Mais, il est vrai qu’avec trente-huit points, on se rapproche sérieusement du maintien.”

David GUION (entraîneur des Girondins de Bordeaux) : “Je suis vraiment très déçu, je n’ai pas de mot pour décrire la situation dans laquelle nous sommes. Les matchs s’enchaînent sans trouver les solutions à nos manques. D’entrée de jeu, on se plante le match sur des erreurs individuelles. On n’a jamais su et pu revenir dans le match, pour faire douter les Angevins. C’est difficile à accepter. J’aurais aimé que l’on ressorte de ce match avec plus de certitudes dans notre jeu. On a été en grosse difficulté. Avec nos résultats actuels, il est difficile de penser au maintien, c’est une évidence. Il va falloir diriger cette défaite. Je suis désolé pour nos supporters qui sont venus nous supporter. J’avais beaucoup d’espoir sur ce match et ce soir, je suis très déçu.”

Mathias PEREIRA LAGE (milieu de terrain d’Angers SCO) : “On savait que c’était un match important pour le maintien. On a été solide défensivement et bien place. Sur mon but, les gars ont fait le travail et je n’ai plus qu’à conclure. Ce sont trois points qui font du bien et le maintien est proche. Il faudra bien récupérer et bien terminer la saison, car ils nous restent encore deux matchs à jouer.”

Stéphane BAHOKEN (attaquant d’Angers SCO) : “C’est une victoire qui fait du bien pour le maintien. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas gagné à domicile. On savait que ce ne serait pas un match de football, mais une guerre. On a réussi à dérouler notre jeu. Sur mon but, je suis un peu surpris, car je croyais au hors-jeu, mais au final, le but a été validé, je suis content. Concernant ma relation avec Mohamed-Ali Cho, on s’entend bien sur et en dehors du terrain, on est complémentaire dans le jeu. On a essayé de presser haut, en étant très compact défensivement. On a eu la chance de marquer rapidement, ce qui nous a aidés pour la suite du match. On a réussi à être réaliste, ce qui nous a aidés dans ce match. Cela sent bon le maintien. On va rester concentré sur les deux derniers matchs du championnat, à Metz, puis face à Montpellier. On a été agressif, et solide. Cela nous a donné le plein de confiance. Cela devra nous donner des bases sur nos deux derniers matchs. Je suis étonné de la situation bordelaise, car ils ont vraiment des bons joueurs, mais ils n’ont pas de répondant mental, et des leaders pour stimuler l’ensemble de l’équipe, on a vu des joueurs qui ont baissé la tête, dès les premières difficultés. Après la réduction du score de Bordeaux, on ne s’est pas senti en danger, on a continué à jouer et on a inscrit des buts. Même à 2-1, on ne s’est senti jamais en danger.”

Ligue 1, 36e journée.

Angers SCO – Girondins de Bordeaux : 4-1 (MT : 2-0)

Arbitre : Benoît MILLOT.

Buts : Mohamed-Ali CHO (5e), Batista MENDY (36e), Stéphane BAHOKEN (62e) et Mathias PEREIRA LAGE (90e) pour Angers SCO ; Sekou MARA pour les Girondins de Bordeaux.

Avertissements : Angelo FULGINI (78e) pour Angers SCO ; Josuha GUILAVOGUI (46e), Anel AHMEDHODZIC (56e), Sekou MARA (60e), Javairo DILROSUN (78e) et FRANSERGIO (89e) pour les Girondins de Bordeaux.

Angers SCO : Mandréa, Doumbia, Ebosse, Traoré (cap.), Manceau, Pereira Lage, Mendy (Mangani, 70e), Bentaleb, Fulgini, Cho (Jakolis, 69e), Bahoken (Ounahi, 76e). Remplaçants : Petkovic, Bamba, Taïbi, Kalla, Ninga, Fatar. Entraîneur : Gérald BATICLE.

Girondins de Bordeaux : Costil, Mensah (Mara, 58), Guilavogui (cap.), Marcelo (Kwateng, 58e), Ahmedhodzic, Mangas, Onana (Adli, 65e), Fransergio, Dilrosun, Niang, Oudin (Hwang, 58e). Remplaçants : Poussin, Rouyard, Baysse, Lacoux, Briand, Bakwa. Entraîneur : David GUION.

 

Cet article a été lu 48 fois.