Rencontre avec Jonathan BELOUIN, l’entraîneur-joueur du FC Plessis-Grammoire. Il reviendra sur la difficile qualification de son équipe, en Challenge de l’Anjou, face à l’US Briollay. Il évoquera aussi un fait anecdotique sur l’égalisation du FCPG. Enfin, après une grosse prestation de son gardien de but lors de la séance des tirs au but, il nous donnera son avis et ce qu’il retient de la rencontre.

Bonjour Jonathan, comment avez-vous abordé cette rencontre face à l’US Briollay ?

“Je vais être honnête avec vous, nous ne savions pas grand-chose de notre adversaire du jour. Nous savions qu’ils sortaient d’une saison compliquée, qu’ils étaient descendus en championnat de Départemental 4 et surtout qu’ils avaient gagné (10-0) pour leur premier match.”

C’était un match important pour vous ?

“En effet, ce match était important pour nous, afin de continuer sur notre bonne dynamique et d’entamer une série.”

Pouvez-vous nous résumer le match ?

“Le match commence en cette première mi-temps, nous nous procurons quelques occasions, mais dans le jeu, aucune équipe ne se démarque. A la suite d’un coup de pied arrêté, Briollay va ouvrir le score, après une erreur de prise de balle de notre gardien de but… Nous n’avions pas eu de frayeur avant ce centre. Ensuite et c’est le gros point noir de la journée, je perds mon maître à jouer, mon créateur, mon gars sur qui je peux compter (rire)… Il sort à la suite d’une entorse après seulement vingt minutes de jeu. Cela m’oblige à rentrer sur le terrain faute de remplaçants, ce dimanche. Le seul autre joueur sur le banc était un attaquant. Nous continuons de pousser, mais la mi-temps arrive sur ce score de 1-0 pour Briollay.”

Quel a été votre discours à la mi-temps ?

“A la pause, j’ai demandé aux gars de continuer de répondre présent physiquement et de presser haut.”

Est-ce que cela a porté ses fruits par la suite ?

“Je pense que oui, car nous reprenons le match et nous poussons devant leur but. A la suite d’un beau mouvement, notre grand buteur retrouvé, Samuel, s’en va battre le gardien de but adverse, après une belle course et prise de balle (1-1, 55e). A ce moment-là du match, nous pensons avoir mis une claque derrière la tête à notre adversaire.”

Malheureusement, vous vous faites punir dès l’engagement ?

“Eh oui, malheureusement… Sur l’engagement, deux passes leur suffisent pour envoyer leur très bon numéro 10 qui, de par sa vitesse et sa puissance, s’en va tromper notre gardien de but, d’une frappe croisée (2-1).”

Pourtant, vous étiez prévenu que ce scénario pouvait arriver ?

“Que voulez-vous… (agacé), nous savons que les cinq minutes après un but sont très importantes et pour le coup, nous nous sommes quand même déconcentrés pendant trente secondes, mais bon, nous reprenons le jeu et nous repartons de l’avant en nous procurant de plus en plus d’occasions.”

Parlez-nous de ce fait de jeu, vous concernant ?

“C’est un fait anecdotique, mais suite à des douleurs provoquées par mon handicap, je ne me sens plus en état de courir, de tirer, de sauter et donc de participer au match… Je demande donc à mon adjoint de me remplacer. Deux minutes plus tard, la balle n’étant toujours pas sortie, je continue sur le terrain et suite à un duel de Samuel avec leur défenseur, la balle rebondit aux vingt-cinq mètres et je décide de la reprendre de volée par une frappe sèche et puissante qui vient se loger sous la barre transversale (2-2, 75e). Ce but relève du miracle surtout quand on voit le buteur (rire). Cela aura d’ailleurs été la seule bonne chose que j’ai faite du match… où j’aurais réussi une compilation de tout ce que j’ai toujours demandé à mes joueurs de ne pas faire, mon match a été catastrophique (rire).”

Après votre égalisation, vous avez continué à pousser pour remporter le match ?

“Le changement de joueur a pu se faire et le jeu a ensuite repris. Nous avons poussé jusqu’à la fin en nous procurant pas mal d’occasions en fin de match, mais en ne trouvant pas la faille devant une défense et un gardien de but aux aguets. Nous avons aussi eu un manque de justesse et de précision.”

Tout s’est finalement joué aux tirs au but ?

“En effet, place donc aux tirs au but. Notre gardien de but, Aurélien, sortira une grosse séance en arrêtant deux tirs au but. De notre côté, Léontin Keseru, Enzo, Matthieu et Antoine le grand, réussiront les leurs et donneront donc la victoire au FCPG.”

Que retiendrez-vous de ce match ?

“Le match a été satisfaisant pour ma part. On a réalisé un match correct et surtout, on a rempli l’objectif avec cette qualification pour le prochain tour. Notre adversaire du jour a été une très bonne équipe, puissante et physique avec de très bons joueurs de ballon, ils n’ont assurément rien à faire en championnat de Départemental 4. Ils pourraient jouer le haut de tableau, à mon avis, en championnat de Départemental 3. Je leur souhaite bon courage pour leur saison.”

Challenge de l’Anjou, 1ert Tour.

FC Plessis-Grammoire – US Briollay : 2-2 (tab. : 4-3)

 

 

Cet article a été lu 159 fois.