Rencontre avec Jonathan BELOUIN, l’entraîneur-joueur du FC Plessis-Grammoire. Il reviendra sur l’élimination frustrante de son équipe lors du premier tour de la Coupe de France, face au Ecommoy FC, où ses joueurs ne se seront pas montrés ridicules, malgré l’ampleur du score et des décisions arbitrales contestables… Cependant, la prestation grammoirienne aura été plein d’enseignements pour la suite de la saison.

Bonjour Jonathan, pouvez-vous revenir sur ce premier tour de coupe de France ?

“Ce dimanche, nous recevions un pensionnaire du championnat de régional 3 pour le compte du premier tour de la Coupe de France. J’avais un peu peur du match à sens unique, mais j’avais confiance en mes gars et au fait qu’ils donneraient tout sur le terrain. Mes peurs se sont vite envolées. Durant toute la première mi-temps, nous avons fait plus que jeu égal avec nos adversaires. On a remporté tous les duels, on s’est procuré des occasions, on a alterné le jeu long et le jeu court. En face, ils n’ont pas eu finalement grand-chose, leur jeu était lisible, ils ont fait tourner le ballon derrière avant de déclencher une longue balle dans le dos de nos défenseurs. Cela a été ça tout le match, où ils auront joué sur leur vitesse.”

Vos adversaires ont finalement réussi à ouvrir le score ?

“A la moitié de la première période, ils se sont procurés un coup franc aux abords de la surface de réparation et l’ont transformé par une frappe en poteau rentrant par leur capitaine. Celui-ci en a d’ailleurs profité pour chambrer de manière pas forcément cool et intelligente un groupe de U11/13 du club, qui chantait pour nous encourager tout le match…”

Le score à la pause est plutôt sévère ?

“En effet, nous rentrons à la mi-temps sur ce score plus qu’injuste et j’ai demandé à mes gars de continuer ainsi en deuxième période.”

Vous abordez la deuxième période avec de bonnes intentions, malgré le fait d’être pénalisé par des erreurs de marquage ?

“Oui, c’est vrai, la seconde période repart. Nous avons un peu plus de mal à rentrer dans les premières minutes, mais finalement, on se remet à jouer par la suite. Sur un contre de l’équipe adverse, amené une nouvelle fois sur une longue balle, leur attaquant excentré gauche centre au second poteau, quatre joueurs rouges sont présents dans la zone du ballon, mais personne n’ose y aller, une incompréhension se passe et le seul adversaire, finalement présent dans la surface de réparation, profite de cette erreur de marquage sur sa personne, passe entre les quatre joueurs et dévie le ballon dans le but d’une frappe du plat du pied. C’est dommage, de prendre deux ces deux buts, sur nos seules petites erreurs…”

Vous avez le caractère pour ne pas vous décourager, malgré des décisions arbitrales défavorables ?

“Par la suite, on continue d’attaquer et notre attaquant envoie une lourde frappe en direction du but, leur défenseur central devis celle-ci des deux bras dans sa surface de réparation. Les deux bras sont décollés du corps au-dessus de sa tête, stoppant la trajectoire du ballon… Bref, tout pour signaler un penalty indiscutable, mais grosse stupeur, l’arbitre ne dit rien. Pas de coup de sifflet et pas d’explication, son explication, plus tard, était qu’il n’avait pas vu la main… Il faudrait ne pas nous prendre pour des imbéciles, car il était plus que bien placé sur l’action, tout le stade a vu cette main flagrante et indiscutable, même la boulangère du bourg de la ville d’à côté la vue de sa fenêtre, je pense… mais bon, c’est ainsi, c’est dommage et rageant…”

Ce fait de jeu vous a mis un coup au moral ?

“Ce fait de jeu a fracassé moralement mes gars à 2-0. Ensuite, il restera une vingtaine de minutes à jouer, mais le moral n’y est plus et la fatigue était trop forte pour nous. Nous encaisserons deux nouveaux buts en fin de match sur, je vous laisse deviner, deux ballons longs en contre-attaque, dans le dos de la défense, qui arrivent à bon terme par manque de fraîcheur physique.”

Au final, que retenez-vous de ce match ?

“C’est dommage, car le score est très lourd pour mes joueurs, on ne méritait pas cela. On n’avait plus la force de rivaliser dans les vingt dernières minutes, mais le reste du match a été plus qu’honorable de notre part. C’est quand même une bonne satisfaction. Je suis fier du match de mes quatorze gars et de mes deux coachs suppléants. Je les remercie tous.”

Coupe de France, 1er Tour.

FC Plessis-Grammoire (D3) – Ecommoy FC (R3) : 0-4

 

Cet article a été lu 205 fois.