Rencontre avec Jean-Michel BOURDEAU, l’entraîneur de l’équipe première d’Angers SCA. Entraîneur aux multiples casquettes, il est également à la tête d’une équipe U13 féminine et responsable de plateaux U9. Avec nous, il reviendra sur sa saison avec ses équipes, puis sur ses motivations pour la saison prochaine. Il nous parlera aussi du type d’entraîneur qu’il est, de ses effectifs avec le mercato estival, ainsi que sur la reprise, au début du mois d’août.

Bonjour Jean-Michel, tout d’abord, depuis quand êtes-vous au club et entraîneur de l’équipe première ?

“Je suis arrivé la saison dernière avec un projet sur quatre ans de faire remonter le club en championnat régional. La saison dernière s’est arrêtée à la fin du mois d’octobre à cause du Covid-19. D’un commun accord, on s’est donc dit avec le club que c’était une saison qui ne comptait pas. La première vraie saison, c’était donc cette année. En plus de la catégorie des seniors, j’ai été le responsable de plateaux sur un groupe d’U9 avec une présence aux entraînements les mercredis. Et depuis le mois de février, j’ai pris en charge, en tant qu’éducateur, de l’équipe U13 féminine.”

Sportivement, comment s’est déroulée la saison avec votre équipe seniors ?

“Cela a été une saison un peu mitigée, parce que l’on a eu des résultats en dents de scie. Malgré tout, pour une première saison complète, je suis quand même assez satisfait. On avait un groupe assez relevé, avec une équipe au-dessus du lot, celle de Baugé. Après, je pense que l’on aurait pu faire beaucoup mieux, mais une troisième place, c’est déjà pas mal, cela nous donne un axe de travail pour la saison prochaine. A ce sujet, je peux dire que l’on jouera vraiment la montée. Cette saison, on a été capable de bousculer des équipes de niveau régional ou comme face à Baugé lors du match aller, mais on a perdu des points contre des équipes de bas de tableau.”

Avec vos U13 féminines, comment cela s’est passé ?

“On avait un effectif de douze joueuses, et quasiment 90% de l’équipe commençait le football, cette saison. C’était assez compliqué avec François DELHUMMEAU qui était l’entraîneur en début de saison. Cela n’a pas été facile sur les six premiers mois, parce qu’il a fallu réapprendre le football, faire le travail des U9 avec des filles de douze et treize ans. Le football féminin est aussi différent, donc c’est une adaptation à faire lorsque l’on a l’habitude d’entraîner des garçons. Après le mois de février, il y a eu un déclic des filles qui ont progressé énormément d’un coup. Et cette équipe qui n’avait pas gagné un match jusque-là, s’est mise à gagner des matchs, à faire du beau jeu, à jouer en équipe. Sur la troisième phase de championnat, on a terminé à une très belle place avec plus de victoires que de défaites. Sur deux tournois, on a terminé la compétition à une deuxième place et à une cinquième place, en réalisant de belles prestations. Avant, j’étais adjoint avec le coach et quand j’ai repris l’équipe, j’ai vu des filles motivées, qui prenaient enfin du plaisir et qui ont eu une belle évolution.”

Pour la saison prochaine, continuerez-vous à diriger une équipe féminine ?

“D’un commun accord avec le club, j’ai décidé de repartir sur une saison avec elles, avec une maman d’un des joueurs seniors qui avait envie de se lancer dans le coaching. Je vais la former sur un an, et elle passera ses diplômes en parallèle. Je repars avec, parce qu’au final, j’ai vraiment beaucoup aimé. S’occuper d’une équipe de football féminin, cela apporte autre chose par rapport aux garçons et cela diffère aussi du monde des seniors. Il y a aussi les petits U9 que je vais continuer à m’occuper, la saison prochaine. C’est complètement différent du monde seniors parce que je n’ai pas d’obligation de résultat, mais de progression et de développement des joueurs et des joueuses. Ce n’est pas la même façon de coacher, mon côté éducateur est heureux le samedi avec les U9 et les U13 féminines et mon côté compétiteur est heureux le dimanche avec les seniors.”

Quel type d’entraîneur êtes-vous ?

“Avec les plus jeunes, les U9, c’est vraiment de l’accompagnement, de l’encouragement, du plaisir à donner aux enfants et à recevoir pour qu’ils progressent sans se mettre la pression. Avec les U13 féminines, on monte d’un petit cran même si ce sont des joueuses qui apprennent le football et que cela risque d’être pareil la saison prochaine. J’avais dit aux filles, que je serais assez dur et intransigeant aux entraînements, par contre sur les matchs, que je serais sur le plaisir et l’apprentissage à jouer ensemble. Le plus important sur les plus petites catégories, ce n’est pas le résultat, sauf pour les joueurs, car en tant qu’éducateur, c’est vraiment l’aspect formateur qui prime. Pour la catégorie des seniors, je vais être un peu plus un entraîneur exigeant lors des séances d’entraînement en semaine, et lors des matchs le week-end, et cela toujours dans le respect de l’adversaire et de l’arbitre… Cela a toujours été le mot d’ordre. Il ne faut pas oublier que si l’on ne prend pas de plaisir, c’est inutile de pratiquer le football. J’ai eu des résultats dans les clubs où je suis passé grâce à cela.”

Pouvez-vous nous parler de votre effectif seniors, ainsi que de votre mercato estival ? 

“A ce jour, j’ai des joueurs qui vont nous quitter, car ils ont décidé d’arrêter de jouer au football ou d’autres qui aspirent à jouer à un plus haut niveau, mais malgré cela, il n’y aura pas tant de départs que cela. Donc, j’ai un effectif qui, sur les grandes lignes, va rester identique, mais qui va être renforcé par les joueurs U19 qui vont monter en catégorie seniors et qui ont joué en championnat régional cette saison. D’ailleurs, certains ont déjà fait quelques matchs avec moi, en seniors. A côté de cela, on a des joueurs qui reviennent au club. On a la chance d’avoir un ancien joueur professionnel qui est dirigeant et qui a ses enfants au club, il va prendre une licence pour nous donner un coup de main. J’attends encore quelques recrues sur des postes clés, j’en ai déjà qui ont signé sur l’aspect offensif et défensif. Je vais avoir besoin d’un gardien de but, mais le dirigeant du pôle gardien de but, Saïd NABATI, en a déjà trouvé un. Mais, effectivement, j’attends encore des recrues pour créer plus de concurrence, afin que l’on soit plus compétitif, la saison prochaine. Et puis, pour que mon équipe première soit compétitive, il faut que notre équipe réserve le soit aussi, il n’y a pas de mystères…”

Avez-vous déjà votre programme pour la reprise ?

“On va reprendre les entraînements le mardi 2 août. C’est très tôt parce que je pense que l’on aura un tour préliminaire de Coupe de France, dès le dimanche 21 août. Donc, il faut que l’on soit prêt tôt, puisque le championnat va commencer assez vite à cause de la Coupe du Monde, qui aura lieu en hiver, au Qatar, du 21 novembre au 18 décembre 2022. Il faudra que l’on fasse une très bonne première partie de saison, que l’on retravaille très bien sur la reprise des entraînements, ce qui avait été notre défaut en début de saison dernière. On n’a pas été assez sérieux à la reprise, au mois de janvier dernier, et c’est ce qui a fait en sorte que l’on plonge lors des mois de février et de mars. Je pense que c’est ce qui a joué dans le fait que l’on n’a pas réussi à terminer dans les deux premières places de notre groupe de championnat et qui aurait été synonyme de montée en championnat de Départemental 1. Concernant notre préparation d’avant-saison, j’aurais deux à quatre matchs amicaux en fonction du programme en coupe.”

Pour terminer, avez-vous un message à faire passer ?

“S’il y a des joueurs seniors intéressés par le projet du SCA, avec l’envie d’être compétitif le week-end et de redorer le blason du SCA, ils seront les bienvenues à la reprise. S’ils veulent avoir des renseignements, ils pourront m’appeler avant. On recherche aussi des filles qui sont nées entre les années 2010 et 2012. Si elles sont intéressées, elles peuvent aussi me contacter ou venir au stade dès la reprise, à la fin du mois d’août. Je cherche encore une ou deux joueuses pour étoffer l’effectif. Je souhaite aussi un bon Eté à mes joueurs et à mes joueuses, ainsi qu’à tous les membres du club, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui travaillent bien, il y a de belles choses à faire avec de bons équipements et de bons jeunes. Il faut que l’on continue à travailler ensemble et les beaux jours arriveront très vite.”

 

Cet article a été lu 252 fois.