Damien BRACQ nous raconte son parcours sportif, nous parle des personnes et les souvenirs qui ont pu le marquer. Il nous donne aussi son avis sur l’évolution du basket et sur la future fusion entre l’Étoile d’Or Saint-Léonard et Angers BC. Entretien.

Bonjour Damien, pouvez-vous, nous raconter votre parcours sportif ?

“J’ai débuté le basket au club d’Angers NDC à l’âge de six ans. Puis, j’ai déménagé dans le nord à l’âge de douze ans, où j’ai évolué une saison à l’Olympique de Croix, deux saisons à l’ESB Villeneuve d’Ascq et enfin deux saisons au club de Lille Métropole Basket.”

Vous êtes ensuite revenu sur Angers ?

“En revenant sur Angers, j’ai signé au club d’Angers BC. J’y ai évolué pendant deux saisons, en espoirs et en Pro B. Et depuis vingt ans, je suis au club de l’Étoile d’Or Saint-Léonard.”

Vous n’avez pratiqué que le basket ?

“Oui, je n’ai fait que du basket. J’ai grandi dans une famille de basketteurs et ce sont eux qui m’ont donné la passion pour le basket.”

Quelles sont les personnes qui ont pu vous marquer ?

“Concernant les entraîneurs, je citerais Thierry Chevrier, à l’époque de mon passage à Angers BC. Il m’a apporté sa rigueur au niveau du plan collectif. Et puis, il y a les années avec Christophe Henry, pour l’ensemble du projet. Même s’il a été dans la réussite sportive, je garderais aussi son côté humain.”

Quels sont vos souvenirs marquants ?

“Il y a la saison de la montée en Nationale 1 avec le club de l’Étoile d’Or Saint-Léonard. C’était l’aboutissement d’une cohésion d’équipe et d’une aventure humaine. Je pense que sans avoir eu énormément de talent, on avait réussi à avoir une réussite sportive, dû à superbe cohésion d’équipe. Et malheureusement, aujourd’hui, cela est différent avec l’aspect économique.”

Suivez-vous le sport dans les médias ?

“Je suis l’actualité sportive, mais pas dans sa profondeur.”

Comment voyez-vous l’évolution du basket ?

“A notre niveau, je trouve que les clubs sont de plus en plus structurés. Aujourd’hui, on est sorti du sport amateur pur, via un sport qui se professionnalise, avec des éducateurs diplômés. Et puis l’aspect économique est différent. Je pense que c’est une évolution positive. Le seul point un peu plus négatif, dans les clubs amateurs, c’est souvent le manque d’implication des parents. Ils sont dans une attente, sans forcément s’investir au sein des clubs.”

Justement, comment cela se passe-il dans votre club ?

“Au club de l’Étoile d’Or Saint-Léonard, on exige que les parents s’impliquent aux tâches et dans la vie du club. On a mis des règles en place, qui sont plus ou moins bien respectées. Ce principe est de permettre d’avoir régulièrement des bénévoles de disponibles.”

Quels sont les points attractifs de l’EOSL ?

“Je pense que les personnes extérieures ont une image structurée du club, avec des éducateurs diplômés, où leurs enfants sont bien encadrés. Mais comme je le disais juste avant, on est avant tout dépendant, de l’investissement des bénévoles. Et puis, je tiens à souligner que nous avons 454 licenciés toutes catégories confondues.”

Donnez-nous votre avis, sur la future fusion entre l’Étoile d’Or Saint-Léonard et Angers BC ?

“Pour ma part et niveau de la formation, je pense qu’il faudra commencer par bien structurer la fusion au niveau amateur et au niveau de l’élite, avec un bon encadrement au niveau des jeunes. Au sein du club de l’EOSL, nous avons une section féminine. J’espère qu’elle va perdurer avec la fusion des deux clubs.”

Pour finir, pourquoi avoir voulu être éducateur ?

“Au départ, je voulais être professeur d’EPS et puis avec le temps, les choses ont fait que le club de l’EOSL m’a proposé de devenir entraîneur et salarié du club, chose que j’ai accepté tout simplement.”

Damien BRACQ

Né le 18 Novembre 1975 à Angers

Club actuel : Étoile d’Or Saint-Léonard Basket (éducateur, responsable technique et administratif)

Anciens clubs : Angers NDC Basket, Olympique de Croix, ESB Villeneuve d’Ascq, Lille Métropole Basket, Angers Basket Club.

Cet article a été lu 1657 fois.