Fort d’un riche parcours dans le milieu du football, cet ancien joueur professionnel, souhaite transmettre ses valeurs et son esprit de compétition, à travers son rôle d’entraîneur. Entretien avec Alban GABORIT, actuel entraîneur de l’AS Tiercé-Cheffes Football (DRH).

Bonjour Alban, pouvez-vous nous raconter votre parcours sportif ?

“J’ai débuté le football à l’âge de sept ans et jusqu’à l’âge de quatorze ans, au club de la Roche SO. Ensuite, je suis parti chez le voisin, la Roche VF jusqu’à dix-sept ans, en jouant au niveau National. Puis j’ai signé un contrat de deux ans, en tant que stagiaire professionnel, au club du FC Nantes. J’ai ensuite évolué pendant trois saisons, en division Nationale, au SCO d’Angers, et une saison à Angoulême Charente FC.”

Ensuite, ce fut le retour dans le monde amateur en tant qu’entraîneur – joueur ?

“Oui, en effet, après ma carrière de joueur, j’ai effectué une saison en Division d’Honneur au club du Poiré-sur-Vie Vendée Football. Puis, je suis retourné dans le Maine-et-Loire entraîner le club de Montreuil-Juigné Béné Football, en Promotion d’Honneur, pendant trois saisons. Ensuite, je suis parti à l’Union St Léger St Germain Champtocé de l’Avenir pendant deux saisons. Je suis ensuite retourné un an au club de Montreuil-Juigné Béné Football.”

Pendant votre saison de transition en tant qu’entraîneur, vous avez signé au SC Beaucouzé ?

“Après une année sabbatique en tant qu’entraîneur, j’ai signé une saison en tant que joueur, uniquement, au club du SC Beaucouzé. Ensuite, j’ai entraîné deux saisons au Football Chalonnes Chaudefonds, en Promotion d’Honneur. Et depuis deux saisons, je suis entraîneur, uniquement, de l’AS Tiercé-Cheffes Football.”

C’est aussi votre première expérience d’entraîneur d’une équipe de niveau DRH ?

“Oui, en effet, après onze saisons d’entraîneur, dont huit, en tant qu’entraîneur-joueur, c’est ma première expérience d’entraîneur à ce niveau. Je remercie d’ailleurs le club de m’avoir fait confiance.”

Que retenez-vous de toutes ses expériences ?

“Cela m’a apporté plein de choses dans la mise en place et la gestion tactique. Après mon parcours de joueur professionnel, j’ai dû prendre du recul, car j’ai senti que je n’avais pas le droit à l’erreur en tant qu’entraîneur-joueur. Je me devais de montrer l’exemple. Dans ce parcours, il y a eu du positif et du négatif comme dans toutes les expériences. Malgré cela, ce fut en majorité de bons souvenirs et de bonnes saisons.”

Quels sont les événements qui vous ont marqués ?

“Quand on a la chance de jouer aux côtés de joueurs du FC Nantes, c’est forcément des bons souvenirs. Ce sont d’ailleurs toujours des parcours qui font plaisir.”

Avez-vous des personnes qui ont pu vous marquer ?

“Je citerais des entraîneurs comme Raynald Denoueix au FC Nantes ou Eric Guérit au SCO d’Angers. Ce sont deux profils complètement différents. Raynald est plus un technicien. C’est aussi une personne de droite avec les autres. Eric a plus le côté compétiteur, qui a toujours la hargne, qui ne lâche jamais rien. Ils m’ont apporté, chacun à leur niveau, des savoir-faire dans la gestion humaine, l’exigence, l’aspect tactique et ne jamais rien laisser au hasard.”

Quelle est votre philosophie de jeu et comment vous vous décrieriez ?

“Ce qui m’intéresse avant tout, c’est de faire progresser les joueurs, en leur expliquant mes choix. Je pense être quelqu’un à l’écoute, de présent et de dialogue. Tout le relationnel dans un club est important, et cela dans toutes les catégories. Chacun doit avoir son rôle de défini. Pour entretenir la flamme dans un club, il est important qu’il y ait un esprit d’équipe et la complémentarité est essentielle. C’est ce qui fait que le club atteint ses objectifs ou non, même si tout cela doit être concrétisé par les joueurs sur le terrain.”

Et sur le rôle de l’entraîneur seniors ?

“Je dirais que le responsable de la catégorie seniors se doit de définir la politique sportive du club. Aujourd’hui, l’entraîneur doit s’adapter au public qu’il a en face de lui. Il faut toujours trouver le bon timing avec les joueurs.”

Avez-vous des regrets dans votre riche parcours ?

“En tant que joueur, j’ai un peu le regret de n’avoir pas eu la chance de jouer en Ligue 2, et de ne pas avoir réussi à monter en Ligue 2 à l’époque avec l’équipe d’Angoulème Charente FC.”

Et quels sont vos meilleurs souvenirs ?

“Je pense à la montée avec l’AS Tiercé-Cheffes Football en DRH. Il y a aussi la victoire en coupe de l’Atlantique avec le club de Montreuil-Juigné Béné Football contre l’AS Châtaigneraie Vendée Football. Nous étions à l’époque en PH, alors qu’eux évoluaient en DH.”

Quelles sont vos qualités ?

“Je suis quelqu’un de compétiteur, un meneur d’hommes, honnête, droit, et qui ne lâche jamais rien.”

Et vos défauts ?

“Je dirais, que parfois, je râle un peu trop sur l’arbitrage. Mais j’essaie de progresser de ce côté là avec les années.”

Comment voyez-vous l’évolution du métier d’entraîneur ?

“Il est de plus en plus difficile d’entraîner et de durer à un certain niveau. Il y a une exigence et une remise en question constante. Il y a des cycles. Il faut toujours proposer des contenus intéressants et trouver le discours fédérateur pour toujours concerner les joueurs. Cela permet aussi d’avancer.”

Comment voyez-vous le recrutement de la saison prochaine, en seniors, à l’AS Tiercé-Cheffes ?

“Le but sera de m’appuyer sur les jeunes du club. Il faudra doser les joueurs qui sont déjà en place, avec les joueurs qui seront recrutés. Cela donnera une bonne homogénéité dans la concurrence. Les joueurs en place devront montrer et prouver qu’ils ont leur place pour jouer en équipe première. On se doit d’être toujours dans l’exigence de résultats. On recrutera avant tout sur les valeurs humaines du joueur. Il devra avoir un esprit club et d’équipe. Il faudra que les joueurs en question s’investissent autour et en dehors du terrain.”

Pour finir, avez-vous des objectifs personnels en matière d’évolution ?

Si je me suis investi dans le Brevet d’entraîneur de Football (BEF), à la fin de ma carrière, c’était pour évoluer dans le métier d’entraîneur. Après, je ne me vois pas nécessairement évoluer dans une équipe de haut niveau, car j’ai l’impression que l’on perd une certaine liberté, et moi personnellement, je souhaite la garder. Plus on monte de niveau et plus on donne de l’importance aux résultats, au détriment bien souvent de la qualité de travail et d’investissement. On se sépare d’un entraîneur dès qu’il n’a pas ou plus de résultats. Me concernant ce n’est pas un manque d’ambition, car j’ai toujours joué et entraîné dans le but de gagner. Même si j’ai et j’aurais toujours l’esprit de compétiteur, on est dépendant de la performance des joueurs sur le terrain. Comme je le disais, il faut toujours avoir un discours fédérateur, pour que les joueurs adhèrent. Pour cela, il faut toujours leur donner des objectifs, les motiver, les concerner par un projet de jeu, en quelque sorte les responsabiliser dans leur pratique sportive.”

Alban GABORIT

Né le 27 Août 1977 à la Roche-sur-Yon

Club actuel : AS Tiercé-Cheffes (entraîneur seniors)

Anciens clubs : La Roche-sur-Yon SO, La Roche-sur-Yon VF, FC Nantes, Angers SCO, Angoulême Charente FC, Le Poiré-sur-Vie Vendée Football, Montreuil-Juigné Béné Football, Union St Léger St Germain Champtocé de l’Avenir, SC Beaucouzé, Football Chalonnes Chaudefonds.

Cet article a été lu 3428 fois.