Coupe de France, 2e Tour.

AS Val d’Erdre-Auxence (D2)- ASPPT Laval (D2) : 2-2 (MT : 0-1) – (tab.: 5-4)

Buts : Steven LELARGE (65e et 90e) pour l’AS Val Erdre-Auxence ; (35e) et (80e) pour l’ASPTT Laval.

TAB : Steven LALARGE, Steven OGER, Kévin CHARTIER, Quentin DULONG et Antoine BESSON pour l’AS Val d’Erdre-Auxence.

Le résumé du match de Mickaël JEMIN, l’entraîneur de l’AS Val d’Erdre-Auxence :

“Nous entamons bien le match avec un pressing qui met en difficulté notre adversaire. Kévin Chartier voit sa tête captée par le gardien visiteur. Ensuite, nous avons un contrecoup physique et ASPTT prend le jeu à son compte, mais sans véritable action. Leur jeu long nous met en difficulté et sur un contact anodin dans la surface, l’arbitre accorde un penalty généreux à nos adversaires, qui profite de l’offrande pour ouvrir le score (0-1, 35e). Nous avons du mal à réagir et ASPTT aurait pu se voir accorder un second penalty qui semblait beaucoup plus évident. Mi-temps : 0-1. Nous abordons bien la seconde période, mais nous avons du mal à nous procurer de véritables occasions, nos adversaires souffrent physiquement. Il faut un coup franc excentré pour que Steven Lelarge coupe la trajectoire et égalise logiquement (1-1, 65e). Nous poussons pour prendre l’avantage, mais ASPTT se montre solide défensivement. Sur un temps faible de notre part, ASPTT convertit un coup franc excentré direct (1-2, 80e). Nous poussons pour égaliser et Steven voit sa frappe stoppée par le gardien visiteur, puis un centre de Mattéo Hamon ne trouve pas preneur. Steven Oger voit sa frappe fuir le cadre. Nos efforts sont récompensés sur un corner Steven Lelarge, d’une tête, il égalise à la dernière minute du temps réglementaire (2-2, 90e). Séance de tirs au but. Axel Sécher stoppe le premier penalty de l’ASPTT et nous nous transformons nos cinq penaltys. C’est une belle victoire dans un match où les deux équipes ont eu chacun sa mi-temps, nous revenons deux fois au score et nous l’emportons contre une belle équipe, c’est bon pour la confiance.”

 

Cet article a été lu 331 fois.