Point d’orgue de Tout Angers Bouge, le défi Saint-Maurice a comme d’habitude attiré la foule et les courageux. Hortense Huault-Dupuy et Mehdi Touzgui ont remporté cette édition 2017.

103 marches : tel est le défi que propose chaque année les organisateurs de Tout Angers Bouge. Ces marches, ce sont celles qui mènent à la cathédrale Saint-Maurice. Le but : les gravir le plus rapidement possible. Assez unique en son genre, cette course verticale en effraie beaucoup, mais séduit tout de même quelques téméraires ou ambitieux. Il faut dire qu’il faut un certain courage pour oser s’attaquer à grandes foulées à ce mur qui se dresse devant vous lorsque vous êtes à son pied, sur le quai Ligny. Sans une bonne condition physique, il est difficile de ressortir indemne de la course. La difficulté de l’épreuve réside, certes, en la verticalité du parcours, mais les pavés et surtout l’irrégularité des marches ajoutent des difficultés supplémentaires et un piquant à la course. Face à cela, chacun à sa technique pour franchir ces marches sans exploser au milieu du parcours. Certains optent pour sauter les portions de trois marches du milieu du parcours tandis que d’autres préfèrent au moins y poser une foulée. Mais tous ont du mal à avaler les derniers mètres où les marches se comptent deux par deux, espacées de quelques mètres. “C’est une course complète où il faut allier puissance, fréquence et technique.” disait à l’arrivée François Chiron, demi-finaliste du défi. 

En début d’après-midi, tous les inscrits s’élançaient donc un à un sur les pavés pour rallier la cathédrale et tenter de réaliser l’un des huit meilleurs temps de la journée. Les huit meilleures femmes et les huit meilleurs hommes se donnaient ensuite rendez-vous, deux heures plus tard, pour les demi-finales. Les véritables duels commençaient alors. Huit face-à-face en tout. Le premier temps contre le huitième, deuxième contre le septième, etc. Les vainqueurs avaient ensuite accès aux finales A ou B, ultime baroud d’honneur de la journée. Et à ce petit jeu-là, c’est la jeune Hortense Huault-Dupuy (E2A) qui s’en est le mieux sorti côté féminin. Meilleur temps des séries, elle a ensuite écrasé la concurrence en phases finales pour s’adjuger le titre, se payant même le luxe de réaliser son meilleur lors de la finale (35″91). Chez les hommes, Mehdi Touzgui s’est imposé dans une finale où son adversaire, Guillaume Denieul a chuté à mi-parcours. Heureux de s’imposer pour sa troisième participation, “J’avais fini 2ème il y a deux ans et 4ème l’an passé”, le jeune étudiant en deuxième année à l’IFEPSA a réalisé trois courses régulières (27″49, 27″31 et 27″63) à son plus grand étonnement, “Bizarrement, je me suis senti lourd, c’est peut-être dû au manque d’entraînements. Mais j’ai essayé de mettre pas mal de puissance dès le début et de résister ensuite.“. Dans une course où il est difficile de rester lucide dans les dernières volées de marches, lui n’a pas tremblé pour résister au retour de son adversaire. 

Sans battre les records de l’épreuve, l’édition 2017 a tenu toutes ses promesses et a pu compter sur un public venu nombreux sur le bord des pavés. “On est vraiment porté par le public, c’est une belle ambiance, cela fait plaisir.” témoignait Quentin Brandet, troisième de cette édition. Espérons que les spectateurs aideront, l’année prochaine, le chronomètre à descendre, le record est toujours détenu par le sprinter de l’E2A, Martin Atse, et pour le battre, il faudra avaler les 170 mètres en moins de 25 secondes (25″01).

Palmarès 2017 : 

Féminin : 

  1. Hortense Huault Dupuy : 35″91
  2. Laurie Mull : 37″86
  3. Joséphine Bouyer : 38″23
  4. Anaelle Bergot : 42″97

Masculin : 

  1. Mehdi Touzgui : 27″31
  2. Guillaume Denieul : 26″86
  3. Quentin Brandet : 27″85
  4. Hugo Jarrion : 29″09

 

 

Cet article a été lu 3812 fois.