Angers Athlé a officiellement annoncé cette semaine, l’arrivée au sein du club de Salim Keddar. Ce jeune athlète Algérien, spécialiste du demi-fond, a participé cet été aux JO de Rio et espère bien ne pas s’arrêter là. Rencontre.

Avec le départ de Lisa Gunnarsson cet automne pour le Stade Français, Angers Athlé a perdu sa tête d’affiche n°1. Une perle s’en va, mais une autre arrive tout juste. En accueillant Salim Keddar, le club Angevin réalise un gros coup. Encore assez peu connu dans le milieu du demi-fond, Salim a pourtant déjà réalisé de belles choses, et ce malgré son jeune âge (23 ans). L’athlète algérien a été par trois fois sélectionné en équipe d’Algérie. Détenteur d’un record sur 1 500m à 3’35”92, lui qui n’avait jamais participé à une compétition internationale, a directement été propulsé dans le grand bain en août 2015, lorsque la fédération Algérienne l’a envoyé courir aux championnats du monde de Pékin. Encore inexpérimenté, Salim n’avait pu s’extirper des séries dans une course tactique où il avait notamment couru avec Asbel Kiprop, le champion olympique de 2008 et triple champion du monde sur 1 500m. Un mois plus tard, il glanait une première médaille internationale en obtenant le bronze lors des Jeux Africains à Brazzaville (RDC).

L’été dernier, Salim a décollé pour Rio de Janeiro pour disputer sa première olympiade. Mais avec une préparation non-optimale, il n’a pu faire mieux qu’à Pékin (3’40”63 en séries) et s’est contenté de voir son compatriote et ami, Taoufik Makhloufi, décrocher la médaille d’argent lors de la finale du 1 500m.

Sans regret, Salim a repris le chemin de l’entraînement et n’a surtout pas perdu son sourire. Il a déposé ses valises sur les bords de Maine, cette semaine, pour officialiser sa signature à Angers Athlé. L’arrivée de Salim sur les terres Angevines est avant tout due à des rencontres “Je cherchais une structure et un projet sportif cohérents, j’ai d’abord rencontré Salah-Eddine (Abdi, son nouvel entraîneur) puis Thibaut (Godichon, le président d’Angers Athlé) par l’intermédiaire de Taoufik Makhloufi, et puis j’ai découvert le club.“. En ayant passé la saison dernière en compagnie du groupe de Philippe Dupont (entraîneur de M. Mekhissi), Salim a décidé de changer pour mettre toutes les chances de son côté quant à ses futurs objectifs. Il s’agira d’abord de battre son record personnel sur 1 500m. Ensuite, “l’objectif principal de cette année sera les championnats du monde à Londres début août, Salim essaiera d’entrer en finale” annonce Salah-Eddine Abdi, “mais on pense aussi au long terme et à Tokyo 2020“, “et pourquoi pas une médaille !” s’empresse de compléter l’athlète. Sans pression, le jeune homme ne veut pas non plus brûler les étapes et sait qu’il a tout son temps, et surtout une vraie marge de progression.

Angers démontre une fois de plus sa capacité à attirer des athlètes, les visites régulières de M. Mekhissi ou de T. Makhloufi l’an passé, prouvaient la qualité de la structure du Lac de Maine. Avec la signature de Salim, c’est une autre étape de franchie. “Je ne connais pas encore très bien la ville, mais j’ai déjà senti quelque chose de sympa. Le stade du Lac de Maine possède une bonne piste, le contexte est beau, il y a pas mal d’endroits où je peux aller courir.” Pas encore totalement Angevin, Salim le deviendra, on l’espère, bientôt.

En décidant de ne pas participer à la saison de cross (qui débute dimanche au Lion d’Angers avec le cross départemental), il se concentre totalement sur la piste. Il sera donc difficile de le voir participer à des courses dans les environs, au moins dans un premier temps. “Je serai présent sur Angers principalement dans les périodes creuses, le reste du temps, je serai en stage à Tamanrasset ou à Font-Romeu, ou bien en meeting. Mais mon camp de base reste Angers.“. Une vie de nomade normale pour un sportif de haut-niveau. Cependant, il n’est pas à exclure de le voir faire quelques apparitions en Anjou, “notamment aux Interclubs ou à Carquefou“. 

Des Interclubs que Salim découvrira, au mois de Mai, avec Angers Athlé. Juste le premier tour ? Seulement le second ? Les deux ? Salim ne sait pas encore. “En principe, il sera là pour les deux tours, ce sera une sorte de rodage. Il est vraiment à fond avec l’ambiance du club.” annonce l’entraîneur. Le club l’espère bien, mais tout dépendra de la forme du jeune athlète au mois de Mai. D’ici là, Salim repartira dans la chaleur de Tamanrasset (Algérie) pour continuer sa préparation qui l’emmènera, on l’espère, au sommet de l’Olympe.

Cet article a été lu 3168 fois.