C’est une belle première journée de compétition qui s’est déroulée à Eugene où le soleil a brillé dans le ciel et sur la piste. Quatre des cinq Français engagés lors de l’ouverture des Championnats du Monde d’athlétisme ont réussi à rallier la finale de leur épreuve : Quentin Bigot au marteau, Mehdi Belhadj sur 3000 m steeple, Ninon Chapelle et Margot Chevrier à la perche.

Sous le soleil du matin à Eugene, Quentin Bigot a donné le bon tempo

Les lanceurs de marteau, Quentin Bigot et Yann Chaussinand, ont ouvert le bal de cette première journée des Championnats du Monde. Quentin Bigot, figure attendue parmi les athlètes de l’équipe de France n’a pas failli et s’est qualifié dès son deuxième lancer à 77,95 m pour la prochaine étape, la finale qui se tiendra ce samedi 16 juillet à 12h, heure locale, soit 21h en France. Le Champion de France en titre, et médaillé d’argent des derniers Championnats du Monde en 2019, a hâte de s’élancer à nouveau dans la cage du Hayward Field.

Premier français à s’être présenté sur l’aire de lancer, Yann Chaussinand n’a pu rentrer complètement dans son concours à une heure plutôt matinale pour ce type d’exercice. Avec un deuxième jet à 73,95 m et un troisième qui n’a pu aboutir, le clermontois s’est classé huitième de groupe A lors de ces qualifications et reconnait prendre de l’expérience pour sa première participation en Championnats du Monde.

Trois à la suite pour terminer cette première journée

Il n’aura pas fallu très longtemps, aux trois tricolores engagés ce vendredi après-midi pour décrocher leur ticket pour la finale de leur épreuve. Mehdi Belhadj, quatrième de la deuxième série du 3000 m steeple, s’est qualifié au temps pour l’étape suivante avec un chrono de 8’20’’47. Il dispose désormais de trois jours pour se régénérer après les efforts fournis et tenter de saisir sa chance lors de la finale programmée lundi 18 juillet.

Les deux perchistes françaises, présentes sur le sautoir du Hayward Field, Ninon Chapelle et Margot Chevrier, ont également pris le chemin du prochain rendez-vous en franchissant respectivement des barres à 4,50 m. En seulement deux sauts réussis à 4,35 m puis 4,50 m, l’athlète de l’EA Cergy-Pontoise s’est assurée avec aisance une place pour sa douzième finale mondiale. De son côté, la perchiste du Nice Côte d’Azur Athlétisme a eu recours à trois essais pour franchir la barre similaire et décrocher son sésame parmi les quinze finalistes qui se retrouveront dimanche soir pour un concours qui s’annonce ouvert.

GÉNÉRATION “AMBITION 2024” – ILS SERONT SUR LA PISTE AUJOURD’HUI

Ils ont moins de 25 moins, font partie de la génération “Ambition 2024” et seront en piste ce samedi 16 juillet sur le stade Hayward Field de Eugene pour prendre part à ces 18ème Championnats du Monde en Oregon.

Wilfried HAPPIO – 400m Haies – 23 ans
Champion d’Europe juniors à Grosseto (Italie) en 2017, champion d’Europe espoirs deux ans plus tard à Gavle (Suède), Wilfried Happio est de ceux qu’on a vu arriver de loin sur la scène internationale. Formé au CA l’Haÿ-les-Roses, et désormais licencié au Lille Métropole Athlétisme, le jeune Alto-Séquanais s’appuie sur une belle pointe de vitesse et une technique de franchissement des obstacles déjà affutée. Ses deux titres continentaux chez les jeunes prouvent également sa capacité à répondre présent le jour J. Sélectionné aux Mondiaux de Doha en 2019 et demi-finaliste à Tokyo, Happio a passé un cap lors des derniers championnats de France Elite, en descendant pour la première fois sous les 49’’ en 48’’57. Pour jouer les premiers rôles dans une des épreuves les plus denses actuellement, il devra encore abaisser le chrono.


Just KWAOU-MATHEY – 110m haies – 22 ans
Adolescent, Just Kwaou-Mathey rêvait de participer à la Coupe du monde de football ou de fouler les gazons de la Bundesliga. L’athlète de 22 ans a finalement rendez-vous sur la piste d’athlétisme de Hayward Field, où il disputera son premier grand championnat chez les seniors sur 110 m haies. Dans une des disciplines les plus relevées de l’Hexagone, le sociétaire de l’Évreux AC a tracé son chemin discrètement mais sûrement. Cinquième des championnats d’Europe U23 l’an dernier, champion de France Élite du 60 m haies cet hiver, il est entré dans la cour des grands à Genève début juin avec un solide 13’’30, synonyme de minima mondiaux. Mais c’est surtout lors du meeting de Paris que l’élève de Fabien Lambolez à Poitiers a passé un gros cap, en montant sur son premier podium en Wanda Diamond League (3e) et en bouclant sa course en 13’’27, pour devenir le onzième meilleur performeur français de tous les temps.


Sasha ZHOYA – 110 m haies – 20 ans
Le jeune homme né à Perth en Australie, d’une mère française et d’un père zimbabwéen, en 2002, collectionne depuis quatre ans les records de France chez les cadets et les juniors, dans toutes les disciplines auxquelles il s’essaie. Il a choisi en 2020 de représenter la France en compétition internationale, et a ouvert son compteur de médailles avec de l’or chez les U20 aux Europe de Tallinn (Estonie) puis aux Mondiaux de Nairobi (Kenya), avec à la clé un incroyable record du monde en 12’’72. Son passage chez les seniors était très attendu et n’a pas déçu. Après quelques courses de réglages, il a frappé un grand coup lors des championnats de France en s’imposant en 13’’17. Une performance qui permet au hurdler du Clermont Auvergne Athlétisme à viser haut dès ce premier rendez-vous avec les grands.

 

Cet article a été lu 114 fois.