Une deuxième journée réussie pour les six Bleus en lice ce samedi dans l’Oregon, à l’image de Quentin Bigot, très bon quatrième dans une finale du marteau de haute volée, et d’Alice Finot, qui a dominé sa série du 3000 m steeple en améliorant le record de France de la spécialité. La demi-fondeuse se qualifie pour l’étape suivante, tout comme les quatre tricolores spécialistes des haies engagés ce 16 juillet au Hayward Field.

Une finale de haut niveau pour Quentin Bigot

C’est une finale du marteau du tout meilleur niveau mondial, avec cinq finalistes à plus de 80 m, à laquelle Quentin Bigot a pris part avec brio et dont il termine à la quatrième place. Le Messin a réalisé, ce 16 juillet à Eugene, un concours d’une incroyable régularité avec une performance de pointe à 80,24 m, signant le deuxième meilleur jet de sa carrière. Progressant de championnat en championnat, Quentin Bigot n’a pas à avoir de regret en ayant effectué l’un de ses meilleurs concours et pour lequel il a pris beaucoup de plaisir. « J’avais de super sensations, je savais que j’allais me battre. Quand on lance à son meilleur niveau, on se sent bien. Par exemple, je n’ai jamais fait un aussi bon premier essai. ». À bientôt trente ans, le lanceur de l’Athlétisme Metz Métropole aura encore de nombreuses occasions de regoûter aux joies d’un podium international. Peut-être même dès le mois d’août, à l’occasion des Championnats d’Europe.


Le coup double d’Alice Finot

Sur la piste de l’Hayward Field, Alice Finot a réussi avec succès son entrée en scène pour ses premiers Championnats du Monde d’athlétisme. Au départ de la deuxième série du 3000m Steeple, la française a réalisé une course avec intelligence et engagement qu’elle remporte en 9’14″34. Une première place en série synonyme de qualification pour la finale et un chrono personnel, une nouvelle fois amélioré cette année, qui lui offre un nouveau record de France. La Vice-championne d’Europe du 3000 m en salle s’est désormais fixé un nouvel objectif, dès mercredi prochain lors de la finale, en allant chercher le top 8 mondial.


Les hurdlers au rendez-vous

Ils étaient quatre hurdlers tricolores au rendez-vous ce samedi à Eugene et ce sont tous qualifiés pour l’étape des demi-finales. Seul français en lice sur 400 m haies, Wilfried Happio a assuré la troisième place de la deuxième série en 49’’60. En ayant gardé des réserves, l’athlète du Lille Métropole Athlétisme pourra aborder avec fraîcheur la demi-finale prévue dès ce dimanche.
Sur 110 m haies, Just Kwaou-Mathey n’a guère été plus inquiété, en terminant troisième de sa série en 13’’32, à cinq centièmes de son record personnel. Sasha Zhoya a également rejoint les demi-finales en terminant deuxième de sa course en 13’’48, malgré un échauffement écourté en raison d’un tendon d’Achille douloureux, et une frayeur sur le huitième obstacle, après avoir vu l’Américain Daniel Roberts chuter juste à ses côtés. Enfin, Pascal Martinot-Lagarde a également décroché son ticket pour la suite grâce à une qualification au temps en 13”49 après avoir pris la cinquième place de la première sa série, la plus relevée des cinq au programme du jour. Sans attendre, les trois représentants de l’école française de haies nous donne à nouveau rendez-vous dès dimanche.

Ils ont 25 ans et moins, font partie de la génération “Ambition 2024” et seront en piste ce dimanche 17 juillet sur le stade Hayward Field de Eugene pour ces 18ème Championnats du Monde en Oregon.

Jimmy GRESSIER – 5000m – 25 ans

Le fondeur du Boulogne-sur-Mer AC a longtemps couru après un ballon rond, avec un certain talent. Mais il s’est rendu compte qu’il avait tout à gagner à privilégier les chaussures à pointes aux crampons de foot, lorsqu’il s’est classé quatrième des championnats d’Europe de cross de Hyères-Toulon chez les juniors en décembre 2015, quelques mois seulement après ses débuts athlétiques. Les labours, Jimmy Gressier en a fait sa spécialité en remportant trois titres continentaux consécutifs chez les U23, puis en montant en décembre 2021 sur la troisième marche du podium chez les seniors. A l’aise aussi sur la route, c’est sur piste qu’il s’épanouit aussi désormais. Qualifié en finale du 5000 m à Tokyo, il a remporté la coupe d’Europe du 10 000 m à Pacé au mois de mai et peut prétendre à une finale sur cette dernière distance à Eugene.


Wilfried HAPPIO – 400m haies – 23 ans

Champion d’Europe juniors à Grosseto (Italie) en 2017, champion d’Europe espoirs deux ans plus tard à Gavle (Suède), Wilfried Happio est de ceux qu’on a vu arriver de loin sur la scène internationale. Formé au CA l’Haÿ-les-Roses, et désormais licencié au Lille Métropole Athlétisme, le jeune Alto-Séquanais s’appuie sur une belle pointe de vitesse et une technique de franchissement des obstacles déjà affutée. Ses deux titres continentaux chez les jeunes prouvent également sa capacité à répondre présent le jour J. Sélectionné aux Mondiaux de Doha en 2019 et demi-finaliste à Tokyo, Happio a passé un cap lors des derniers championnats de France Elite, en descendant pour la première fois sous les 49’’ en 48’’57. Pour jouer les premiers rôles dans une des épreuves les plus denses actuellement, il devra encore abaisser le chrono.


Just KWAOU-MATHEY – 110m haies – 22 ans

Adolescent, Just Kwaou-Mathey rêvait de participer à la Coupe du monde de football ou de fouler les gazons de la Bundesliga. L’athlète de 22 ans a finalement rendez-vous sur la piste d’athlétisme de Hayward Field, où il disputera son premier grand championnat chez les seniors sur 110 m haies. Dans une des disciplines les plus relevées de l’Hexagone, le sociétaire de l’Évreux AC a tracé son chemin discrètement mais sûrement. Cinquième des championnats d’Europe U23 l’an dernier, champion de France Élite du 60 m haies cet hiver, il est entré dans la cour des grands à Genève début juin avec un solide 13’’30, synonyme de minima mondiaux. Mais c’est surtout lors du meeting de Paris que l’élève de Fabien Lambolez à Poitiers a passé un gros cap, en montant sur son premier podium en Wanda Diamond League (3e) et en bouclant sa course en 13’’27, pour devenir le onzième meilleur performeur français de tous les temps.


Sasha ZHOYA – 110 m haies – 20 ans

Le jeune homme né à Perth en Australie, d’une mère française et d’un père zimbabwéen, en 2002, collectionne depuis quatre ans les records de France chez les cadets et les juniors, dans toutes les disciplines auxquelles il s’essaie. Il a choisi en 2020 de représenter la France en compétition internationale, et a ouvert son compteur de médailles avec de l’or chez les U20 aux Europe de Tallinn (Estonie) puis aux Mondiaux de Nairobi (Kenya), avec à la clé un incroyable record du monde en 12’’72. Son passage chez les seniors était très attendu et n’a pas déçu. Après quelques courses de réglages, il a frappé un grand coup lors des championnats de France en s’imposant en 13’’17. Une performance qui permet au hurdler du Clermont Auvergne Athlétisme à viser haut dès ce premier rendez-vous avec les grands.

 

Cet article a été lu 113 fois.