Rencontre avec Stanislas REVEILLARD, jeune hockeyeur sur gazon du SCO d’Angers. Il nous présentera son parcours sportif, puis il nous parlera de ses meilleurs souvenirs et des personnes qui ont pu le marquer. Ensuite, il nous fera le bilan de la saison passée avec le SCO et il reviendra sur la déception des play-offs pour l’accession à la Nationale 1. Enfin, il nous donnera ses ambitions pour la nouvelle saison et nous fera partager son plaisir de jouer avec son frère au sein de la même équipe.

Bonjour Stanislas, pouvez-vous, vous présenter ?

“Je m’appelle Stanislas Réveillard, j’ai vingt en un ans (29/06/1998, né à Angers), je suis le dernier d’une famille de trois enfants, un grand frère de vingt-quatre ans et une grande sœur de vingt-sept ans. J’ai étudié à Angers jusqu’à ma première. Ensuite, je suis parti à Paris pour faire un sport étude Hockey sur Gazon. J’avais deux entraînements par jour, conciliés avec les cours. Ce fut intense, mais très enrichissant, tant au plan sportif que professionnel. Après ma terminale, j’ai intégré EDC Business School, une école de commerce à Paris, je suis actuellement en seconde année.”

Et concernant votre parcours sportif ?

“Au niveau du hockey sur gazon, j’ai commencé à l’âge de six ans au SCO d’Angers, avec beaucoup de mes amis proches. Au début, cela était uniquement un plaisir de se retrouver avec mes amis chaque semaine pour pratiquer un sport, puis aujourd’hui, c’est devenu une passion. Malgré l’arrêt de plusieurs camarades, j’ai continué à tout donner en équipe de jeunes, où nous avons gagné plusieurs titres régionaux et nationaux avec la région des Pays de la Loire. Ensuite, j’ai rejoint l’équipe première du SCO. Après plusieurs années de travail, nous atteignons la finale d’accession pour monter en division supérieure (Nationale 1 = seconde division française), mais nous échouons… Avec cet échec, j’ai dû quitter mon club pour poursuivre ma progression et continuer dans mon sport étude. C’est alors que j’ai signé au Stade Français, en 2016, qui est en Élite, première division française. Ce fut une expérience géniale, où j’ai côtoyé de très bons joueurs. Pendant deux ans, le rythme fut important avec des entraînements la semaine et des matchs le week-end. Avec mes cours, cela fut un peu lourd, c’est alors en septembre 2018, que je suis revenu au SCO. Le projet est ambitieux avec un nouveau terrain et quelques retours d’anciens joueurs dans l’équipe. Cette année, nous avons (encore) échoué lors du tournoi final pour accéder au niveau supérieur, toujours la nationale 1. Cette année est le commencement d’une nouvelle expérience en espérant que nous puissions atteindre notre objectif, LA NATIONALE UNE. La ville d’Angers et surtout le club mettent tout en œuvre en tout cas.”

Quels sont vos meilleurs souvenirs sportifs et vos plus belles rencontres sportives ?

“Je commencerais en équipe jeune du SCO, avec notre troisième place au championnat de France en salle U19 ans, il y a aussi mes débuts avec le Stade Français en première division en 2016 jusqu’en 2018, le titre de championnat de France sur gazon avec la Région des Pays de la Loire, en catégorie U16. J’espère que mon prochain souvenir sportif sera la montée en division supérieure avec le SCO d’Angers.

Mes plus belles rencontres sportives sont mes entraîneurs en équipe jeunes du SCO, ainsi que tous ceux qui nous ont encadrés lors de nos débuts, mes entraîneurs lors de mon passage au CREPS (Centre de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportive) de Châtenay-Malabry (deux ans) (Sport Étude Hockey sur Gazon), et le staff du Stade Français pour m’avoir fait confiance en Élite. Mes parents, qui m’accompagnent partout, sont un bonus ultime également. J’ai eu la chance d’avoir des parents très présents et cela m’a boosté encore plus !”

Pouvez-vous, nous faire le bilan sportif de la saison du SCO Hockey sur Gazon ?

“Cette saison, le SCO avait des objectifs élevés, à savoir monter en division supérieure (Nationale une). Pour cela, il fallait tout d’abord finir dans les trois premiers d’une poule régionale de cinq équipes, où il y avait Carquefou, Nantes, Rennes et Laval. Nous avons fini à la première place après un début de championnat assez timide. Invaincus sur notre terrain, nous l’avons fini en trombe à domicile sur notre nouveau terrain fraîchement fini, merci à la ville d’Angers.

Ensuite, nous devions finir premier d’un “mini championnat” entre Laval et Rennes. Nous avons terminé seconds, mais Laval n’étant pas qualifiable pour le tournoi final, cela nous a laissé la place libre. Nous avons donc été à Caen pour le tournoi final d’accession, pour accéder à la division supérieure. Malheureusement, nous finirons à la troisième place, derrière le LUC Ronchin (Lille Université Club Ronchin Hockey) et Caen. C’est un nouvel échec pour le SCO, aux portes de son objectif. Au travail, rendez-vous la saison prochaine !”

Pouvez-vous revenir sur les derniers matchs de play-offs qui ne vous ont pas permis de monter ?

“A Caen, nous nous sommes déplacés à ce tournoi avec une équipe décimée par l’absence des jeunes joueurs passant leurs épreuves du baccalauréat, une absence certes, mais ce n’est pas une excuse. Nous avons donc joué contre Caen et le LUC Ronchin, le samedi puis le dimanche, en match aller-retour.

Durant tout le week-end, nous avons produit du jeu et nous avons tout donné avec ce que l’on pouvait faire. Le seul bémol a été la finition, ce qui ne pardonne pas à ce stade de la compétition. Nous n’avons pas réussi à maîtriser tous nos matchs et cela nous a porté défauts. Le résultat du week-end s’est soldé par trois défaites et un match nul… Insuffisant donc pour espérer accéder à la division supérieure. C’est donc le LUC Ronchin et Caen qui sont montés en Nationale Une. C’est une division qui nous échappe donc pour la deuxième fois en quatre ans… Pour cette nouvelle saison, nous espérons que cela se passera différemment pour le SCO d’Angers.”

Quels seront les objectifs de la nouvelle saison, à titre collectif et personnel ?

“D’un point de vue collectif, notre objectif est clair, bâtir une équipe solide et travailleuse toute la saison, afin d’arriver en fin de saison, paré pour les gros matchs de fin de saison. J’ai une confiance totale au nouveau coach pour faire progresser au mieux l’équipe. Il nous connaît très bien vu qu’il est au club depuis de très longues années. Il saura pointer nos faiblesses pour que ces dernières se transforment en points forts et nous fassent gagner nos matchs.

D’un point de vue personnel, je souhaite aider le maximum l’équipe, être le plus efficace possible sur le terrain et pas seulement devant le but. Je souhaite aussi devenir plus serein et me maîtriser sur le terrain pour aider mes camarades à passer des paliers.”

Quel est votre sentiment de jouer avec votre frère dans la même équipe ?

“C’est incroyable. Je jouais avec lui quand j’étais plus jeune, mais jouer avec lui, en équipe première, est incroyable. Il me booste et me dit clairement les choses. Lorsque je fais quelque chose de mauvais, je sais qu’il me le dira et cela me fait progresser encore plus. De plus, nous jouons dans les mêmes espaces, donc, notre relation est fluide et limpide. Je suis aussi là pour lui quand il en a besoin, il le sait. Le voir sur le terrain avec moi me donne encore plus de courage et de motivation pour aider l’équipe. Nous avons également la chance d’avoir une famille qui nous accompagne pleinement dans ce sport. Elle nous supporte très souvent au bord du terrain et cela est magique. J’espère que cela continuera encore quelques années !”

Pour conclure, que pouvez-vous nous dire sur votre club et de ses infrastructures, avec votre nouveau terrain ?

“Cette année est le commencement d’une nouvelle expérience en espérant que nous puissions atteindre notre objectif, LA NATIONALE UNE. La ville d’Angers et surtout le club mettent tout en œuvre en tout cas. Cette année, la ville d’Angers nous a offert un tout nouveau terrain qui nous permet de progresser dans les meilleures conditions. L’équipe première, mais également les jeunes, car la formation commence dès le plus jeune âge. Les jeunes pourront progresser plus rapidement et donc d’intégrer l’équipe une le plus vite possible pour être le plus compétitif possible.

Nous avons une équipe très jeune avec de nombreux talents. Maintenant, il faut concrétiser en réussissant à atteindre notre objectif premier, la nationale 1. Chaque année, nous mûrissons et nous diminuons nos faiblesses, à nous d’augmenter nos chances en travaillant, chaque semaine, et en gagnant nos matchs le week-end.”

Rendez-vous le dimanche 29 septembre à 14H30, au stade Josette et Roger MIKULAK (Lac de Maine), pour le premier match à domicile du SCO hockey sur gazon face au Stade Lavallois.

Le programme de la saison du SCO d’Angers :

Site du SCO Angers Hockey sur Gazon : cliquez ici

Site de la Fédération Française de Hockey sur Gazon : cliquez ici

 

 

 

Cet article a été lu 423 fois.