Il s’agit, avec cinquante-cinq engagés, de la classe la plus représentée sur cette douzième édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022. Entre les nouveaux bateaux, les architectes de renom et les skippers talentueux qui l’ont rejoint, plus d’une dizaine de concurrents font figure de favoris. Et tous promettent une course de haute intensité. État des lieux.

Au fil des éditions, les Class40 ont formé un contingent de plus en plus conséquent. Pour leur première participation, en 2006, ils sont vingt-cinq à prendre le départ à Saint-Malo avec des Figaristes renommés, à l’instar de Phil Sharp et de Gildas Morvan. Le palmarès démontre à quel point la classe peut servir de tremplin vers la catégorie IMOCA : en 2010, la Route du Rhum sacre ainsi Thomas Ruyant devant Nicolas Troussel et il y a quatre ans, c’est Yoann Richomme, qui construit actuellement un monocoque de soixante pieds, qui s’est imposé.

Cinquante-cinq skippers, record battu !

Avec une jauge à la fois simple et rigoureuse, qui permet de limiter l’inflation des budgets tout en laissant de la liberté aux architectes, les projets se sont multipliés. « La classe a trouvé le bon point d’équilibre en matière de budget afin de pouvoir disputer les courses du circuit mais aussi les plus prestigieuses comme la Route du Rhum-Destination Guadeloupe », souligne Corentin Douguet (Queguiner – Innoveo).

En 2018, cinquante-deux Class40 avaient ainsi pris le départ. Cette année, ils seront trois de plus, ce qui en fait la catégorie la plus représentée de cette édition. Le tenant du titre, Yoann Richomme (Paprec Arkéa), a décidé de remettre son titre en jeu en mettant à l’eau en juin dernier un plan Lombard. « Les sensations sont particulièrement agréables à bord de ces bateaux, confiait-il cet été. Ce sont des monocoques qui passent bien la mer et les techniques de navigation sont très proches de l’IMOCA ».

Des favoris en nombre.

Le skipper de Paprec Arkéa a également pu constater à quel point chaque course était particulièrement disputée. En mai dernier, lors de la CIC Normandy Channel Race, les dix premiers se « tenaient » en seulement huit heures. Lors de la Dhream Cup cet été, les treize premiers ont franchi la ligne en l’espace de quatre heures ! « Il y a de très bons marins, de très bons bateaux : tous ceux qui s’illustrent sur le circuit – et ils sont nombreux – font office de favoris sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe », assure Corentin Douguet.

Lui-même, victorieux de la 1000 milles des Sables en avril dernier, assure « en faire partie » et il n’est pas le seul. Il y a le tenant du titre, bien sûr, mais aussi Ian Lipinski (Crédit Mutuel), vainqueur en 2019 de la Transat Jacques-Vabre et de la CIC Normandy Channel Race cette année, Xavier Macaire (Groupe SNEF, victorieux à la Dhream Cup), Amélie Grassi (La Boulangère Bio), Luke Berry (Lamotte Module Création), Axel Trehin (Project Rescue Ocean), Simon Koster (Banque du Leman) ou encore Ambrogio Beccaria (Allagrande Pirelli).

Des Malouins et un Guadeloupéen sur la ligne de départ.

Simon et Ambrogio, Suisse et Italien, ne sont pas les seuls à venir d’autres pays. On compte aussi l’Australien Rupert Henry (Eora), les Américain Greg Leonard (Kite) et Alex Mehran (Polka Dot), le Sud-Africain Donald Alexander (Conscious Planet), le Croate Ivica Kostelic (ACI), le Belge Jonas Gerkens (Volvo) et les Italiens Alberto Bona (IBSA) et Andrea Fornaro (In Fluence). Les regards seront également tournés vers le Guadeloupéen, Keni Piperol (Captain Alternance), formé par Lalou Roucayrol. Par ailleurs, toute la flotte n’est pas basée en Bretagne, ce qui représente une autre distinction : des marins se sont en effet préparés depuis la Normandie, la Charente-Maritime, le Sud-Ouest ou encore les rives de la Méditerranée.

À noter, enfin, la présence de neuf skippers malouins qui s’élanceront donc « à domicile » : Luc Berry (Lamotte Module Création), Baptiste Hulin (Rennes • Saint-Malo / Parenthèses de Vies), Emmanuel Hamez (Viranga), Maxime Cauwe (Wisper), Florian Gueguen (Dopamine Sailing Team), Geoffrey Mataczynksi (Fortissimo), Jules Bonnier (Nestenn – Entrepreneurs pour la planète), Morgane Ursault-Poupon (Médecins du monde) et Hervé Thomas (Bleu Blanc).

Ils ont dit :

Amélie GRASSI (La Boulangère Bio) : “On commence à se rendre compte qu’on va y être quand on entame les derniers préparatifs avant la course. Il y a un mélange d’excitation, d’enthousiasme et je sais qu’il faut conserver de la concentration pour ne pas être débordée par l’émotion. Quand j’ai lancé le projet, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de participants. Cela montre à quel point la classe est accessible avec des projets attractifs, des grands marins et des bateaux puissants. C’est un plateau de fou qui promet une édition de très haut niveau. J’ai l’impression de faire la Solitaire du Figaro à l’échelle d’une Route du Rhum – Destination Guadeloupe. À titre personnel, je m’entraîne afin de pouvoir être en capacité de gagner. Et je ferai tout pour être à fond du début jusqu’à la fin !”

Keni PIPEROL (Captain Alternance) : “Cette Route de Rhum – Destination Guadeloupe, je l’attends depuis longtemps. Ça fait 6 ans que je m’y prépare et je suis fier de faire partie de ces marins d’exception. Il y a forcément une émotion particulière à l’idée de rentrer à la maison, de ressentir la ferveur et l’énergie des Guadeloupéens. J’ai quitté la Guadeloupe pour progresser et grandir, j’ai hâte de montrer les progrès que j’ai réalisé. L’objectif, c’est surtout de se faire plaisir, d’être le plus à l’aise possible en mer et de tout donner pour ne pas avoir de regret. Si j’y arrive, je suis sûr que le résultat suivra derrière ! En étant cinquante-cinq sur la ligne de départ, il y a forcément un peu de pression : on sait que ce sera la classe où il y aura le plus de bagarre.”

Corentin DOUGUET (Queguiner – Innoveo) : “Cela fait des mois que l’on se prépare tous pour cette course de légende. La classe se porte très bien, elle est probablement le meilleur point d’entrée sur la Route du Rhum- Destination Guadleoupe avec ses budgets raisonnables.  S’il y avait eu encore plus de places, on serait encore plus nombreux ! Je pense qu’il y a plus d’une dizaine de skippers qui peuvent prétendre à un podium. La préparation a permis à tous de hausser son niveau de jeu et ça promet une bagarre intense sur l’eau. Avec la gestion du bateau, du matériel et les choix stratégiques à faire, tout est propice à d’importants rebondissements. Tant que l’étrave ne dépasse pas le canal des Saintes, tout peut arriver !”

Jules BONNIER (Nestenn – Entrepreneurs pour la planète) : “C’est une première victoire d’être sur la ligne de départ. Participer à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe a toujours été un rêve et je me disais qu’un jour, ça pourrait être à mon tour. Ça a été énormément de travail pour tout mettre en place, réunir le budget, trouver les partenaires… Il y a donc beaucoup de joie et de fierté à pouvoir m’élancer. Mon objectif, c’est avant tout de terminer, de donner le meilleur, de prendre du plaisir et de ne pas abîmer le bateau. La course s’annonce tellement intense, tellement disputée qu’il est difficile de se projeter et de se risquer à un pronostic. La seule certitude, c’est que ce sera très dense !”

 

Cet article a été lu 60 fois.