En ce sixième jour de compétition dans l’enceinte du Hayward Field de Eugene, Mélina Robert-Michon et Alice Finot, toutes les deux engagées dans la finale de leur discipline, se sont respectivement classées dixième du concours de disque et du 3000 m steeple. Gabriel Tual et Benjamin Robert ont pris le chemin des demi-finales du 800 m. 

Premiers français en lice ce mercredi en Oregon, Gabriel Tual et Benjamin Robert seront tous les deux au rendez-vous des demi-finales.
L’Aquitain de l’US Talence s’est « fait peur au rabattage » en jouant des coudes avec ses adversaires canadien et hollandais, mais a ensuite géré comme un chef pour prendre la deuxième place de sa course en 1’46’’34, synonyme de qualification directe pour la suite.
L’Occitan du SATUC Toulouse Athlé est passé par tous les états après sa quatrième place dans la deuxième série. Ses 1’45’’94 ont longtemps tenu la corde pour l’un des six meilleurs chronos, mais à l’issue de la sixième et dernière série, il est tombé au septième rang, premier non qualifié au temps. Après quelques instants de déception, le Toulousain a retrouvé le sourire quelques minutes plus tard en apprenant la disqualification de l’Américain Jonah Koech, qui lui offrait alors un ticket in extremis et une nouvelle chance de s’exprimer pleinement sur la piste. Tous les deux auront de nouveau fort à faire jeudi pour se glisser dans le top 8. Mais les Bleus ont toutes leurs chances.


Mélina Robert-Michon avait retrouvé avec plaisir le chemin d’une finale de grand championnat lors de ces mondiaux de Eugene à l’issue de sa qualification. Pour son dixième concours en finale mondiale (JO et mondiaux), la lanceuse de disque a pris la dixième place avec un meilleur jet à 60,36m au deuxième essai. Dans une saison en quête de repères, Mélina ne peut être déçue même si elle aurait aimé en aller plus loin encore dans un concours qui s’est avéré très performant, remporté par la chinoise Feng Bin avec un lancer à 69,12m. À 43 ans, l’insatiable recordwoman de France voyait tout de même en son résultat du jour « une base solide pour la suite », dont le prochain rendez-vous est déjà fixé à Munich.


Dernière athlète tricolore a prendre le départ en ce sixième jour des Championnats du Monde, Alice Finot a vécu un 3000m Steeple mouvementé ce mercredi soir dans l’Oregon. Dès le départ de la course, elle a dû faire face à l’allure très rapide imprimée par les coureuses des hauts plateaux. Après s’être accrochée durant plus de 2000m, la demi-fondeuse du CA Montreuil a trouvé à deux tours de l’arrivée les ressources pour amorcer un retour sur les concurrentes qui la précédaient. Un effort convaincant, mais une chute sur le dernier passage de la rivière a coupé sa remontée. Relevée et repartie rapidement, elle termine les 120 derniers mètres qui lui restaient à parcourir en doublant deux nouvelles adversaires pour se classer finalement dixième, en 9’21’’40.

 Ils ont 25 ans et moins, font partie de la génération “Ambition 2024” et seront en piste ce jeudi 21 juillet sur le stade Hayward Field de Eugene pour ces 18ème Championnats du Monde en Oregon.

Enzo HODEBAR / Triple saut – 23 ans

Enzo fait partie des rares athlètes à briller à la fois à la longueur et au triple saut. Les résultats obtenus lors de sa première sélection en témoignent, avec une victoire dans les deux disciplines lors du Festival olympique de la jeunesse européenne en 2015. Deuxième des championnats d’Europe cadets à la longueur l’année suivante, c’est dans cette discipline qu’il s’est ensuite spécialisé en 2017 et 2018. Avant de retrouver le triple saut sous la houlette de son entraîneur à l’Insep, Benjamin Compaoré. Vice-champion d’Europe espoirs l’an dernier, il a franchi pour la première fois la barrière des 17 mètres lors des championnats de France Elite en retombant à 17,05 m, titre à la clé. Son coach lui voit une marge de progression énorme, notamment au niveau de la régularité de la course d’élan.


Benjamin ROBERT / 800m – 24 ans

Junior prometteur et talentueux, Robert a connu deux saisons plus difficiles au moment de son entrée dans la catégorie espoirs. Depuis, il a repris le fil de sa progression en changeant de décor. Parmi les bonnes surprises de la première saison post-Covid en 2020, le spécialiste du 800 m a passé un cap depuis qu’il a rejoint le groupe d’entraînement de Sébastien Gamel au sein du SA Toulouse UC, où il côtoie notamment Djilali Bedrani. Il y a retrouvé l’envie et le plaisir d’aller à l’entraînement et de s’y faire mal, et les chronos ont suivi. Cet été, il a franchi un nouveau cap en multipliant les podiums en Diamond League, dont une victoire de prestige lors du meeting de Paris en 1’43’’75, son record, qui peut lui permettre de rêver d’un podium aux Etats-Unis. Il s’est fait une spécialité des derrières lignes droites, lors desquelles il arrive toujours à trouver le trou de souris pour se faufiler.


Gabriel TUAL / 800m – 24 ans

Le natif de Villeneuve-sur-Lot, sociétaire de l’US Talence, a vécu sa première expérience internationale à Berlin lors des championnats d’Europe en 2018. Mais c’est à Tokyo qu’il a changé de dimension, en se qualifiant avec panache en finale du 800 m des Jeux. Une course qu’il a terminée à la septième place et qui lui a ouvert l’appétit. Le protégé de Bernard Mossant, qui suit des études pour devenir conducteur de travaux en maisons individuelles, est désormais un habitué des places d’honneur en Diamond League et ne se fixe aucune limite. Il travaille avec un préparateur mental, qui l’a aidé à aborder les grands rendez-vous avec beaucoup plus de confiance.

 

Cet article a été lu 129 fois.