La septième journée des mondiaux d’athlétisme à Eugene a ouvert la porte de deux nouvelles finales pour l’équipe de France avec Gabriel Tual, qualifié à la place sur 800m, ainsi que Jean-Marc Pontvianne au triple saut grâce à un bon saut à 16,95m. Rénelle Lamote s’est également offert un ticket pour le tour suivant du 800m après une course remportée tout en maitrise.

Rénelle Lamote a été la première française à s’élancer sur la piste du Hayward Field en ce septième jour des Championnats du Monde. Engagée dans la quatrième série du 800m féminin, la demi-fondeuse du Racing Multi Athlon a réalisé une parfaite entrée en matière sur le double tour de piste en remportant sa course en 2’00’’71. Déjà très concentrée sur la suite, Rénelle s’attaquera dès ce vendredi à sa prochaine mission, à savoir se qualifier pour la finale « à la place, sans regarder le chrono. »

Sur le 800m masculin, ce sont les demi-finales qui se jouaient ce jeudi dans l’Oregon avec deux tricolores en lice. Au départ de la deuxième course, Gabriel Tual a confirmé son rang dans le top 8 mondial, après les Jeux Olympiques de Tokyo, en accédant une nouvelle fois à la finale. Dans un 800m mené avec aplomb et sens tactique, l’athlète de l’US Talence a pris la deuxième place derrière l’Algérien Djamel Sedjati en 1’45’’53, tout en distançant ses rivaux sans leur laisser le moindre espoir de retour. L’explication finale se jouera samedi entre les huit meilleurs mondiaux du double tour de piste.

Benjamin Robert, au départ de la troisième et dernière course, a bien failli rejoindre son compère parmi les finalistes de cette 18e édition des championnats du monde d’athlétisme. Mais le Toulousain, quatrième de la dernière demie en 1’45’’67, a terminé avec le troisième chrono des non-qualifiés à la place, alors que seuls les deux premiers temps pouvaient espérer décrocher un billet pour la suite. En dépit de sa déception, le rendez-vous est déjà pris dans trois semaines pour les Championnats d’Europe.

Jean-Marc Pontvianne est sorti sans trembler du concours de qualification du triple saut. Après un premier essai mordu, le Nîmois s’est offert une place en finale parmi les douze élus du soir grâce à son deuxième essai effectué avec sérénité et retombé à 16,95m. Sur une piste qu’il qualifie de “géniale”, Pontvianne entend bien répondre présent pour sa nouvelle grande finale de championnat.
Enzo Hodebar et Benjamin Compaoré n’ont malheureusement pas réussi à imiter leur coéquipier. Le premier est pourtant passé à seulement quatre centimètres de la qualification. Son premier essai à 16,64 m était « prometteur », mais le Guadeloupéen de l’EFCVO a mordu les deux suivants, en essayant de mettre plus de vitesse dans sa course d’élan. L’Alsacien du CA Montreuil 93, n’a, pour sa part, pas réussi à sortir les trois sauts qui lui auraient permis de franchir cette première étape mondiale.

Ils ont 25 ans et moins, font partie de la génération “Ambition 2024” et seront en piste ce vendredi 22 juillet sur le stade Hayward Field de Eugene pour ces 18ème Championnats du Monde en Oregon.

Thibaut COLLET / Perche – 23 ans

Chez les Collet, la perche est une histoire de famille. Thibaut est le fils de Philippe, ex-recordman de France de la discipline. Le grand-père, Jacques, a lui-même été perchiste et coach. Et le frère, Mathieu, fait partie des meilleurs plieurs de gaule de l’Hexagone. Après avoir pratiqué en parallèle le foot, Thibaut Collet a décidé se consacrer entièrement à la perche à partir de 13 ans. Formé par son père à Grenoble, il suit toujours les conseils de ce dernier tout en faisant partie du groupe de Philippe d’Encausse à Clermont-Ferrand. Le titulaire d’un BTS en management des unités commerciales, qui est agent commercial en gare de Grenoble, a franchi un énorme cap lors des championnats de France Elite en salle l’hiver dernier, en remportant le titre avec à la clé un record porté à 5,81 m. Douzième lors des Mondiaux indoor de Belgrade et à nouveau en or les France Elite cet été, il a grappillé encore un centimètre et fait désormais partie des valeurs sûres de la perche mondiale.


Pablo MATÉO / 4x100m – 21 ans 

Jeune sprinter prometteur, c’est d’abord sur 200 m que se démarque Pablo Matéo, en devenant champion de France juniors en salle du 200 m en 2019, puis champion de France Elite en salle du 200 m en 2021. Toujours détenteur de la dixième meilleure performance française tous temps du 200 m U20 ans (20’’82), le sociétaire du Stade Bordelais Athlétisme est de plus en plus performant sur la ligne droite. Après une saison perturbée par des déchirures musculaires à répétition, il a repris sa marche en avant en étant sacré champion de France espoirs du 100 m en 10’’00, un chrono trop venté pour être homologué, mais bon pour la confiance avant Eugene.


Ryan ZEZE / 4x100m – 24 ans

Bon sang ne saurait mentir. Issu dune famille de sprinters, Ryan Zeze a rejoint trois ans son grand frère Meba-Mickael au sein du collectif relais 4×100 m français. Entraîné à Boulouris par Laurence Bily, le longiligne athlète de Bordeaux Athlé compte à son palmarès une médaille de bronze aux championnats dEurope espoirs en 2019 à Gavle (Suède), et déjà trois sélections en A, dont une participation aux Jeux olympiques de Tokyo avec le 4×100 m. Il a franchi un nouveau cap cette saison, en abaissant ses records à 10’’22 sur 100 m et 20’’26 sur 200 m.

 

Cet article a été lu 123 fois.