Pour cette huitième journée au cœur du Hayward Field, Renaud Lavillenie s’est qualifié pour sa sixième finale mondiale au saut à la perche, en franchissant 5,75m. Les relayeurs tricolores du 4x100m ont également décroché leur ticket pour la finale en remportant brillamment leur série en 38’’09. 

Belle entrée en matière pour le relais 4x100m masculin qui s’est qualifié avec l’art et la manière pour la finale qui se jouera samedi 24 juillet en clôture de programme dans l’enceinte du stade de Eugene. Le quatuor tricolore, composé de Méba-Mickaël Zeze, Pablo Mateo, Ryan Zeze, Jimmy Vicaut, a réalisé une course de qualité remportée dans l’excellent chrono de 38”09. La performance des français les place deuxième sur l’ensemble des séries, juste derrière les américains, et révèle un relais en bonne forme, à la technique assurée, désormais prêt à livrer une grande bataille pour la finale.


Trois français étaient en lice sur le sautoir de perche ce vendredi en Oregon. L’expérimenté Renaud Lavillenie s’est qualifié pour sa sixième finale du saut à la perche aux Championnats du Monde en sept participations. En commençant son concours de qualification à 5,65m, le Clermontois a fait monter le suspens en ayant recours à trois essais pour franchir la hauteur choisie. Il a ensuite passé 5,75m à sa deuxième tentative, lui permettant d’entrer dans le classement des douze élus du jour qui se donneront à nouveau rendez-vous dimanche pour la finale.
Valentin Lavillenie et Thibaut Collet se sont, hélas, arrêtés en qualifications, au terme d’un concours très relevé puisque les athlètes qualifiés ont tous franchi 5,75m. En lice dans le groupe B, le perchiste du Clermont Auvergne Athlétisme n’est malheureusement pas parvenu à dépasser sa barre d’entrée dans le concours fixée à 5,50m. Pour sa part, le sociétaire de l’Entente Athlétique Grenoble 38 a franchi 5,50m puis 5,65m à son troisième essai sur le sautoir du groupe A. Il n’a pu enchaîner à la hauteur suivante et intégrer le top 12 synonyme de finale pour ses premiers Mondiaux en plein air. Les deux perchistes français sont déjà tournés vers Munich et ont à coeur de s’exprimer lors des Championnats d’Europe.


Solide et appliquée en séries du 800m la veille, Rénelle Lamote a connu une demi-finale plus difficile en ce vendredi. Bien placée en deuxième position à l’amorce du dernier virage, la demi-fondeuse du Racing Multi Athlon n’a pu résister à l’attaque portée par quatre de ses adversaires. Elle termine finalement en sixième position avec un chrono de 2’00’’86 dans une course dominée par la Kényane Mary Moraa en 1’59’’65.

Ils ont 25 ans et moins, font partie de la génération “Ambition 2024” et seront en piste ce samedi 23 juillet sur le stade Hayward Field de Eugene pour ces 18ème Championnats du Monde en Oregon.

Téo ANDANT / 4×400 m – 22 ans 

Le natif de Nice, sociétaire de l’AS Monaco depuis 2013, est un habitué des podiums chez les jeunes, y compris avec le maillot bleu sur les épaules. Le spécialiste du tour de piste entraîné par Marc Vecchio, recordman de France cadets du 400m en salle, a été médaillé de bronze lors des France Elite indoor en 2021. En parallèle de cette solide carrière nationale, Andant a également pris du galon sur les pistes européennes, en remportant des médailles de tous les métaux avec les relais, avec en point d’orgue l’or l’an dernier chez les espoirs à Talinn. Celui qui a couru pour la première fois sous les 46’’ à Caen lors des championnats de France (45’’99), où il a obtenu la médaille d’argent, sera un appui précieux pour le collectif 4x400m à Eugene.


Laeticia BAPTE / 100 m haies – 23 ans

Sa victoire en 7’’93 sur 60m haies lors des Championnats de France Élite à Miramas en 2021, soit un chrono de référence abaissé de 18 centièmes en l’espace d’une compétition, a eu l’effet d’une déflagration. L’Antillaise entraînée par Ketty Cham au pôle de Guadeloupe aux Abymes a depuis confirmé en plein air, avec un record personnel en 12’’80 à Genève cet été. Devenue « plus sérieuse et assidue » et « bien entourée et encadrée » selon ses dires, la hurdleuse a la particularité d’avoir un départ en sept foulées, dont l’utilisation est peu répandue peu chez les filles. Elle se prépare au quotidien aux côtés de Wilhem Belocian, qui partage avec elle sa précieuse expérience.


Shana GREBO / 4×400 m – 21 ans 

Après avoir fait ses classes en Bretagne sous les couleurs du Haute Bretagne Athlétisme, Shana Grebo est aujourd’hui étudiante et athlète aux États-Unis, où elle s’entraîne au sein de l’équipe des Ducks de l’Oregon. Titulaire d’un BTS en professions immobilières obtenu à Rennes, et désormais d’une bourse d’étude outre-Atlantique, la spécialiste des 200m, 400m, et 400m haies, est aujourd’hui un pilier de l’équipe de France du 4x400m. Vice-championne d’Europe espoirs l’an dernier avec le relais bleu, celle qui a déjà réalisé les minima sur 200m pour les championnats d’Europe de Munich en remportant le titre national a pu engranger de l’expérience et de la confiance cette saison. Elle évoluera à domicile à Hayward Field, son stade d’entraînement depuis un an à Eugene.


Sokhna LACOSTE / 4×400 m – 21 ans

Championne de France du 400m en 2020, Sokhna Lacoste a participé en 2021 avec le relais aux Jeux olympiques de Tokyo. Une réussite qui vient de loin, puisque la native de Kaolak, au Sénégal, a connu un parcours de vie tortueux, faits de plusieurs épisodes dexil, en Espagne puis en France. Avec toutefois une constante depuis son adolescence : son amour jamais démenti pour le 400m, où son talent sexprime le plus naturellement. Sélectionnable sous le maillot bleu depuis deux ans, elle est désormais un des piliers du 4x400m tricolore. Entraînée par son mari Bastien du côté de Grand Angoulême Athlétisme, Sokhna Lacoste a abaissé son record à 51’’62 cet été.


Loïc PRÉVOT / 4×400 m – 24 ans 

Cela fait longtemps que le Guyanais Loïc Prévot brille sur le tour de piste. Détenteur du record de France cadets, demi-finaliste aux championnats du monde cadets en 2015 sur 200m et 400m, et multiple champion de France chez les juniors et les espoirs, le sociétaire de l’Entente Sud Lyonnais a pris une nouvelle dimension cette saison. Désormais entraîné aux États-Unis par Mickael Hanany. Il a claqué un chrono de 45’’47 le 11 juin à Genève, son record. De quoi aborder les Mondiaux de Eugene sur la pente ascendante, avant de se tourner vers les championnats d’Europe de Munich.


Cyrena SAMBA-MAYELA / 100m Haies – 21 ans

Son arrivée fracassante sur la scène internationale date des championnats du monde cadets à Nairobi en 2017. Depuis, la Francilienne du Lille Métropole Athlétisme a fait descendre le chrono sous les 13’’ sur les obstacles à 84 cm et possède un record à 12’’73. De quoi envisager de s’attaquer au record de France de la spécialité, propriété commune de Monique Ewanjé-Epée et Cindy Billaud en 12’’56. Forfait sur blessure pour les Jeux de Tokyo l’an dernier, elle a réalisé un retour fracassant cet hiver en montant sur la plus haute marche du podium lors des championnats du monde en salle de Belgrade, record de France (7’’78) à la clé. Un déclic pour la suite de la carrière, qui l’autorise à attaquer les Mondiaux de Eugene avec beaucoup d’ambition.


Sounkamba SYLLA / 4x400m – 24 ans 

2021 a été lannée de la révélation pour la coureuse du Stade Lavallois. Après une saison estivale 2020 vierge de toute compétition, l’élève dEmmanuel Huruguen a trouvé la clé pour simposer parmi les meilleures Françaises sur 400m. Médaillée dargent en 2020 lors des championnats de France Elite en salle, elle est montéà nouveau sur le podium cette saison mais en plein air, avec une belle troisième place. Son chrono de 52’’32 réalisé à Angoulême cet été, nouveau record personnel, a confirmé ses progrès, et quil faudrait compter avec elle dans les années à venir.

 

Cet article a été lu 38 fois.