Lundi 21 novembre à 02h51 25′ locale (07h51 25′ heure de Paris), Thomas Ruyant a franchi en première position la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre de la douzième édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Son temps de course est de 11 jours, 17 heures, 36 minutes et 25 secondes. Le skipper de LinkedOut a effectué les 3 542 milles du parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre à la vitesse de 12.58 nœuds sur l’orthodromie (route directe). Il a en réalité parcouru 4 362.46 milles à la vitesse moyenne de 15.49 nœuds (sur l’eau).

« Je suis dessus, l’idée est d’aller vite. Je tire sur le bonhomme, mais peu importe je me reposerai en Guadeloupe. Nous le savions depuis le départ qu’avec 38 IMOCA ce serait forcément serré. C’est super, je suis ravi de participer à cette bataille ! Il me faut être à la colonne et faire tourner les manivelles pour que cela avance vite. » racontait Thomas Ruyant, le 18 novembre au matin au moment où il reprenait les commandes de la course à Charlie Dalin (Apivia). Le Dunkerquois aux trousses du Normand depuis l’entrée dans les alizés attendait son heure. Archi favori comme Charlie, Thomas affichait dès le départ de Saint-Malo son ambition : la victoire un point c’est tout ! Face à 7 bateaux neufs (Charal, Holcim-PRB, Initiatives-Cœur, Malizia-SeaExplorer, V and B – Monbana Mayenne, Maître CoQ V et Biotherm), LinkedOut et Apivia parfaitement au point et connus dans les moindres recoins par leurs skippers, semblaient les plus à même de remporter cette 12e édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

Une histoire avec les transats.

Thomas Ruyant a démontré les années passant son talent sur tous supports et affiche 4 victoires dans quatre classes différentes sur des transatlantiques : il remporte la Mini-Transat 2009, la Route du Rhum 2010 en Class40, la Transat AG2R en 2018 (avec Adrien Hardy) en Figaro Bénéteau et la Transat Jacques Vabre en 2021 (avec Morgan Lagravière) en IMOCA. Avec son foiler LinkedOut qu’il a mené 72% du temps dans le Top 3 sur le Vendée Globe et avec lequel il termine 6e aux Sables d’Olonne, Thomas arrivait à Saint-Malo avec un objectif clair de remporter la Route du Rhum – Destination Guadeloupe : « Je n’en fais pas mystère, seule la victoire m’intéresse. Mon bateau est indiscutablement l’un des meilleurs bateaux de la flotte. D’autres voiliers de génération plus récente seront sur la ligne de départ, mais notre plan Verdier de 2019 est désormais parfaitement abouti, au meilleur de ses configurations et de ses évolutions. » Le mors aux dents, puisant au fond de ses réserves, animé par une immense envie de victoire, Ruyant colle au train et se bagarre comme un chiffonnier avec Dalin, lui qui s’était montré impérial sur son Apivia larguant allègrement ses adversaires jusqu’à 90 milles dans son tableau arrière au passage de la dorsale de l’anticyclone des Açores.

Dans la nuit tropicale rythmée par les grains, légèrement ralenti sous le vent du volcan de La Soufrière, Thomas Ruyant est arrivé en pole position de la flotte des IMOCA. Une consécration pour le Dunkerquois qui rêvait d’une victoire sur la légendaire transat dans cette classe de monocoques de 18,28 m… Un bien joli clin d’œil à son bateau avec lequel il signe cette dernière course avant de prendre en main une toute nouvelle monture actuellement en construction à Lorient. Par la même, Thomas Ruyant établit un nouveau record en IMOCA, celui détenu jusqu’à présent par François Gabart en 2014 (12 jours 4h 38mn) : 11 jours 17h 36 mn, soit 11h 02mn 30’ de mieux !

 

Cet article a été lu 30 fois.