Mûrs-Erigné accueillait la première édition du Hyper High Jump Festival dans la galerie de son centre commercial, ce samedi soir. De belles têtes d’affiche et du spectacle, les spectateurs n’en demandaient pas plus.

Il en était annoncé vingt, ils ne furent que douze athlètes. Mais le spectacle, lui, était bel et bien au rendez-vous. L’Hyper High Jump Festival s’est déroulé toute la journée de samedi avec pour point d’orgue, le concours de saut en hauteur réunissant douze athlètes venus de toute la France. Avec deux sautoirs, du son, des lumières, des jeunes athlètes, des moins jeunes, de l’altitude, la formule a plu et a séduit le public.

Les spectateurs ont pu assister à un concours inédit. Avec la présence d’athlètes de très bon niveau régional mélangée à celle d’athlètes internationaux, les performances ont forcément été très hétérogènes. Qu’importe, pour la plupart, ce fut une très bonne expérience et une chance de côtoyer ces champions au plus près. Parmi les bonnes performances, on notera du côté des femmes, la barre franchie à 1,64m par Alizée Brette (Lille Métropole Athlétisme), les 2,10m de Fernand Djoumessi Temfack (Dijon Université Club) ainsi que les 2,13m de Abdoulaye Diarra (CA Montreuil) et de Mickaël Hanany (recordman de France et multiple champion de France). Pour ce qui est des locaux, ils ont en majorité bien figuré : la jeune Vanille Boin (St-Barthélémy) était toute proche de réaliser sa meilleure marque en échouant de justesse à 1,60m (1,56m franchi), Sandra Viel (Angers Athlé) s’est arrêtée à 1,53m, tandis que chez les hommes, Manirou Dembele (E2A) s’est envolé à 2,01m, mais n’a pu passer la barre à 2,07m après avoir fait l’impasse à 2,04m, la faute à une blessure. Et enfin, Fabrice Saint-Jean (Angers Athlé), qui est à la base du projet et qui était présent toute la journée, a franchi 2,04m avant de faire l’impasse à 2,07m et de s’arrêter à 2,10m.

Pour le reste, on se souviendra du déhanché d’Abdoulaye Diarra à chaque barre passée, du record personnel de Saad Hammauda (Lille Métropole Athlétisme) presque battu à 2,10m et de la présence du prometteur Quentin Aboukir (Dijon Université Club) qui s’est malheureusement blessé à la cheville. Sans oublier le public qui a grandement participé au show en donnant le tempo aux athlètes. Pour la plupart des spectateurs, il s’agissait de découvrir une discipline peu connue de l’athlétisme. Le show n’en a été que plus beau, dès l’échauffement, on applaudissait à chaque barre franchie, on prenait en photos ou en vidéos ces athlètes élancés qui s’envolaient à haute altitude dans des “Ooooh” et des “Aaaah” curieux et impressionnés.

Dans l’ensemble, cette première édition est une réussite. Une belle affluence, des athlètes au rendez-vous, un show de son et lumière, mais aussi un public conquis par le spectacle. Il n’aura peut-être manqué qu’une petite performance supplémentaire… Mais cela, ce sera pour l’année prochaine, on l’espère !

Cet article a été lu 1645 fois.