A quelques exceptions près, tous les concurrents engagés dans la douzième édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe seront arrivés à bon port à Saint-Malo ce soir. Ce mercredi, trente-sept IMOCA sur les trente-huit en lice (Nicolas Rouger n’arrivera que demain) effectuent (jusqu’à 20h00 environ, heure du dernier SAS) une parade dans le chenal avant de venir s’amarrer dans le bassin Duguay-Trouin. Cette journée sera également marquée par une émouvante minute de silence à 20h00, en hommage à Mike Birch, premier vainqueur de l’épreuve en 1978, qui s’est éteint la nuit dernière. Elle sera suivie de l’inauguration officielle du village de la course.

Il ne manque plus qu’eux dans les bassins de Saint-Malo. Ce mercredi, les concurrents de la classe IMOCA rejoindront leurs camarades des autres catégories : Class40, Ocean Fifty, Ultim 32/23, Rhum Mono et Rhum Multi. Après une parade sous voiles devant Saint-Malo (visible depuis les remparts de la cité corsaire), les magnifiques monocoques de 18 mètres de long se retrouveront devant l’écluse du Naye.

12 ou 13 IMOCA par SAS, pour un spectacle populaire et gratuit.

« Les IMOCA entreront dans le premier SAS aux alentours de 17h15, selon un ordre préétabli. Puis il y aura deux autres SAS à 18h15 puis 19h15. A chaque fois, 12 ou 13 IMOCA seront regroupés dans l’écluse, expliquait à la mi-journée Francis Le Goff, le directeur de course. Hier, l’entrée des Ocean Fifty et des Ultim 32/23 s’est très bien passée et nous voulons faire de même aujourd’hui. Nous avons mis en place un protocole très précis pour préserver les bateaux notamment au niveau des foils. » Le public devrait être à nouveau nombreux pour accueillir comme il se doit les IMOCA. A l’heure où les premières étraves se présentent devant les écluses, les spectateurs garnissent déjà les gradins disposés de part et d’autre, ainsi que les quais, assurant une ambiance festive et conviviale.

Nicolas Rouger attendu demain à Saint-Malo.

Au total, trente-huit IMOCA sont inscrits à cette douzième édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, un record. Mais “seulement” trente-sept seront a priori présents ce soir à Saint-Malo. La raison ? L’un des skippers, Nicolas Rouger (Demain c’est loin), a dû régler un souci technique. Le changement de quille de son bateau a été terminé ce mercredi matin à Port-la-Forêt. Contacté en début d’après-midi, Nicolas Rouger espérait partir dans la journée en convoyage, pour une arrivée à Saint-Malo prévue demain aux alentours de 17h00.

Le village de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe inauguré.

Le village a ouvert ses portes au grand public mardi 25 octobre à 14h00, mais c’est ce soir que se déroule l’inauguration officielle des 70 000 m2 d’espaces à visiter le long des bassins Vauban et Duguay-Trouin. Après la minute de silence (prévue à 20h00) en hommage à Mike Birch, disparu dans la nuit de mardi à mercredi, les institutionnels donneront solennellement le coup d’envoi de la douzième Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Gilles Lurton, Maire de Saint-Malo, Edouard Coudurier, Président du Groupe Le Télégramme, Jean-Claude Nelson, Vice-Président de la Région Guadeloupe, Carole Le Bechec, Conseillère Régionale représentant le Président de la Région Bretagne et Daniel Baal, Directeur Général du CIC interviendront sur la Grande Scène. L’inauguration se clôturera par la mise en lumière des bassins durant dix minutes, proposée par Enedis. Que la fête commence sur le thème du partage et la découverte des 138 monocoques et multicoques menés par des skippers venus de tous horizons !

Les amateurs, l’ADN de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

Parmi les six catégories, s’il en est une “pro-am”* dans l’âme, c’est bien la Class40. Rendre accessible la course au large au plus grand nombre – à commencer par La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, figure en première ligne dans l’ADN de la Class40 qui s’est construite et lancée autour de l’alliage des professionnels et amateurs. Gage d’ouverture d’esprit et d’entraide qui en fait la marque de fabrique, ce mélange des genres fonctionne toujours même si la frontière est de plus en plus ténue entre ceux qui en vivent et ceux qui osent l’aventure d’une vie. Et ce d’autant plus que “chaque marin peut passer de l’un à l’autre presque sans rendre compte”, estime Halvard Mabire, le président de la classe à la vitalité toujours renouvelée. Et si le niveau du plateau se renforce au fil des éditions, la classe laisse toujours la porte de l’iconique parcours entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, en Région Guadeloupe, grande ouverte à ces impétueux solitaires aux parcours qui racontent tous leur propre histoire. Ces amateurs avertis qui se bousculent aux côtés des semi-pros au point qu’il est difficile de les départager, garantissent l’imparable richesse humaine indissociable de la course qui réunit tous les quatre ans ces marins de tous bords sur la même ligne de départ.

Cet article a été lu 66 fois.