Cet article a été lu 1283 fois.

Rencontre avec Jérôme DUMONTANT, l’entraîneur du FC Pellouailles-Corzé. Il commencera par nous faire le bilan de la saison des trois équipes seniors et nous parlera de l’investissement des membres du club et ses bénévoles. Ensuite, il nous donnera les points positifs et ceux à améliorer en vue de la saison prochaine. Il reviendra sur le match déclic de la montée en Régional 3 et nous parlera de son mercato estival.

Bonjour Jérôme, quel bilan faites-vous de la saison du FC Pellouailles-Corzé ?

“Je vais dire qu’il est satisfaisant, puisque nous finissons premier des deux groupes de première division, avec le plus grand nombre de points dans un championnat qui était relevé. Le club a atteint pour la première fois le cinquième tour de coupe de la France, où nous avons perdu contre une équipe (Saint-Médard-Doulon), qui monte en Régional 2 et qui n’a pas perdu de la saison chez elle.”

Et concernant vos autres équipes seniors ?

“Le groupe B, après des débuts difficiles, a fini honorablement en haut du classement et l’équipe C est montée d’un échelon sur la dernière journée de championnat. Ce que je peux dire, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu, si tu t’entraînes et que tu respectes le groupe, tu as quelque chose en fin d’année. Pour indication, le minimum de joueurs que j’ai eu cette saison à l’entraînement a dû être une vingtaine de joueurs pour trois équipes, et pourtant, on n’a pas les infrastructures des clubs de villes. Cela doit être la bière à un euro qui doit les motiver a être assidus. Non plus sérieusement, il faut un mélange de discipline, de rigueur, de respect et de plaisir et tu as des victoires au bout. Je sais que je suis quelqu’un d’exigeant pour avoir des résultats, mais après deux ans, les gars commencent à me connaître. Ces montées, ce n’est pas le travail d’une seule personne, mais des éducateurs en place qui passent du temps, comme Fabrice Gaudry, Philippe Dohin, Fred Surot. Derrière cela, il y a tous les bénévoles qui mettent une touche à leur manière. Je pourrais citer le président Frédéric Pauvert, pour sa disponibilité, ses opens bar après des victoires, Bruno Blondeel le vice-président, qui s’occupe du site quels que soient les équipes et nos nombreux bénévoles sans tous les citer, qui mettent une pierre à l’édifice en traçant le terrain de la commune et oui cela existe encore chez nous au FCPC, à se demander à quoi sont payés les agents communaux ??? Merci encore à vous, messieurs, car sans ces petites attentions, le football au FCPC serait moins convivial et moins riche en émotions. Je vous promets que l’on essaiera de vous donner autant de plaisir à mouiller le maillot la saison prochaine sur le rectangle vert.”

Quels ont été les points positifs et ceux à améliorer eu vu de la saison prochaine ?

“Les points positifs et à améliorer ne sont pas de mon domaine, mais celles des politiciens bureaucrates, c’est-à-dire des communes qui devraient tenir compte de l’investissement des bénévoles qui vont tous dans le même sens. Qu’ils arrêtent d’être des beaux parleurs et qu’ils agissent un peu plus vite et qu’ils soient plus réactifs. Lorsque nous sommes en finale de coupe de l’Anjou et que la commune est mise en avant, ils sont fiers d’être en haut de l’affiche, mais quand faut faire l’entretien de la pelouse, il y a toujours des excuses et ils bottent en touche, en étant livrés à nous-même. Les excuses, c’est comme le trou du cul, tout le monde en a, et encore, je suis respectueux. Pour avancer, il faut améliorer le quotidien et le bien-être, et surtout être crédible vis-à-vis des gens qui paient leurs impôts locaux. Bref…”

A partir de quel match, avez-vous pensé que la montée en Régional 3 serait envisageable ?

“Le match retour à Bouchemaine a été déterminant, puisque nous avons réussi à accrocher un match nul là-bas. On a eu une hécatombe de plusieurs joueurs blessés en même temps (huit joueurs titulaires par rapport au match aller. Tout le mérite revient aux gars de l’équipe réserve et aux U19 qui ont amené leur pierre à l’édifice. On n’a pas forcément joué à fond les coupes et le Challenge de l’Anjou, pour ne pas perdre trop de force. On a perdu (1-0) contre Beaucouzé, comme quoi, on a le niveau de la NDC de Pineau, Dadouche, Joly et compagnie (rire). Concernant le Challenge de l’Anjou contre Mazé, on se fait éliminer en huitième de finale. C’est notre fin de parcours en coupe, ce qui nous a permis de ne pas perdre trop de forces et de blessés en championnat. Mais comme je le dis à mes enfants “dans la vie, on ne peut pas tout avoir”.”

Pouvez-vous nous parler de votre mercato estival ?

“Pour les départs, il n’y en a pas, mais plutôt des arrêts. Celui de notre captain “patchou”, qui nous a manqué sur les derniers matchs et celle de Bruce Ikango, qui va se lancer dans le coaching seniors et qui voulait finir en tant que joueur sur une bonne note. Merci à lui pour son apport auprès des jeunes et surtout pour sa gentillesse sur et hors du terrain. Concernant les recrues, tant que ce n’est pas signé, c’est officieux et non officielles, donc, je ne peux pas en dire plus pour le moment…”

Comme allez-vous préparer la montée au niveau régional ?

“Une montée en région, cela veut dire encore plus d’exigence sur et hors du terrain. Il y aura aussi plus de déplacements, plus de frais pour le club, moins d’heures de sommeil pour certains (Ptit Bichon par exemple), donc, plus de cheveux blancs pour moi la saison prochaine, c’est sûr.”

Avez-vous un dernier mot pour conclure ?

“En effet, j’aurais un dernier mot pour mes joueurs. Je leur souhaite de profiter de leurs vacances pour décompresser, aller fêter les quatre-vingts ans de la grand-mère pour revenir en forme (sans surcharge pondérale Mr Tijou) début Août. L’appétit vient en mangeant et les résultats en s’entraînant. Bonnes vacances au football amateur et merci à mes joueurs de me supporter autant que ma femme Manuela.”