Après une carrière bien remplie en tant que joueur de football professionnel, Thierry Cygan aspire maintenant à faire partager son expérience au club de l’AS Saint-Sylvain-d’Anjou Football, où il souhaite s’inscrire sur le long terme. Entretien.

Bonjour Thierry, parlez-nous de votre parcours sportif ?

“Originaire du Nord de la France, j’ai débuté le football au club de l’ES Wasquehal, de la catégorie Poussins à Cadets Nationaux. Ensuite, je suis rentré au centre de formation de Valencienne FC, où j’ai commencé apprenti footballeur, puis stagiaire. J’y ai évolué pendant six saisons. Ce ne fut pas une période facile, car j’étais arrivé au club, lors de l’affaire VA-OM.”

Vous êtes ensuite retourné au club de vos débuts, avant d’arriver en Anjou ?

“A la suite de mon expérience à Valenciennes, je suis retourné jouer pendant cinq ans à Wasquehal. Je suis parti au moment où le club évoluait en Ligue 2. Je suis arrivé au SCO d’Angers, en 2002, alors en National, jusqu’en 2009.”

Puis vous êtes parti dans le département de la Manche avant de finir votre carrière dans le monde amateur ?

“Après mon départ du SCO, je suis parti jouer dans la Manche, à l’AS Cherbourg Football. Puis, je suis à nouveau retourné dans le Maine-et-Loire, au SO Cholet pendant deux saisons, puis à l’Union St Léger St Germain Champtocé de l’Avenir et enfin à l’AS Saint-Sylvain-d’Anjou Football, où je viens de finir ma deuxième saison. Après une année en tant qu’éducateur des jeunes et responsable des seniors, je vais passer Manager Général à la rentrée prochaine.”

Comment s’est passée, à l’époque, votre arrivée au club d’Angers SCO ?

“A l’époque, après mes cinq saisons à Wasquehal, je me suis retrouvé au chômage à l’UNFP. Après un match amical avec l’équipe de l’UNFP contre les chamois Niortais FC, Eric Guérit, l’entraîneur du SCO à ce moment-là, m’a recruté à la suite de ce match.”

Avez-vous des regrets dans votre carrière ?

“Sincèrement, je ne me focalise pas avec les regrets. Concernant ma période au SCO, malgré les différents problèmes au sein du club et les différents changements de présidents, j’ai préféré rester au club, pour le confort de vie, que d’aller chercher un autre club ailleurs.”

Quels sont les entraîneurs qui vous ont marqué dans votre parcours de footballeur ?

“Je dirais Stéphane Moulin pour son côté humain, quelqu’un à l’écoute des joueurs. Jean-Louis Garcia et Eric Guérit m’ont aussi apporté leurs exigences tactiques. Jean-Pascal Beaufreton, qui était entraîneur-adjoint au SCO, m’a beaucoup apporté dans sa gestion humaine, tactique et technique. Je me sers de mon expérience de footballeur, avec tous ces entraîneurs, pour en retirer une expérience positive et constructive dans mon parcours, aujourd’hui, d’entraîneur.”

Avez-vous des joueurs qui ont pu vous marquer ?

“J’ai un joueur qui m’a marqué, c’est William Loko, connu à Wasquehal. J’ai aimé sa joie de vivre et sa faculté à faire la part des choses entre l’exigence du football professionnel et le côté festif.”

Avez-vous des événements que vous retiendrez ?

“Il y a la montée de National en Ligue 2 avec Wasquehal, lors de la saison 1998/1999. C’était la première fois, que le club accédait au monde professionnel. Puis, il y a les deux montées, là-aussi, du niveau National en Ligue 2, avec Angers SCO. Et pour finir, je dirais le 32e de finale de coupe de France avec Angers SCO, au stade Vélodrome, contre l’Olympique de Marseille (3-2). Je me souviens d’une action, ou sur un petit pont sur N’Diaye, je donne le but décisif à Cyril Théréau.”

Quelles sont, selon vous, les qualités d’un joueur de football professionnel ?

“Il faut que le joueur soit fort mentalement. Au-delà de l’aspect technique, il faut savoir s’adapter, anticiper, être rigoureux. Et puis, l’intelligence de jeu est aussi primordiale.”

Qu’est-ce que vous avez apporté au club de l’AS Saint-Sylvain-d’Anjou Football, depuis votre arrivée ?

“Je pense que j’ai surtout apporté plus d’exigences dans le conseil, la pédagogie, la correction dans le geste technique. J’ai aussi apporté plus de rigueur, d’intelligence technique et le fait de se faire plaisir dans sa pratique sportive. J’essaie d’amener mon expérience et l’exigence d’ancien joueur professionnel, dans le monde amateur.”

Comment voyez-vous l’évolution du football ?

“Malheureusement, il y a de moins en moins de respect des anciens ou de la hiérarchie, que cela soit dans le monde professionnel ou amateur. On est obligé de faire avec. Malgré cela, il ne faut rien lâcher et continuer d’appliquer un minimum d’éducation et d’instaurer une hygiène de vie, sur et en dehors du terrain. Ce sont des valeurs de vie importantes, même si c’est de plus en plus dur à instaurer. Concernant le football professionnel, c’est un milieu très exigeant, mais c’est une vie fabuleuse.”

Comment êtes-vous venu au football ?

“Au départ, je n’ai jamais pensé à devenir joueur professionnel. Plus jeune, j’hésitais entre le football et le tennis. Et puis, finalement, j’ai opté pour le football, pour son côté collectif. Puis, avec les années, j’ai commencé à penser, à une carrière de joueur de football professionnel, mais ce n’est qu’à mon arrivée au centre de formation de Valenciennes et en m’accrochant, que j’ai finalement réussi à devenir professionnel. Cela demande beaucoup de contraintes et de sacrifices, mais je pense que cela en valait le coup.”

Comment aviez-vous imaginé votre après-carrière ?

“Je pense que les après-carrières des joueurs de football professionnels sont de plus faciles à gérer, avec souvent des conseillers mis à disposition. Me concernant, c’est Jean-Pascal Beaufreton qui m’a donné l’envie de devenir entraîneur.”

Pensiez-vous devenir entraîneur après votre carrière ?

“Non, car au départ, après ma carrière, j’ai tenté de devenir dessinateur assistant d’architecte, mais je ne me voyais pas être toute une journée dans un bureau. Et puis, j’ai passé le Diplôme d’Entraîneur de Football (DEF) et cela m’a plu. Cela me donne en plus, la possibilité d’entraîner jusqu’au niveau national.”

Pour finir, quelles sont vos ambitions personnelles et avez-vous un mot pour conclure ?

“Je me donne pour objectif d’entraîner le plus haut possible, avec pourquoi pas la possibilité d’entraîner un jour, un club de niveau National. Mais, pour le moment, je souhaite m’investir sur le long terme au club de l’AS Saint-Sylvain-d’Anjou Football et à le faire progresser à tous les niveaux. D’ailleurs, s’il y a des joueurs motivés et ambitieux, qui souhaiteraient nous rejoindre, les portes sont ouvertes.”

Thierry CYGAN

Né le 4 Avril 1975 à Lens.

Club actuel : AS Saint-Sylvain-d’Anjou Football

Anciens clubs : ES Wasquehal, Valenciennes FC (centre de formation), Angers SCO, AS Cherbourg Football, SO Cholet, Union St Léger St Germain Champtocé de l’Avenir.

 

Thierry CYGAN sous les couleurs d'Angers SCO

Thierry CYGAN sous les couleurs d’Angers SCO

Cet article a été lu 1327 fois.