Après plus d’un an sans compétition, l’heure est à la reprise et se fera le 20 Juin 2021 sur le TOURSNMAN distance L (1,9/90/21), puis le 04 Juillet 2021 sur l’IRONMAN 70.3 LES SABLES D’OLONNES. Rencontre avec le triathlète Ludovic LEVEQUE, qui revient sur la période Covid jusqu’à son retour à la compétition, où il nous parlera de sa préparation et de ses futurs objectifs.

Mais avant cela, il a fallu faire face à la pandémie et donc une adaptation sportive notamment avec les fermetures des piscines et la limitation des déplacements.

Avec mon coach Jérôme Vaglio, nous avons adapté la préparation et nous avons fixé des objectifs sans savoir si ces derniers seraient maintenus.

Tout d’abord, le dix kilomètres des Étoiles, puis des IRONMAN 70.3 et enfin un marathon, mais malheureusement, l’année 2020 fut quasi blanche face à des annulations même parfois à dix jours de la course, mais j’ai relativisé.

La saison 2021, était mal partie également avec des annulations, mais c’est terminé ! On y est, c’est reparti.

Le rythme hebdomadaire est de quinze heures environ par semaine, car il faut conjuguer aussi avec le travail et ma famille d’autant plus que ma femme est enceinte (sourire).

Mais bien évidemment avec les restrictions, il a fallu faire une très grosse pause en natation, ce qui ne m’arrange pas vraiment, car c’est le point à travailler pour moi, mais ça y est, le retour en bassin et en eau libre est de retour (sourire).

En vélo, énormément de “home trainer”, car au début dans le rayon d’un kilomètre, c’était impossible. Ensuite sur dix kilomètres, puis au-delà, c’était bien plus facile. Le résultat est que la progression est là et que le travail de l’ombre paie quand même.

En course à pied, j’ai réussi à maintenir le rythme, soit sur tapis ou sur des boucles autour de chez moi.

Beaucoup de VMA et maintenant on allonge les distances et les enchaînements reprennent.

Comment garder la motivation sportive ?

Tout d’abord avec des courses virtuelles en ligne sur internet ou des courses connectées afin de garder la motivation.

Ensuite, des regroupements virtuels en Home-trainer avec mon équipe LEMON-GRASS TRIATHLON TEAM qui sera d’ailleurs l’équipe la plus représentée sur l’IRONMAN 70.3 des SABLES D’OLONNES.

Enfin, se dire qu’il faut être prêt au cas où une course aurait lieu malgré tout et justement on y est…

J’ai également gardé une motivation, car j’aime m’entraîner pour garder un niveau correct et toujours l’objectif de m’améliorer. Je gardais en tête que les compétitions allaient revenir.

Et l’alimentation dans tout ça ?

Alors là, ce n’est pas évident, déjà de garder une charge d’entraînement sans compétition, mais en plus de faire attention à la nourriture n’est pas une simple affaire.

Dans l’ensemble, j’ai toujours maintenu mon alimentation en lien avec mon entraînement. C’est-à-dire un petit déjeuner avec des protéines, des fruits, du laitage 0 %, du miel et du muesli. Concernant, le déjeuner et le dîner, il y a toujours des protéines, des légumes, des féculents ou légumineuses (pas sur chaque dîner), des laitages 0 % et fruits. Pas d’alcool et très peu de matière grasse, cela fait partie de notre mode de vie à la maison, donc, cela a été plus facile de maintenir un rythme.

Il n’est jamais évident de tenir cela sur du long terme, mais cela évite les blessures et d’être en forme le jour J en apportant le bon carburant est important.

Voilà, on sort de cette mauvaise période, où ce n’était pas simple chaque jour. Les objectifs de reprise sont donc Tours et Les Sables d’Olonnes en début de saison, puis Royan et Deauville en seconde partie de saison.

Pour la saison 2022, ce sera essentiellement de l’IRONMAN 70.3 avec des courses en report de 2020 et 2021.

Pour la saison 2023, on en discute avec ma femme que j’intègre totalement dans mes objectifs et que je remercie toujours autant pour me laisser vivre ma passion. Un objectif se dessine, mais la destination n’est pas encore choisie à 100 %, mais pourquoi pas un XTREME TRIATHLON (3,8/180/42) comme notre dernière aventure en Norvège sur le NORSEMAN.

 

Cet article a été lu 182 fois.