Rencontre avec Danick BOUCHARD, le top scoreur des Ducs d’Angers. L’attaquant angevin reviendra sur la série remportée face aux Boxers de Bordeaux (4-0), puis se projettera sur le prochain rendez-vous des demi-finales, face aux Dragons de Rouen, en nous donnant les clés qui auront une importance dans cette opposition. Il estime que cela se jouera sur des détails et qu’il faudra être intelligent et être efficace sur divers aspects du jeu.

Bonjour Danick, pouvez-vous revenir sur la série des quarts de finale face aux Boxers de Bordeaux ?

“C’est sûr que l’on ne s’attendait pas à gagner la série 4-0, on s’attendait à une série plutôt longue, qui aurait été jusqu’au sixième, voire au septième match. Il y a eu des performances extraordinaires des gardiens de but, des deux côtés. En général, les matchs de hockey se jouent sur des détails et lors des play-offs, c’est encore plus vrai. Je pense que nos actions offensives ont été mieux exécutées de notre part, durant les quatre matchs.”

A Bordeaux, cela s’est joué un peu sur le réalisme entre les deux équipes ?

“Je pense que des deux côtés, il n’y a pas eu beaucoup de chances de marquer. Le focus a été plus axé sur le secteur défensif que sur le secteur offensif. Cela s’est vu sur les deux matchs de la série, à Bordeaux.”

Est-ce que vous vous attendiez à ce jeu plus défensif ?

“Je pense que l’on a vu cet aspect durant toute la série. Au contraire de la saison régulière, lors de ce début de play-offs, on a pu constater plus de tirs de loin de la ligne bleue avec beaucoup de batailles en un contre un, en direction du but adverse. A ce sujet, durant la série, on en a eu, on en voit plus durant la saison, que lors des play-offs.”

Est-ce vous pensez que cela s’est joué aussi sur l’exploitation des supériorités numériques ?

“Si je ne me trompe pas, on a marqué seulement deux buts, lors de supériorités numériques, durant les quatre matchs, donc je ne peux pas dire que cela a été notre point fort. On a eu beaucoup de chances de marquer, mais on n’a pas su concrétiser comme durant la saison régulière. L’objectif était de se procurer plusieurs occasions en supériorités numériques, donc, c’est bien, mais on a été opposé à un bon gardien de but adverse. Malgré tout, on n’a rien lâché. On a senti que Clément Fouquerel (gardien de but de Bordeaux) commençait à fatiguer sur le troisième match, on a su en profiter. Cela nous a permis de prendre le large avec trois victoires à zéro. C’est ensuite compliqué pour n’importe quelle équipe.”

Au final, vous n’avez pas encaissé beaucoup de buts ?

“C’est sûr que notre désavantage numérique a été bon. C’est toujours bien pour le moral de l’équipe et cela motive tous les joueurs. Comme je ne joue pas les infériorités numériques, c’est toujours très motivant de voir l’efficacité des coéquipiers. Il y a aussi eu les très bonnes performances de notre gardien de but, Florian Hardy, qui a évité d’encaisser des buts.”

Vous n’avez pas non plus inscrit beaucoup de buts… ?

“A ce sujet, il ne faut pas non plus oublier aussi la bonne performance de Clément Fouquerel, le gardien de but bordelais. Ce n’est pas pour rien, qu’il est l’un des meilleurs gardiens de but français, en compagnie de Florian Hardy.”

Justement, que pouvez-vous nous dire sur les quatre performances de Florian HARDY, votre gardien de but ?

“Il n’y a rien à dire sur ses performances, car il a été très bon. On l’a senti très concentré et très affamé comme toute l’équipe, durant toute la série. Le destin aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, mais on a bien abordé les quatre matchs, avec un bon état d’esprit. Au final, cela a basculé de notre côté.”

Quel a été le discours du staff, sur le bilan de cette série ?

“Il nous a simplement dit d’être contents de ce que l’on a accompli et de se reposer pour être prêt pour la série des demi-finales, contre les Dragons de Rouen. Si l’on veut être champion de France, on est à un tiers du parcours et il nous reste encore huit victoires à aller chercher. On va aller les chercher une par une.”

Il était important de gagner rapidement la série, pour ne pas trop puiser dans les organismes ?

“C’est sûr qu’il était important de finir la série le plus rapidement possible. Le but de chaque équipe est de gagner tous les matchs. L’important était de… (Vous avez lu 30% de l’article. Connectez-vous pour lire la suite ou abonnez-vous en cliquant sur ce lien).

 

 

 

Cet article a été lu 144 fois.