Très peu d’enjeu mais quelle ambiance ! La rencontre entre le 5ème et le 6ème du groupe A a abouti à une victoire sur le fil de la Pologne (26-25) dans une salle chauffée à blanc.

Apparemment, les Français ne sont pas les seuls à jouer à domicile dans ce championnat du monde. A voir la réaction des spectateurs nantais à chaque but japonais, les nippons évoluaient avec le public dans la poche. Malheureusement, cela n’a pas suffi et le Japon s’est incliné. Un score final serré qui reflète parfaitement la physionomie du match, les deux équipes ne se sont pas lâchées d’une semelle pendant une heure (le plus grand écart a été de 3 buts). Mais si les Polonais ressortent vainqueurs de la confrontation, ils peuvent s’estimer heureux d’avoir affronté une équipe en manque d’expérience au très haut niveau. 

En première mi-temps, les hommes d’Antonio Carlos Ortega ont souvent mené sans pour autant se détacher (sauf en fin de période (9-11 à la pause). Appliqués en défense et totalement libérés en attaque, les Japonais posaient problème aux géants polonais qui n’arrivaient pas à canaliser l’énergie des nippons. Avec un jeu très fluide et basé sur un très bon collectif, le Japon virait en tête à la pause avec un homme à sa tête, Hiroki Shida (3 buts en 30 minutes). Mais les Japonais dépensaient sans compter sur le terrain et on voyait la fin de match difficile se dessiner. 

Les Polonais sont revenus du vestiaire avec beaucoup plus d’entrain et de maîtrise. Les Japonais, sûrement un peu émoussés de leur performance en première période, souffraient. Physiquement, la Pologne s’est imposée et a peu à peu pris l’ascendant sur son vis-à-vis (14-14, 37ème). Avec un très bon Lyzwa, les Polonais trouvaient de plus en plus d’espace et inscrivaient facilement ses buts face à un Shimizu peu inspiré. En prenant le Japon à son propre jeu, c’est-à-dire en jouant rapidement en contre, les joueurs de … ont su inverser la tendance et prendre le match en main. Malgré quelques jolis gestes, les Japonais ont payé leur manque de présence physique face à un adversaire largement supérieur dans ce domaine (2 joueurs de plus d’1,90m contre 8 côté polonais). Dans une fin de match hachée, la Pologne a parfaitement géré. Le Japon n’a jamais pu revenir et doit s’incliner sur un score rageant (26-25). 

Mais qu’importe, les nippons sont là pour apprendre et visent le long terme avec Tokyo 2020. Si la mission performance n’est pas encore remplie (aucune victoire en 4 matchs), la mission séduction est, elle, bien en cours de réalisation et est déjà bien avancée. Avec un jeu spectaculaire et séduisant, l’équipe japonaise a, en quelques matchs, su séduire le public français. Un public qui lui a bien rendu aujourd’hui avec des olas et des chants. La preuve en est dans les derniers instants. A l’annonce du MVP, la salle scandait “Shida, Shida !” réclamant son héros du match. Mais c’était le gardien polonais, Morawski, auteur d’une très belle prestation lui aussi, qui était désigné. Déçu, le public nantais huait. 

Cet article a été lu 1001 fois.