Cette semaine, nous mettons en valeur deux bénévoles au sein du club de Mûrs-Érigné Basket Club. La tâche n’est pas forcément la plus simple puisqu’il s’agit de deux formateurs de jeunes arbitres club.

Bonjour Dominique et bonjour Bertrand, pouvez-vous, vous présenter ?

Bertrand : “Bonjour, je m’appelle Bertrand ALBERT, j’ai quarante-six ans, je suis l’heureux papa de Louis, joueur en U17 masculin et d’Héloïse, joueuse en U15 féminine.”

Dominique : “J’ai quarante-sept ans. J’ai été joueur dans un petit club des Mauges (aujourd’hui, le Fuiletais Rémygeois Basket (FRB) à Montrevault-sur-Èvre) de sept ans à vingt-trois ans. Puis, ma profession m’a éloigné des salles de sport. J’y suis revenu avec plaisir, il y a huit ans environ, quand mes deux enfants, Lilou et Abel, ont choisi ce sport. Aujourd’hui, au MEBC, j’essaie de coordonner avec Bertrand l’école d’arbitrage. Et pour les plannings, nous travaillons avec tous les arbitres du club : Jona, Bruno, Cédric, Chloé et Christophe.”

Être arbitre, c’était une vocation pour vous ? Comment est arrivée cette envie de prendre le sifflet ?

Bertrand : “Pas franchement, car je n’ai jamais été joueur de basket, mon historique sportif est martial (je suis pratiquant d’aïkido depuis de nombreuses années). Je suis venu au basket par la pratique de mes enfants. Les règles étant les mêmes dans tous les clubs, nous avons été convoqués pour être de table ou de transport régulièrement. J’ai rapidement constaté que c’était souvent le bazar sur l’arbitrage et que les personnes qui étaient volontaires ou désignées se retrouvaient rapidement en difficultés par manque de connaissances ou de formations. Nous avons donc fini par mettre en place une équipe d’arbitres club avec Dominique DROUET, Bruno COULOIGNER, Jonathan ALARY. Nous nous sommes formés grâce au E-learning (cours par internet) du comité de Basket de Maine-et-Loire pour avoir les règles de base, que nous avons complétées par des formations au sein du club, dispensées par Christophe RENIE (arbitre officiel). De plus, deux jeunes du club (Owen AUTRET et Malicia DELAHAYE) sont venus renforcer notre équipe après une formation d’officiel. Ils nous rendent souvent de fiers services.”

Dominique : “J’avais déjà arbitré quand j’étais joueur bien sûr et j’aimais ça. L’arbitrage au MEBC est né plutôt d’une insatisfaction partagée avec Bertrand sur ce que proposait le club. Le MEBC n’était pas en mesure, faute de bénévoles, d’accompagner les jeunes arbitres et ceux-ci étaient souvent malmenés par les coachs et les parents. Nous nous sommes simplement dit qu’il fallait se bouger pour que les matchs se déroulent normalement et que nous devions en tant que parent, plus nous impliquer. Pour accompagner et former, il faut soi-même se remettre à niveau sur la théorie et la pratique. La formation E-learning (via internet) de la FFBB avec la création des arbitres Club est tombée à point. ET c’est Christophe Renié qui a assumé notre formation: là, nous avons alors découvert les zones 123456, ABCD, les zones de décisions et de compétences, la communication, les 24, 14, 8, 5, 3 secondes, bref tout le jargon de l’arbitrage. Christophe a su nous transmettre sa passion. Un groupe d’arbitrage s’est dessiné rapidement avec Jona et Bruno la première année, puis Malicia, Chloé et Owen ont fait leur PEA (Perfectionnement Entraîneur/Arbitre) et ont rejoint Christophe et Nathan en arbitres officiels. Cédric nous aide aussi au planning et à l’arbitrage. Cette année, on forme Louis, Jules et Basile en tant qu’arbitre club. Nous avons également Céline et Marco en OTM (Officiels de Table de Marque), et Lilou en OTM club, qui va faire sa formation d’officiel cette année avec Chloé, qui rejoint les OTM !”

En plus de prendre le sifflet, vous formez les jeunes joueurs du club. Comment faîtes-vous pour donner envie aux jeunes de s’investir dans l’arbitrage ?

Bertrand : “Pour rassurer les jeunes et leurs parents, nous les accompagnons systématiquement pendant leurs matchs, ce qui facilite leurs apprentissages. Nous demandons des choses simples en fonction du niveau de chaque enfant et nous faisons en sorte de désigner les jeunes au niveau, où ils peuvent prendre plaisir à arbitrer les matchs.”

Dominique : “Nous sommes très présents sur les arbitrages jeunes. En plus des différents temps de formation au cours de la saison et des ateliers JDA en partenariat avec le comité départemental de Basketball de Maine-et-Loire, nous venons accompagner les arbitres. On leur donne un ou des objectifs à atteindre, qui peuvent être très simples (gestuel ou placement) et qui seront différents les fois suivantes. Cela met l’enfant dans une position d’arbitre. Si cela est trop difficile, nous sommes au côté de l’arbitre avec notre sifflet pour que le jeu se déroule normalement. Et surtout en fin de match, nous insistons sur ce qui a été bien fait, le reste se corrigera au prochain arbitrage ! Les arbitres savent donc qu’un référent arbitrage sera là et assumera les éventuelles difficultés avec les coachs ou parents. Nous communiquons sur notre méthodologie avec l’équipe adverse et cela est très bien accueilli. Et ce qui est vraiment sympa, c’est que tout le groupe d’arbitres du club participe à ces accompagnements. Nos officiels viennent aussi nous donner des coups de main.”

Pouvez-vous nous expliquer vos missions au sein de votre commission d’arbitre ?

Bertrand : “Planning arbitrage, accompagnement des jeunes, formation, détection de futur arbitre club, suivi de formation des futurs arbitres et arbitrage des matchs.”

Dominique : “C’est un gros travail, car chaque week-end, nous convoquons environ une vingtaine de personnes. Nous correspondons avec le CDO (comité/arbitrage). Nous sommes responsables de l’école d’arbitrage (on attend la validation de notre niveau 2) et nous suivons des arbitres en formation. Nous souhaitons créer une émulation autour de l’arbitrage. Il y a actuellement quatre officiels, cinq arbitres club, deux OTM (officiel table de marque), un OTM club, trois officiels de club en formation.”

 

Pour vous, qu’est-ce qu’un bon arbitre ?

Bertrand : “Être pédagogue, être à l’écoute des demandes des joueurs et des coachs, être ferme et juste dans les décisions durant le match pour éviter les débordements.”

Dominique : “C’est un arbitre que l’on découvre à la fin du match ou que l’on a déjà oublié ! L’arbitre est juste là pour que le jeu se déroule. L’attitude est aussi importante : L’arbitre doit faire les efforts nécessaires en terme de placement, de gestuelle et de communication.”

Quel type d’événement mettez-vous en place pour former les jeunes du club ?

Bertrand : “Nous mettons en place des formations théoriques et pratiques au sein du club durant la saison.”

Dominique : “Cette année, les JDA (Journée de Découverte de l’Arbitrage) en partenariat avec le Comité de Basketball de Maine-et-Loire. Nous avions cinq ateliers. C’est aussi l’occasion d’intégrer d’autres bénévoles et les officiels comme Owen et Malicia, et d’inviter d’autres clubs à participer (cette année, le club de Mozé, nous a rejoint). On s’aperçoit que les difficultés sont les mêmes partout ! Ensuite, il y a des temps particuliers par niveau. Le prochain sera au mois de janvier, avec les arbitres club en formation et les licenciés qui souhaitent progresser.”

À partir de quel âge, commencez-vous à initier les jeunes ?

Bertrand : “A partir de la catégorie U13.”

Dominique : “En effet, on débute à partir de la catégorie U13, avec quelques U11, qui ont des dispositions. Cette année, à l’initiative d’Amélina Lefrant, nous avons aussi fait une initiation avec des U9 avec un retour très intéressant. J’ai encore croisé Peyo, samedi dernier à la salle, avec son sifflet autour du cou ! C’est top !”

Les violences physiques et verbales que l’on rencontre de plus en plus sur les terrains ne vous découragent pas ?

Bertrand : “Non, cela ne me courage pas encore, je trouve cela franchement pénible, d’autant que je suis issu d’une pratique sportive où l’incivilité n’a pas sa place.”

Dominique : “Comment dire… Cela me désespère quand cela arrive. J’ai encore été témoin, ce week-end, d’une situation difficile avec deux arbitres découragés. Heureusement, ce qui me rassure, c’est que la formation des coachs et des techniciens est de plus en plus pointue, et pour moi, ce sont eux qui donnent le ton dans une salle de Basket. S’ils respectent les arbitres, les joueurs et les parents les suivent. Sinon, ils les suivent aussi… malheureusement.”

Entre nous, quand vous encouragez votre club, vous êtes toujours impartial ou un brin chauvin ?

Bertrand : “J’avoue être un brin chauvin, mais en restant le plus fair-play possible.”

Dominique : “J’encourage les Rouges bien sûr et puisque je regarde surtout les Rouges, je peux aussi surréagir, sur le + haut niveau où cela va vite, notamment la NF3 que nous avons la chance d’avoir au MEBC. Mais d’accord ou pas d’accord, quand c’est sifflé, j’attends juste la prochaine belle action de jeu qui me fera vibrer !”

Un petit mot pour finir ?

“Venez nous rejoindre à la Commission arbitrage ! Il y a toujours un truc à grignoter !”

 

Cet article a été lu 388 fois.