Demain, vendredi 29 juillet, à 13h02, le compte à rebours marquera le cap des 100 jours avant le départ de la 12e édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Un passage symbolique pour les marins, le grand public, les partenaires et les organisateurs qui attendent avec impatience le coup d’envoi d’une fête qui s’annonce grandiose. Pour les 138 concurrents en lice, ces 100 jours restants vont se teinter d’une saveur toute particulière, entre préparatifs physiques et techniques, qualification et recherche des derniers partenaires pour boucler leur budget pour certains. Un temps à la fois long et court qui va permettre à chacun de se préparer de la meilleure des manières aux retrouvailles avec la plus mythique des courses transatlantiques en solitaire. 

Qualifications : la même règle pour tous !

Le dimanche 6 novembre, à 13h02, ils seront 138 marins sur la ligne de départ de l’édition 2022 de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. 138 solitaires engagés sur la plus belle des transatlantiques, tous en quête de leur Graal. Rêve d’une vie pour certains, objectif phare d’un programme sportif pour d’autres ou encore rendez-vous honoré tous les quatre ans pour côtoyer les professionnels, l’épreuve réunira cette année encore tous les profils et les aspirations possibles. A 100 jours du grand départ, pour tous, l’heure est aux préparatifs à terre et en mer. Car si depuis le 5 avril pour la plupart, ou le 27 avril pour les 18 bénéficiaires d’une Wild Card, tous savent que le « Rhum » leur ouvre les bras, il leur faut néanmoins souscrire à un certain nombre de formalités indispensables pour valider leur inscription. Quelle que soit la taille du bateau ou le palmarès du skipper, les obligations sont les mêmes pour tous, à commencer par décrocher sa qualification pour l’épreuve. La Direction de Course exige en effet de chaque marin qu’il effectue un parcours de 1200 milles en solitaire à bord de son bateau avant le 6 octobre*.  Cette navigation peut s’effectuer sur un tracé libre, validé par l’organisation, à la condition qu’il comprenne un minimum de 120 milles (10% du parcours) au près dans du vent soutenu. Mais la qualification peut également être accordée en participant et terminant une course dite « qualificative ». Ainsi, de nombreux marins ont-ils d’ores et déjà décroché leur sésame en disputant la 1000 milles Les Sables (Ocean Fifty et Class40), la Guyader Bermudes 1000 Race (Imoca), la Vendée Arctique (Imoca) ou plus récemment la Drheam Cup (Ultim 32/23, Ocean Fifty, Imoca, Class40).

A 100 jours du départ, ils sont 7 Ultim 32/23, 6 Ocean Fifty, 22 Imoca, 39 Class40, 9 Rhum Multi et 6 Rhum Mono, soit 64,5% de la flotte, à s’être acquittés de leur parcours de qualification. Pour les autres, les semaines qui viennent vont y être consacrées. Une fois cette navigation dans leur sillage et les formalités administratives (certificat de jauge, dossier médical…) remplies, s’ouvrira un dernier temps de la préparation ; celui de l’attente du convoyage vers Saint-Malo pour l’ouverture du village le 25 octobre et de la plongée dans cette magie du Rhum qui fait que tous viennent et reviennent avec toujours autant d’envie.

Saint-Malo et la Guadeloupe se préparent à accueillir les marins.

A terre, les préparatifs aussi vont bon train. A Saint-Malo, le test d’entrée dans le port d’un grand trimaran s’est déroulé sans encombre, le 12 juillet dernier, avec la précieuse collaboration d’Yves Le Blevec qui a accepté que son Actual soit bateau étalon. Une opération menée avec succès sous la houlette de l’équipe direction de course de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, qui confirme ainsi que l’engagement de faire entrer tous les bateaux dans les bassins malouins, même les plus grands, pourra bien être tenu. Cette présence des 138 voiliers donnera une nouvelle dimension au village de la course qui vivra du 25 octobre au 6 novembre sur les quais de la cité corsaire, occupant une surface XXL de 70 000 m2.

En Guadeloupe, les festivités se préparent également et tout le territoire est mobilisé pour réserver l’accueil incroyable qui le caractérise. Trois villages permettront de vivre au rythme de la course et des arrivées des marins : au Mémorial ACTe du 11 novembre au 4 décembre, à la Marina du Bas-du-Fort du 11 au 27 novembre et à Basse-Terre du 10 au 13 novembre. Tout un programme et autant de raisons de se qualifier pour les skippers !

Ils ont dit :

Joseph Bizard, Directeur Général d’OC Sport Pen Duick : « A 100 jours du coup d’envoi de la plus célèbre des transatlantiques en solitaire, les briques du puzzle s’assemblent et commencent à donner forme au superbe évènement que nous avons imaginé avec nos partenaires, au premier rang desquels la région Guadeloupe, la ville de Saint-Malo, la région Bretagne et le CIC. A l’image du sprint dans lequel les 138 marins qui prendront le départ le dimanche 6 novembre prochain sont lancés, toute l’équipe d’organisation est, elle aussi, dans cette dernière ligne droite avant l’ouverture du village départ de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Nous sommes dans les derniers préparatifs, dans cette période si particulière au cours de laquelle le départ nous semble à la fois lointain et proche. Nous nous attachons à ne laisser aucun détail au hasard pour faire de cette Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2022, une édition exceptionnelle ».

Francis Le Goff, Directeur de Course de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe : « Le parcours de qualification imposé aux concurrents de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe est inscrit dans l’avis de course mais son format est défini par l’organisateur, en fonction du niveau de difficulté de l’épreuve. C’est pour cette raison que nous demandons aux marins d’effectuer un minimum de 10% du parcours dans du vent soutenu et au près. L’idée est de solliciter le bateau, quel qu’il soit et d’être sûr que le marin sera à l’aise à bord, une fois au large. La règle est la même pour tous, que le concurrent ait gagné une course autour du monde ou qu’il soit amateur. Ce principe nous permet également de valider la participation de concurrents que nous connaissons moins. En posant cette règle, nous poussons les marins à faire des milles assez tôt dans la saison. C’est aussi une forme de sécurité pour eux. Ils ont l’occasion de se tester et de tester leur bateau.

Nous privilégions les qualifications en course parce qu’il y a plus d’engagement – les marins vont chercher un résultat sportif – et qu’ils n’ont pas le choix de la météo. Mais si les skippers décident de se qualifier sur un tracé libre, nous les suivons de bout en bout. La période des vacances d’été va être propice à la qualification de ceux qui ne naviguent pas toute l’année, en particulier chez les Class40, les Rhum Multi et les Rhum Mono. Mais à ce stade, plus de 50% de la flotte s’est déjà acquitté de son parcours obligatoire. »

*sauf dérogation exceptionnelle de la Direction de Course.

 

Cet article a été lu 39 fois.