Je souhaite relancer le club du Lac de Maine

Après vingt quatre saisons dans son club de cœur de l’AS Lac de Maine Football, puis huit saisons au club du FC Villevèque-Soucelles, Philippe Girault a accepté de revenir au club de ses premiers amours, et d’aider l’ASLM. Il nous retrace son parcours, ses souvenirs et le gros défit qu’il s’est lancé depuis cette saison. Entretien.

Bonjour Philippe, où avez-vous débuté le football ?

“J’ai commencé à jouer au football, au club du FC Stains, à St Denis (93) à l’âge de six ans. Puis en 1983, mon père a été muté sur Angers, et c’est à ce moment là, que je suis arrivé au club de l’AS Lac de Maine. A cette époque, le club venait d’être créé. Il avait seulement deux années d’existence. C’était le temps, de mes premiers copains. Il n’y avait pas encore d’équipes seniors à ce moment là. On a alors monté le club au fur et à mesure.”

Vous avez joué qu’au club de l’AS Lac de Maine ?

“Oui en effet, j’ai toujours joué au club, sauf une saison en 1988, au club de l’Intrépide d’Angers. C’était en cadet.”

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

“Je dirais en premier, les différentes montées avec le club de l’AS Lac de Maine. Forcément, lorsque l’on part de tout en bas, on ne peut que monter. On l’a fait progressivement et avec nos moyens. L’arrivée de David Maillochon a fait changer de dimension le club. Sinon, lorsque je jouais en U19, j’ai le souvenir d’une bande de potes. Vu que l’effectif seniors était limité, le club avait décidé de dissoudre l’équipe de U19, afin de renforcer les seniors. On avait d’ailleurs réussi à sauver l’équipe première de la relégation. Nous avions une belle génération.”

Avez-vous des personnes qui vous ont marqué ?

“Je citerais en premier, Giselle et Dominique Jubin. Je trouve qu’il manque actuellement au club. J’aimerais bien les revoir au club. Sans eux, il y a moins de vie. Dominique Jubin a beaucoup apporté en tant que président. Avec Giselle, ils ont fait beaucoup pour le club. Je pense beaucoup à eux.”

Et sinon lors de votre jeunesse ?

“En minime, il y a eu Jean-Claude Marteau et Gérard Maudemain, que j’ai connus au Lac de Maine. C’était des personnes qui savaient t’encourager pour te faire progresser. Ils savaient parler aux jeunes. Ils m’ont fait prendre conscience que même gamin, on faisait de la compétition. Ils resteront de très belles rencontres. Je parlerais aussi de Xavier Humeau. C’est la première personne qui m’a fait prendre conscience, que le football était un loisir, mais qu’il fallait aussi avoir un coté compétiteur.”

Parlez-nous de David Maillochon ?

“Avec lui, le club a pris une autre dimension. C’est lui qui m’a donné l’envie de devenir entraîneur. Je suis d’ailleurs devenu sont adjoint avec les seniors par la suite. Il a amené sa rigueur et ses connaissances au club. Ce fut un réel plaisir de travailler avec lui. On est devenu depuis des amis.”

Parlez-nous justement de votre nouveau rôle d’entraîneur ?

“Après avoir passé vingt quatre ans au club de l’AS Lac de Maine, j’ai décidé de quitter mon club de cœur pour voler de mes propres ailes. Je suis donc parti entraîner le club du FC Villevèque-Soucelles, où j’ai vécu huit belles saisons. Je suis passé d’un club de ville, à un club rural. Ce fut un changement à tous les niveaux. On passe d’une autre sphère. J’ai connu des joueurs et un encadrement investis, qui m’ont toujours soutenu. Ils m’ont donné les moyens de réussir.  J’ai aussi le souvenir d’une montée, on était en deuxième division de district où l’on avait perdu aucun match. On a fini par montée en première division. Cette expérience restera dans ma mémoire.”

Puis ce fut la fin d’un cycle, pour revenir ensuite au club du Lac de Maine ?

“Après avoir passé huit ans au club, j’avais fait un peu le tour. J’ai compris et on m’a fait comprendre que c’était la fin d’un cycle. Les résultats étaient devenus assez moyen, en deçà de mes espérances. Puis, ayant entendu parlé de mon départ, le club de l’AS Lac de Maine m’a sollicité pour prendre en charge la responsabilité de la catégorie seniors. Je ne pouvais pas refuser l’opportunité de revenir aider le club. Je savais qu’il y aurait un gros chantier et beaucoup de travail pour restructurer le club. Je voulais cependant aider le club à repartir sur une nouvelle voie.”

Pouvez-vous, vous décrire en quelques mots ?

Je dirais que je suis assez têtu dans le bon sens du terme. Je pense être aussi un meneur d’homme, quelqu’un de fédérateur, qui s ait s’entourer des bonnes personnes. Je suis aussi compétiteur et rigoureux dans ce que j’entreprends.

Pour finir, avez-vous une dernière chose à dire ?

“Je dirais et j’insiste sur le sujet, que ce sont les joueurs qui font et défont un club en terme de résultats. L’entraîneur n’est là, que pour donner une ligne directrice. Dans un club, tout le monde doit être concerné.”

Philippe Girault

Né le 13 Juillet 1973 à Angers

Club actuel : AS Lac de Maine (entraîneur)

Anciens clubs : FC Stains (93), AS Lac de Maine, Intrépide d’Angers, FC Villevèque Soucelles.

Cet article a été lu 1225 fois.