Après avoir battu la très belle équipe de Rodez (4ème du championnat) vendredi soir dernier 2-0, l’AS Saint-Etienne va se mesurer au 16ème de Ligue 1 ce soir, le FC Metz, dans le cadre du match aller du barrage entre la Ligue 2 et la Ligue 1. Aucune des deux équipes ne voudra jouer en deuxième division la saison prochaine, et pourtant, l’un des deux clubs y retournera.

À qui la dernière place en Ligue 1 ? Ce qui est sûr, c’est que les deux équipes qui s’affronteront ce soir pour le match aller de ces barrages L1/L2, l’ASSE et le FC Metz ne souhaitent pas retourner en Ligue 2 l’an prochain.

Metz sauvé de justesse lors de la dernière journée

D’abord parce que les messins viennent de monter en Ligue 1, après avoir terminé deuxième l’an dernier derrière le Havre, et devant Bordeaux, après une fin de championnat rocambolesque, et ont été sauvés à la dernière journée de Ligue 1, par un seul but de différence avec le FC Lorient. S’ils possédaient sept buts de différence d’avance sur Lorient avant l’ultime match, les lorrains se sont faits très très peur, puisque les bretons ont finalement gagné 5-0 leur match face à Clermont, et, dans le même temps, Metz perdait 0-2 face au PSG au Parc des Princes. Mais, même si à l’arrivée, les deux équipes avaient le même nombre de points, ainsi que le même nombre de différences de buts, c’est quand même Metz qui a obtenu cette place de barragiste, puisque c’est le 5ème critère qui a départagé les deux équipes, à savoir le nombre de buts marqués à l’extérieur lors des confrontations directes. Et c’est bel est bien le FC Metz qui était devant le FC Lorient sur ce critère, puisqu’ils avaient gagné 2-3 au stade du Moustoir, et que les lorientais n’avaient gagné seulement que 1-2 à Saint-Symphorien…

Saint-Etienne, une remontée inespérée

11ème à la 20ème journée de Ligue 2 avec seulement 29 points, et 11 points de retard sur Angers SCO après le nouveau match nul 0-0 à domicile face au Stade Lavallois, aucun fan de l’ASSE ne pensait que son club allait pouvoir aller chercher une place de barragiste face au 16ème de Ligue 1 ce soir à cette époque. Pourtant, c’est deux journées auparavant que le coach, Laurent Battles avait été limogé, après une nouvelle défaite 1-3 face à l’EA Guingamp. Olivier Dall’Oglio, avait été embauché pour la 18ème journée par les dirigeants stéphanois, dans l’optique d’aller chercher au minimum une 3ème place. Le bilan du coach stéphanois a parlé pour lui : 12 victoires, 5 nuls, et 4 petites défaites en 21 matchs avec les Verts. Mais, il n’en reste néanmoins que ces derniers auraient pu monter directement. Puisque lors des derniers matchs, ils étaient devant Angers, mais ont craqué dans le sprint final, avec 2 matchs nuls contre Guingamp (2-2, alors qu’ils menaient 0-2 à la mi-temps), Rodez (1-1, alors qu’ils menaient 1-0), et une défaite face au 18ème de Ligue 1, assuré de descendre en National, Quevilly-Rouen (2-1). Abattus, les supporters et les joueurs, à la fin de ce match, ne croyaient plus en la montée. Mais l’engouement est revenu à quelques jours du match contre Rodez, après que ces derniers ont battu le Paris FC lors du match de barrage entre le 4ème et le 5ème (2-2, 3-2 aux TAB). Et vendredi dernier, la magie opéra à Geoffroy-Guichard, dans un stade plein pour la 6ème fois consécutive, où les Verts ont montré un visage plus que conquérants, totalisant près de 27 tirs, pour une victoire finale 2-0.

Le facteur X de la rencontre, Georges MIKAUTADZE

C’est lui que les supporters messins peuvent remercier pour l’obtention de la place de barragiste. Parti l’été dernier pour 16 millions d’euros à l’Ajax, club néerlandais, il n’a pratiquement pas joué avec le club de la capitale des Pays-Bas durant la première moitié de saison. Alors, il a souhaité être prêté au mercato hivernal, et est revenu au FC Metz, le club qui lui réussissait tant. Et il faut dire qu’il n’a pas déçu, puisqu’en 20 matchs joués en Ligue 1, il a marqué 13 buts, et délivré quatre passes décisives. Un véritable sauveur donc pour le club messin dans la lutte pour le maintien. Il devra encore être décisif dès ce soir, et dimanche aussi pour son équipe, afin de la maintenir en Ligue 1. Les stéphanois, eux, devront se mobiliser pour empêcher de jouer le « Roi Georges » comme il est appelé chez les grenats.

Cliquez ici pour retrouver le classement complet de la Ligue 1, et ici pour la Ligue 2.