Rencontre avec Djibril KONÉ, l’entraîneur de l’AS Saumur Bayard, une formation de Départemental 1. Il reviendra avec nous sur l’affiche du week-end de son équipe, contre l’AC Longué en Coupe des Pays de la Loire. Il reviendra également avec nous sur le premier match de championnat, contre l’Olympique de Saumur (c) et les objectifs du club dans cette nouvelle saison.

Bonjour Djibril, pour commencer, j’aimerais vous parler de l’affiche de ce week-end, qui oppose votre équipe à l’AC Longué, pensionnaire de Départemental 3 en Coupe des Pays de la Loire. Comment préparez-vous ce match en tant que favori ?

“Oui, c’est vrai que nous sommes favoris sur cette rencontre, il y a deux divisions d’écarts entre les deux formations. Mais ce ne sera pas un match facile, c’est une très belle équipe qui possède des joueurs de qualité. Il est très compliqué d’aller jouer chez eux, nous devrons rester vigilants.”

Pour votre premier match de championnat de la saison, vous vous êtes inclinés contre l’Olympique de Saumur (c) (2-0). Que vous a-t-il manqué durant cette rencontre ?

“On était pourtant bien rentré dans notre match, mais nous avons commis quelques erreurs qui nous ont coûté cher. Saumur était en place avec une très belle équipe composée de beaucoup de jeunes joueurs, se connaissant bien. On a eu un très gros temps fort sans inscrire de but. Je pense qu’il nous a manqué de la réussite sur cette rencontre. Le match n’est pas à jeter, mais on devra s’en servir pour les prochaines rencontres.”

C’est votre première saison en tant que coach de l’AS Saumur Bayard. Quel est l’objectif du club en championnat ?

“C’est un club en reconstruction, il y a eu un changement de président et d’entraîneur. Par rapport à la perte de joueurs que nous avons connue, nous ne pouvons pas viser la remontée en Régional 3, dès cette saison. Dans notre groupe, de meilleures équipes sont présentes pour jouer la montée comme le SO Cholet (c), l’En Avant Beaugeois ou encore l’Olympique de Saumur (c). Cette année, nous voulons nous maintenir le plus tôt possible.”

 

Cet article a été lu 104 fois.