En pleine incertitude concernant son avenir en Proligue, le SCO Handball a déjà entamé son mercato dans le sens des départs. Le club angevin a déjà annoncé, en moins d’une semaine, le départ de onze des dix-sept joueurs de son effectif à l’issue de la saison.

Les nouvelles sont arrivées coup sur coup en quelques jours. Après avoir annoncé la prolongation de contrat de l’ailier grec Grigorios Ioannou le 23 avril dernier, le SCO Handball publiait six jours plus tard sur son site un article faisant état de la non-conservation de Simon Lavialle et de Lucas Meyffret. Le dimanche suivant, les départs de quatre nouveaux joueurs étaient officialisés : l’Américain Aboubakar Fofana, l’ancien parisien Meddy Hoguel-Siphar, ainsi que les deux formés au club Baptiste Mahau et Tom Balesme. Nouvelle annonce mercredi matin avec quatre nouveaux joueurs qui quitteront le club angevin à la fin de la saison : le portier Hugo Guérinot, le Tunisien Hafedh Boussaha, l’arrière Diego Moreno et l’international macédonien Darko Georgievski. L’officialisation de la perte de ces dix éléments en moins d’une semaine s’ajoute au départ annoncé de celui qui a été le capitaine du SCO cette saison, le pivot Valentin Tarrico qui rejoint Billère. Onze joueurs quitteront donc l’effectif Noir et Blanc à la fin de la phase régulière de Proligue en laissant seulement six joueurs sous contrat en Anjou. Le président du SCO, Christophe Maniable, a tenu à rassurer les supporters : “Le club continue à s’activer fortement en coulisses pour présenter prochainement un recrutement à la hauteur de ses futures ambitions”. On devrait donc s’attendre à l’arrivée de nombreux joueurs dans les rangs scoïstes durant les semaines prochaines. Avant cela, petit tour d’horizon des bilans respectifs des joueurs sur le départ au sein du club.

LE DÉPART DE PILIERS DE L’EFFECTIF

C’est la fin d’un cycle au SCO Handball. La direction sportive a pris la décision de se séparer de ceux qui ont contribué à la montée du club en Proligue l’année dernière. L’un de ses plus grands artisans, Hafedh Boussaha, avait été l’élément le plus convaincant de la filière tunisienne arrivée en 2019 en Anjou en même temps que l’entraîneur adjoint Issam Tej, ancien pivot mythique de Montpellier. Boussaha a connu un exercice 2020-2021 plus compliqué, mais l’aigle de Carthage a conservé un bon niveau de jeu, probablement moins adapté pour la Proligue. Recruté en 2019, Simon Lavialle a, quant à lui, été l’homme décisif du SCO Handball lors de cette année de retour en deuxième division. Le demi-centre, auteur de cinquante et un buts en championnat, ne tardera à trouver un point de chute dans un projet ambitieux, en Proligue ou ailleurs. Le gardien de but Hugo Guérinot formait une paire excellente avec son camarade Maxence Rizzi. Le tandem scoïste se séparera donc à la fin du mois de mai, après trois années passées ensemble à défendre les cages du SCO. L’ancien Limougeaud termine la saison avec un taux d’arrêt qui avoisine les 30%, un bilan satisfaisant qui en fait un des meilleurs portiers du championnat. Enfin, le capitaine Valentin Tarrico, qui a vu le jeune Alexandre Abily gagner de plus en plus de temps de jeu au fil de la saison au poste de pivot, a brillé par sa polyvalence et par sa combativité. Ce meneur d’hommes a évolué sur l’aile gauche et aura été redoutable lors des contre-attaques.

DES JOUEURS QUI PROMETTENT

L’ami de Simon Lavialle, Lucas Meyffret, a connu une année en demi-teinte avec une deuxième partie de saison plus compliquée. Il avait pourtant montré de belles choses en 2020 et devrait lui aussi, comme son acolyte Lavialle, retrouver un club qui l’aidera à progresser. Débarqué la même année que le duo Lavialle-Meyffret, Aboubakar Fofana s’était lui aussi installé petit à petit en tant que titulaire au sein de la base arrière angevine. L’Américain, très déçu de ne pas avoir pu disputer le Mondial en janvier 2021 avec sa sélection, est revenu plus fort en 2021 et a cumulé un temps de jeu suffisant pour faire parler de lui dans le championnat. L’arrière de vingt-quatre ans aura manqué de réussite au tir, mais reste un joueur athlétique à fort potentiel. Deux autres arrières du SCO, plus expérimentés, ont pu apporter leur pierre à l’édifice d’une saison angevine pauvre en résultats. Diego Moreno, vingt-cinq ans, et Darko Georgievski, vingt-neuf ans, ont été moins efficaces, mais leur maigre temps de jeu aura eu raison d’une aventure qui se terminera donc à la fin du mois.

DES JEUNES PEU UTILISÉS CETTE SAISON

Cette saison aura été compliquée pour les jeunes joueurs sans expérience du haut niveau. La marche était peut-être trop haute pour Meddy Hoguel-Siphar, Tom Balesme ou encore Baptiste Mahau. Les deux derniers, formés en Anjou, ont peu joué malgré le choix de Guillaume Dupin de les intégrer au sein de l’effectif professionnel. Hoguel-Siphar n’a lui pas trouvé ce qu’il cherchait en rejoignant le SCO après sa formation au PSG Handball. L’ailier gauche a vu sa route barrée par une forte concurrence à son poste et a manqué d’efficacité lors des quelques minutes qui lui ont été offertes par son entraîneur. Ces départs permettront à ces jeunes joueurs de repartir dans des projets plus adaptés à leur niveau, afin qu’ils progressent et s’améliorent dans le jeu.

Le maintien désormais impossible sportivement, la fin de saison angevine sur les parquets se résumera à quitter la place de lanterne rouge, que le SCO a retrouvé après avoir vu Sarrebourg leur repasser devant. Les Angevins auront trois matches pour tenter d’inverser la tendance, le premier arrivant dès vendredi soir à domicile contre Sélestat. Mais les enjeux du club se situent désormais en dehors du terrain. Le club de Maniable est toujours dans l’attente du verdict concernant son maintien administratif en Proligue, qui ferait suite à un potentiel passage de quatorze à seize clubs au sein de l’antichambre de la Lidl StarLigue. Selon toute vraisemblance, ce maintien serait en bonne voie et le SCO pourra entamer un nouveau chapitre l’année prochaine en deuxième division. Une chose est sûre, la phase de recrutement s’adaptera au sort réservé à Angers vis-à-vis du championnat dans lequel il évoluera l’année prochaine.

 

Cet article a été lu 484 fois.