Cet article a été lu 1017 fois.

Formé au HBC Nantes (un  club parmi les cadors du handball français), Julien Salmon évolue au poste de gardien. À Angers depuis 2016, il est le dernier rempart de toute une équipe. J’ai eu le plaisir de le rencontrer et de découvrir son parcours. Portrait d’un joueur de 24 ans qui, malgré son jeune âge, nourrit un palmarès et une expérience digne des plus grands.

Bonjour Julien, pouvez-vous vous présenter ?

« Je m’appelle Julien Salmon, je suis handballeur pro à Angers-Noyant, j’habite Angers. Je suis né le 17 décembre 1994, j’ai 23 ans. Je fais du handball depuis environ treize ans. J’ai commencé dans un petit club de Loire-atlantique à Saint-Julien-de-Concelles (« Hirondelle Handball »), là où j’habitais. Ensuite, j’ai atterri au HBC Nantes, où j’étais au centre de formation. Maintenant, cela fait deux ans que je suis à Angers Noyant. Parallèlement j’ai évolué dans tous les structures pôles espoirs, à Ségré, puis à Nantes ainsi que les Équipes de France, cadet, jeune, junior. »

Pourquoi avoir choisi le poste de gardien plutôt qu’un autre ?

« Alors cela c’est fait un peu au hasard. Au début, je faisais un peu les deux, c’est surtout que quand tu es petit et que tu n’as pas peur de la balle, c’est un sérieux avantage, beaucoup de petits ont peur de la balle et donc beaucoup ne veulent pas trop aller dans les buts. Moi ce n’était pas un truc qui me dérangeait. Petit à petit, comme cela fonctionnait bien et que je faisais des arrêts, cela a continué. J’ai par la suite, toujours été gardien et j’ai toujours voulu faire cela. »

Pouvez-vous nous faire un bilan de votre première partie de saison ?

« Vraiment positif avec déjà, une très bonne première place et une qualification en poule haute déjà acquise, alors qu’il reste encore deux matchs. Il y avait beaucoup de nouveaux joueurs en début d’année et l’on a tout de même réussi à trouver un bon esprit d’équipe, une bonne cohésion. Cela se reflète sur le terrain. Au fur et à mesure des matchs, on a réussi à progresser encore et encore et pour l’instant, c’est croissant, donc, on espère que cela va continuer comme cela. »

Vous nous parlez d’entente, comment est-elle au sein du groupe (entre les joueurs et avec l’entraîneur) ?

« Il y a une superbe ambiance, tout le monde s’entend vraiment très bien. Il y a eu aussi beaucoup de travail de fait en amont pendant la préparation avec des petits stages où l’on était beaucoup ensemble, on a appris à se connaître les uns et les autres. On a vraiment appris à vivre ensemble, autre part que dans la salle. Tous ces aspects extérieurs mine de rien, cela joue sur le global et sur l’esprit d’équipe sur le terrain. Il y a vraiment une grande cohésion qui s’est faite entre joueurs et avec le staff, pendant ces petits moments en dehors du terrain de handball. »

Quels sont les objectifs pour cette équipe en cette année 2018 et pour la fin de saison ?

« Le premier objectif, c’était les play-offs avec six points. On est déjà en playoffs, on ne sait pas encore avec qui on va monter en poule haute. On va voir s’il nous reste un match important (la semaine prochaine). Donc, on ne sait pas si l’on va monter avec six points ou avec quatre comme on a une défaite contre une équipe susceptible de monter (Vermouillet). Voilà pour le premier objectif. Deuxième objectif avec les six points, on verra ce que cela donne, on ne sait pas encore. Ensuite, l’objectif global est la montée en Proligue, défini depuis le début de l’année. C’est vraiment l’objectif premier du club et de l’équipe. »

À titre individuel, y a-t-il  des objectifs à court terme et pour les prochaines années ?

« Je suis satisfait tout d’abord de mon début de saison ainsi que de celui de mon équipe. Concernant les objectifs, à court terme, il y a évidemment la montée et continuer à progresser individuellement pour aider au maximum l’équipe à monter en Proligue et après on verra. J’ai vraiment envie de jouer plus haut, comme j’ai déjà connu auparavant (avec le HBCN), j’ai envie de le revivre. Je pense que c’est le bon moment, il faut que cela continue cela, si le collectif va, individuellement, cela va aller. »

Quel est votre meilleur souvenir sportif ?

« Il y en a vraiment plusieurs. En premier, je mettrai quand même mon titre de Champion du monde avec l’équipe de France Junior au Brésil. Ensuite, il y a également tous les matchs de première division, les premiers matchs et premières performances dans cette division sont toujours marquants. Les premiers matchs en Coupe d’Europe le sont également. Il y a eu beaucoup de moments marquants, mais le premier reste quand même le titre de Champion du monde avec l’équipe de France Junior. »