Une semaine après une défaite trois buts à zéro à Lyon, les Angevins se sont inclinés sur le même score contre le Stade Rennais au stade Raymond-Kopa. Une nouvelle déconvenue qui enlise un peu plus les joueurs de Stéphane Moulin en deuxième partie de tableau.

Les Rennais ont eu leur revanche. Défaits au Roazhon Park par de vaillants Scoïstes au match aller, les Bretons avaient à cœur de s’imposer en terres angevines ce samedi après-midi. Toujours en lice pour se qualifier pour les places européennes, ils affrontaient des Angevins qui n’ont plus grand-chose à jouer cette saison. Le maintien acquis, les joueurs de Stéphane Moulin alternent le bon et le moins bon en cette fin d’exercice 2020-2021. La semaine passée, ils étaient parvenus à montrer des signes encourageants face à des Lyonnais supérieurs à eux dans tous les domaines. Au final, les Noir et Blanc n’avaient pas démérité, mais ont fini par s’incliner sur le score sec de 3-0.

Face à Rennes, ils retrouvaient donc un adversaire qu’ils connaissaient bien puisqu’ils avaient réalisé un de leurs meilleurs matchs de la saison à l’aller en s’imposant 2-1 grâce à des buts de Boufal et Fulgini, puis en Coupe de France sur le même score grâce à ce même Fulgini, auteur d’un doublé dans la rencontre. Malheureusement, l’ex-Valenciennois est blessé aux adducteurs et n’a pas pu être titularisé tout comme Manceau, Coulibaly, Boufal, Cabot, Pereira Lage et El Melali, indisponibles également. Avec son infirmerie pleine, Moulin alignait donc une composition en 4-2-3-1 avec Bobichon en numéro dix et Diony sur le flanc droit de l’attaque. En face, l’ancien Angevin Flavien Tait est titulaire au milieu du terrain au côté du champion du monde N’Zonzi et du grand espoir Camavinga.

Rapidement, les hommes de Genesio mettent le pied sur le ballon et commencent à se créer certaines occasions en s’approchant dangereusement des cages de Bernardoni. Pourtant, à la demi-heure de jeu, ce sont bien les Scoïstes qui sont les plus proches d’ouvrir le score après une frappe de Bahoken stoppée in extremis par Gomis. Bahoken croira même avoir trouvé la faille quelques minutes plus tard avant que son but soit finalement refusé pour une faute sur le portier sénégalais. Dans la foulée, les Angevins seront punis par les Bretons après un bon mouvement entre Doku et Terrier dans la surface de réparation. Le jeune belge de dix-huit ans ajuste Bernardoni et permet ainsi aux siens de mener juste avant la mi-temps (0-1, 45e+1).

Au retour des vestiaires, le SCO va continuer de subir et c’est à l’heure de jeu que le Stade Rennais va aggraver la marque par l’intermédiaire de Terrier qui marque à bout portant sur une offrande de Tait (0-2, 63e). Thomas puis Thioub tenteront de faire revenir les Noir et Blanc à égalité, mais Gomis s’interpose de nouveau et conserve l’avantage de deux buts de son équipe. La défense angevine, prise dans la profondeur sur le second but, va être complètement prise à revers lors du troisième qui survient dans le temps additionnel. Guirassy se joue de Thomas puis de Traoré avant de finir de près d’un tir imparable pour clôturer le succès des visiteurs (0-3, 90e+1).

Les Angevins s’inclinent donc de nouveau sur un score lourd avec un certain nombre de regrets vis-à-vis de sa finition et de ses largesses défensives. Pire que ça, c’est la mauvaise forme offensive des Angevins qui inquiète : deux buts lors des six derniers matches de Ligue 1 et une onzième place au classement menacée par Reims et Saint-Étienne. Les joueurs de Moulin devront montrer un meilleur visage mercredi prochain contre le Paris Saint-Germain au Parc des Princes, à l’occasion de son quart de finale de Coupe de France.

 

Cet article a été lu 178 fois.