Rencontre avec Jérôme BLOUIN, joueur au sein du club du CAS Possosavennières. Il nous présentera son parcours sportif, ses premières années de footballeur, ainsi que ses meilleurs souvenirs. Ensuite, il reviendra sur ses années sous les couleurs vertes de l’ES Bouchemaine avant de revenir aux sources, au CAS Possosavennières. Que de chemin parcouru pour ce personnage attachant, qui a aussi été éducateur durant dix ans, et qui souhaite inculquer ses valeurs aux futures générations, à commencer par son petit garçon de sept ans, Charlie. Il terminera par remercier tous ceux qu’il a pu côtoyer durant sa riche carrière, et n’oubliera pas de remercier son club qui lui a permis d’organiser le Fresn’stival, lui, le fan de musique.

Bonjour Jérôme, pouvez-vous nous présenter votre parcours sportif ?

“Bonjour, je me présente, je m’appelle Jérôme BLOUIN et je suis un joueur du CAS Possosavennières. J’ai trente-sept ans (et oui toujours sur les terrains en seniors (rire)). J’ai grandi dans le quartier de Belle-Beille (une banlieue d’Angers), où j’ai commencé à fouler les terrains en falun à côté de chez moi. Par la suite, nous avons déménagé et c’est à ce moment-là, que j’ai pris ma première licence dans le village à l’AS Savennières. Ensuite, il y a eu la fusion entre les clubs de la Savennières et de la Possonnières, que tout le monde connaît maintenant sous le nom de CAS Possosavennières.”

J’ai vécu de très belles années en équipes de jeunes.

Comment se sont passées vos premières années de footballeur ?

“J’ai vécu de très belles années en équipes de jeunes, en gagnant notamment le célèbre tournoi du May-sur-Evre en pupilles à sept. Ensuite, en foot à onze, on a toujours évolué en Division Supérieure. Je jouais au poste d’attaquant en binôme avec mon pote Nicolas Rousseau (CAS Possosavennières, ES Bouchemaine, ES Segré). On alternait le numéro 9, un week-end sur deux (rire), puis un samedi en -13 ans, on a rencontré le SCO d’Angers, on a pris 14-0, on a dû toucher deux ou trois ballons devant. A la mi-temps, j’ai demandé à mon coach de passer derrière, il m’a mis en quatre et je n’ai jamais quitté ce poste par la suite…”

Parlez-nous de vos années en catégorie seniors et vos meilleurs souvenirs ?

“Les années sont passées et je suis monté en catégorie seniors en commençant par l’équipe D (à l’époque, il fallait passer par là, il fallait se battre pour avoir sa place), puis la C, la B et bien sûr en équipe première. On avait quand même du beau monde pour nous apprendre le football, Yoan Mage, Fabrice Prodhomme, Jéjé Frappreau, Tremolo David, Eric Grimault, Philippe Robin… et la liste est longue. J’ai connu de très bons moments avec une finale de la coupe de l’Anjou en 2005, cette année-là, on avait quand même éliminé du gros(Connectez-vous pour lire la suite ou abonnez-vous en cliquant sur ce lien).

Cet article a été lu 750 fois.