Rencontre avec Jean-Michel BOURDEAU, qui viendra nous donner son avis sur l’exercice spécifique du penalty et l’aspect psychologique entre le tireur et le gardien de but. L’actuel entraîneur seniors du club d’Angers SCA, nous parlera ensuite, de la gestion et des choix des tireurs en tant qu’entraîneur, lors d’une séance des tirs au but. Enfin, il évoquera ses meilleurs souvenirs, lorsqu’il était joueur, où il était un spécialiste en la matière.

Bonjour Jean-Michel, que vous inspire le penalty, lors d’un match de football ?

“Pour ma part, un penalty lors d’un match de football est perçu différemment que tu sois joueur, gardien de but ou coach. Idem, si ce penalty est en ta faveur ou contre toi. En tant que coach, je dirais que c’est un moment assez spécial, car même si tu as défini un tireur attitré, le déroulement de la rencontre peut faire que tu sois obligé de changer le tireur. Cependant, j’avoue que cela est plus facile à gérer en tant que coach qu’en tant que joueur. Tu es en dehors du terrain, et donc tu n’as pas à te soucier de l’après (but ou pas) dans l’immédiat, si ce n’est de placer tes joueurs lors d’un penalty pour toi en anticipant un éventuel raté et une contre-attaque qui pourraient suivre.”

Comment une séance de tirs au but est gérée, à la fois sur le terrain et sur le banc de touche ?

“Pour moi, le plus dur à gérer pour un coach est la séance de tirs au but à la fin d’un match de coupe. En général, tu as fait tes changements pour que tes cinq voire six meilleurs tireurs soient sur le terrain. Pour ma part, je demande qui veux tirer (car même si j’ai mon idée, je veux que les joueurs soient prêts à le faire), je désigne ensuite les six premiers tireurs (même si seulement cinq sont nécessaires dans un premier temps). Je laisse le choix aux joueurs de définir l’ordre. En tant que coach, je choisis toujours les… (Vous avez lu 30% de l’article. Connectez-vous pour lire la suite ou abonnez-vous en cliquant sur ce lien).

 

 

Cet article a été lu 909 fois.