Cet article a été lu 503 fois.

Ce lundi 19 mars, l’équipe Passion Sports 49 est allé à la rencontre d’un passionné de badminton, à savoir Maxime Rotier. Celui-ci évolue en tant qu’entraîneur-joueur à la Vaillante Sport Angers Badminton, club composé de 165 licenciés dont 101 hommes et 64 femmes. Cet entretien vous permettra de découvrir et d’appréhender ce sport encore peu développé.

Bonjour, pouvez-vous présenter en quelques mots ? 

“Je m’appelle Maxime Rotier, je suis au club de la Vaillante depuis quatre ans. J’entraîne maintenant depuis deux ans en tant qu’entraîneur bénévole. J’ai, sous ma responsabilité, une trentaine d’adultes, de dix-huit ans à quarante-six ans en compétition 2 (niveau intermédiaire), entre le compétiteur aguerri et le compétiteur confirmé. C’est un niveau plutôt correct. A titre personnel, je fais du badminton depuis maintenant dix ans. Je suis passé par trois clubs différents. Je suis actuellement classé régional en simple et départemental en double et mixte.”

Pouvez-vous nous expliquer comment se sont passés l’organisation et le déroulement du tournoi interclubs régional et départemental d’hier ?

“Les interclubs régionaux se composent de huit matchs, avec deux simples hommes, deux simples femmes, un double homme, un double femme et deux mixtes. On retrouve des équipes de la région pour le niveau régional et des équipes du département pour ce qui concerne le niveau départemental. En régional, nous sommes dix équipes et en départemental, cela tourne autour de huit, neuf équipes. Tout dépend des équipes engagées en début de saison. Dimanche, l’équipe a gagné contre nos voisins d’Avrillé sur le score de 7-1. Nous sommes neuvièmes au classement sur dix équipes et nous allons donc faire les barrages au mois de mai. Nos adversaires seront assez costauds au match de barrage. Si nous gagnons, nous resterons en Régional 2 et à l’inverse, si nous perdons, nous descendrons en Régional 3.”

Quelle ambiance règne au sein du groupe que vous entraînez ?

“Au sein du groupe compétiteur 2, j’essaie de maintenir une ambiance assez conviviale tout en gardant une envie de les faire progresser. Je ne veux pas qu’ils viennent ici juste pour taper dans un volant. J’ai un objectif personnel pour eux, c’est de les faire évoluer positivement. Ils sont là pour souffrir. Je veux les voir monter au classement, les voir gagner des matchs que ce soit en simple ou en double. J’essaie de partager l’entraînement entre exercices et temps de match.”

Quel est votre parcours sportif ? Pourquoi avoir choisi ce sport ?

“Comme je l’ai dit précédemment, j’ai commencé le badminton, il y a dix ans. Je n’avais jamais pratiqué de sport auparavant, je ne suis pas issu d’une culture sportive. C’est grâce au lycée que j’ai eu envie de continuer ce sport. Je me suis donc inscrit dans un club local, où j’en ai fait pendant trois ans en loisir. Cela m’a bien plu, car il y avait le côté individualiste et le côté “combat” contre l’adversaire. Pour continuer ma progression, je suis allé dans un autre club, le club de Saint-Barthélemy-d’Anjou entraîné par Maurice CHATEAU. J’ai donc pu me frotter à un niveau plus relevé, où je me suis développé physiquement : au niveau des cuisses, des bras et du cardio. Depuis que je suis à la Vaillante, j’ai encore plus perfectionné mon jeu, mon physique et mes attitudes. Le badminton, ce n’est pas que du physique pur, c’est aussi du fair-play, une attitude sur le terrain.”

Quels sont vos objectifs de fin de saison sur un plan collectif et individuel ?

“Au niveau collectif, j’ai pour objectif de faire progresser mon groupe. Ils sont pour la plupart au niveau débutant jusqu’à niveau régional. Mon objectif est de les amener vers le haut même si c’est assez compliqué, car je n’ai pas un public de compétiteurs purs. J’ai un public qui veut aussi passer du bon temps. Ce n’est donc pas un public qui est là nécessairement pour la gagne. En ce qui concerne mes objectifs individuels, mon ambition est de monter au plus haut niveau régional, au classement R4 et pourquoi pas d’ici trois ou quatre ans de passer au niveau national en simple. Le simple est vraiment mon objectif.”

Quel est votre mot de la fin ?

“Signez à la Vaillante (rires).”