Cet article a été lu 1555 fois.

Rencontre avec Jonathan TRENIT, le nouvel attaquant de l’ES Bouchemaine, depuis cette saison. Il reviendra sur son intégration au sein du club, du début de saison et des objectifs pour la fin de saison. Ensuite, il nous parlera de son entraîneur et du club de l’ESB. Entretien.

Bonjour Jonathan, pouvez-vous nous parler de votre intégration au sein du club de l’ES Bouchemaine ?

“Mon intégration s’est très bien passée à l’ES Bouchemaine, même si d’un point de vue sportif, il a fallu attendre le début du mois d’octobre pour que je dispute mon premier match en compétition. Je me suis donc entraîné sans jouer, ce qui n’est pas extra quand tu arrives dans un nouveau club, mais les joueurs et le staff ont été super accueillant tant sur le terrain qu’en dehors, dont certains que je connaissais avant de signer à l’ESB. C’est vraiment un club accueillant avec de très belles personnes qui donnent beaucoup de leur temps peu importe le jour de la semaine.”

Que pouvez-vous nous dire sur votre début de saison ?

“Notre première partie de saison est très intéressante sur le plan sportif et humain, le club se reconstruisant avec les départs de joueurs et l’arrivée d’autres, ainsi qu’un nouveau coach, il a fallu que la mayonnaise prenne et ce fut le cas assez rapidement. Je n’oublie pas non plus le “champion’s project” pour notre équipe 3 qui ira au bout, vu l’état d’esprit de cette très belle équipe. C’est plus mitigé pour l’équipe 2, mais pas d’inquiétude la saison est encore longue pour tout le monde. Le coach, Alban Gaborit intègre aussi pas mal d’U19, depuis le début, ce qui est très bien, vu leurs performances avec nous et surtout pour l’avenir du club. Cela va être long pour tout le monde jusqu’à fin mai, mais peu importe les objectifs, la solidarité dans chaque équipe nous fera vivre de beaux moments tous ensemble.”

Est-ce qu’il y a de la déception, concernant vos parcours en coupe ?

“Les parcours en coupe ne sont pas des regrets avec du recul, car on apprend toujours des défaites même si certaines sont cruelles parfois (Carquefou notamment en Coupe de France), mais elles nous permettent de ne pas refaire les mêmes erreurs par la suite, ce qui se traduit par notre bon début de saison en championnat. Il nous reste encore la coupe de l’Anjou pour s’exprimer en coupe et on y tient en plus du championnat.”

Quels seront les objectifs de cette deuxième partie de saison ?

“Pour cette deuxième partie de saison, il va nous falloir continuer sur notre lancée pour être récompensé des efforts faits par le groupe pour être à la place où nous sommes aujourd’hui, mais attention, c’est encore long et on sait que l’on ne s’enflammera pas avant la dernière minute à jouer en championnat. D’un point de vue personnel, tant que j’apporte ce qu’il faut au groupe, je le ferais, car on a confiance les uns envers les autres et le coach nous donne toute sa confiance également, ce qui est super intéressant quand on est un joueur offensif.”

Vous évoluez au poste d’attaquant, vous fixez-vous un nombre de buts à atteindre ?

“Non, je ne me fixe pas un nombre de buts, le plus important reste le groupe et si le groupe tourne bien, alors offensivement, on tournera bien. En tout cas, le plus possible, ça, c’est sûr !”

Comment jugez-vous le groupe seniors ?

“Je ne suis pas surpris de notre début de saison, car l’ambiance est très saine dans le groupe. Les anciennes têtes et les nouvelles s’harmonisent bien, ce qui rend le travail sur le terrain plus facile à faire les uns pour les autres, tant la semaine que le week-end. Sans tout cela, il n’y a pas d’intérêt de faire un sport collectif, aujourd’hui. Il ne faut pas oublier quelques sorties nocturnes qui aident aussi énormément dans tout cela, bien évidemment.”

Que pouvez-vous nous dire sur votre entraîneur, Alban Gaborit, qui vient d’arriver au club ?

“Alban est un coach très complet tant au niveau humain, tactique que technique (il nous régale d’ailleurs encore quelques gestes aux entraînements). Bon parfois, on ne comprend pas tous les exercices, mais dans l’ensemble, on ne s’en sort pas trop mal. Blague à part, c’est quelqu’un de très concerné par ce qu’il fait et cela se ressent dans le groupe (sur et en dehors du terrain). Quand un coach te donne tout, tu te dois de tout donner en retour et c’est le cas avec Alban avec qui les relations sont très saines, ce qui donne envie de bosser la semaine pour continuer de progresser tous ensemble.”

En conclusion, que pouvez-vous dire sur le club de l’ES Bouchemaine et sur vos futurs projets ?

“Pour conclure, l’ES Bouchemaine est un club familial où tout le monde se croise et se dit bonjour peu importe les générations. Souvent, à l’heure du rendez-vous seniors, les vétérans sont encore là (eh oui, ça traîne encore à cet âge-là), ou des jeunes et bien tout le monde se sert la main. Les bénévoles sont d’une disponibilité folle comme souvent dans les clubs et c’est important de les remercier pour tout ce qu’ils font. L’ambiance y est pour le coup très agréable avec quelques manifestations, soirées organisées qui rendent les relations plus que juste footballistiques. Bien sûr que je souhaite m’inscrire sur le long terme à l’ESB, car il y fait bon vivre. Je prépare le marathon de Paris 2019 en parallèle et j’attends un deuxième bout de chou pour février, mais cela ne m’empêchera pas de continuer à tout donner pour l’ESB. Bonne saison à tous.”