Cet article a été lu 465 fois.

Face à une équipe reversée de Ligue des Champions, La Vaillante a su trouver les solutions pour s’imposer dans cette demi-finale aller.

Finaliste de la compétition l’an passé, La Vaillante se verrait bien soulever le trophée cette saison. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle y met les moyens. Opposée hier soir aux Polonais de Dzialdowo, qui compte dans rangs le n°6 mondial, Wong Chun Ting, elle s’est imposée et s’est placée dans une bonne configuration avant le match retour.

Persson n’avait pas pourtant mis son équipe sur de bons rails en perdant d’entrée face à Vrablik. L’expérimenté Serbe déstabilisait facilement l’Angevin qui ne parvenait pas à conclure ses points et qui subissait la réussite de son adversaire. 

Lundqvist prenait la relève pour redresser la situation, mais devait faire face à Wong. Le joueur hongkongais était surpris de la rivalité offerte par le Suédois et perdait les deux premiers sets. Se réveillant quelque peu dans un troisième set qu’il s’octroyait facilement, il subissait de nouveau le quatrième et voyait Lundqvist signer un bel exploit pour égaliser à un partout.

Dans la troisième confrontation, Monteiro était impuissant face au jeu particulier de Wang. Le grand Slovaque au jeu très défensif mettait en difficulté l’Angevin qui commettait beaucoup de fautes. Monteiro devait s’incliner en trois sets, Wang redonnait l’avantage aux siens. La soirée se compliquait pour Angers.

Car Persson allait jouer Wong et ne pouvait pas perdre s’il voulait maintenir son équipe à flot. Contre toute attente, Persson imitait son compatriote suédois et renversait le n°6 mondial en quatre sets. Très concentré durant toute la rencontre, faisant se lever la salle Jean Moulin à plusieurs reprises, le Scandinave réalisait là l’un des plus beaux exploits de sa carrière. 

À deux partout, Lundqvist et Vrablik avaient la charge de donner la victoire à leur équipe. Mais dans sa salle, Lundqvist devenait injouable et Vrablik restait circonspect. Trois petits sets et l’affaire était pliée. La Vaillante pouvait exulter et mettre un peu de pression sur son adversaire avant le match retour.

 

ETTU Cup, demi-finale aller.

Angers Vaillante Tennis de Table – Dzialdowo : 3-2

Persson perd 1-3 face à Vrablik (11-8, 13-15, 5-11, 5-11).

Lundqvist gagne 3-1 face à Wong (11-9, 11-6, 6-11, 11-7).

Monteiro perd 0-3 face à Wang (7-11, 3-11, 5-11).

Persson gagne 3-1 face à Wong (12-10, 11-7, 4-11, 11-6).

Lundqvist gagne 3-0 face à Vrablik (11-9, 14-12, 11-9).

 

La réaction d’après-match de David PILARD (coach de La Vaillante TT) : « C’est une semaine d’émotion, ce n’est pas bon pour le cœur tout ça. C’était un gros match de Coupe d’Europe. Trois à deux était un score que l’on cherchait mais pas sous ce scénario. Je ne l’avais pas imaginé. Je pensais qu’on allait gagner 3-0. Dans ma tête, je sentais que l’on pouvait gagner le premier match, que Wong Chun Ting n’était pas un joueur puissant, qu’on pouvait faire douter. Mon scénario est tombé à l’eau dès le premier match, mais j’y croyais. Jens est capable de bien jouer, il a été très fort ce soir et Wong ne remettait pas bien. On a vraiment vécu un bon moment ce soir. On gagne c’est encore mieux mais c’était vraiment une belle soirée. 

On a fait douter Wong, s’il est en confiance, on ne peut pas gagner. Après, j’ai trouvé qu’il y avait un peu de suffisance, de nonchalance chez lui. Il s’est exposé à un match où le niveau de jeu ne suffisait pas, où il fallait montrer de la volonté et de l’agressivité. Mais c’est leur problème à eux ! Et ils ne l’auront certainement plus au match retour. 

On va apprécier ça ce soir et demain matin, c’est fini. Si on est trop contents trop longtemps, on ne va pas se remettre au travail, on sera dans l’euphorie. On n’a gagné qu’une demi-finale aller, si on prend trois-zéro là-bas, on ne se rappellera pas qu’on aura fait un gros match ce soir. On a un léger avantage avant d’aller là-bas et on va essayer de refaire un match comme celui-là pour tenter de gagner. Après, il ne faut pas compter de points, sinon on n’en marquera zéro. »