L’Angers Sporting Club de l’Ouest ne finit plus de nous éblouir saison après saison. Après 21 années d’absence dans l’élite du football français, le SCO est désormais une équipe bien implantée en Ligue 1 depuis 2015 et retrouve ses lettres de noblesse grâce à l’entraîneur Stéphane Moulin. On se croirait presque revenu dans les années 1960/1970 quand le club mythique du Maine-et-Loire se battait chaque année pour des places européennes.

Les bons résultats ont d’ailleurs permis au SCO de bénéficier d’un soutien de poids de la part de la mairie de la ville, notamment dans le cadre de la gestion de son stade Raymond-Kopa.

Et depuis quelques temps, c’est une autre facette bien connue des écuries de l’hexagone que le SCO est en train de développer. Celle de former des jeunes joueurs de talent qui pourraient un jour briller dans les plus gros clubs à l’international. On pense à des pépites comme Jeff Reine-Adélaïde (parti à Lyon pour 25M€) ou Nicolas Pépé qui montre toutes ses qualités techniques chez les Gunners d’Arsenal. C’est aussi le cas de Rayan Aït-Nouri, principal espoir des Noirs et Blancs depuis deux saisons et qui nous intéresse aujourd’hui.

Contrat pro à 16 ans, premier match contre le PSG

Après quelques mois de questionnement, Rayan a choisi de jouer pour la France (Photo par Jorono, CC0).

Né en région parisienne, Rayan écume dans ses premières années de footballeur quelques clubs bien connus de l’Ile de France comme l’AS Val de Fontenay ou le Paris FC. Mais c’est son arrivée en 2016 à Angers qui va changer sa vie. Ses bonnes performances dans les équipes de jeunes vont lui permettre de rapidement signer son premier contrat professionnel à l’âge de seulement 16 ans.

Il ne lui faudra attendre que quelques mois avant de pouvoir participer à un match de Ligue 1. Coup du destin, c’est contre le club phare du championnat et de sa région d’origine, le Paris Saint-Germain qu’il entrera en jeu et offrira une prestation de qualité sur son couloir gauche. Il ne participera qu’à une soixantaine de minutes réparties en 3 rencontres sur toute l’année, mais le pied est désormais posé à l’étrier !

La saison 2019-2020 est celle de la confirmation pour Rayan Aït-Nouri qui revient avec une envie folle de prouver sa valeur. Il devient rapidement titulaire indiscutable et dispute près de 17 matchs avec le SCO d’Angers sur la première partie de la saison. Une blessure malencontreuse à la mâchoire l’éloignera un long moment des terrains, mais lui permettra de prendre une décision concernant son futur en équipe nationale.

En effet, Rayan possède la double nationalité franco-algérienne et commencera à honorer quelques sélections internationales dès 2018. C’est finalement la France que choisira l’arrière gauche pour une raison plus que compréhensible.

Un départ d’Angers qu’on espère le plus tard possible

Malgré cette « pause », le jeune arrière gauche est vu comme l’un des plus gros espoirs européens à son poste. Ce qui attire forcément les convoitises. S’il veut un jour intégrer la liste des sportifs les plus riches de la planète, aux côtés de Ronaldo ou Messi, Rayan devra évidemment faire ses bagages et partir de notre belle région.

Mais celui qui est évalué à déjà 15 millions d’euros par le très sérieux site Transfermarkt devrait poursuivre sa post-formation dans le club angevin. À seulement 18 ans et une demi-saison dans les crampons, il doit encore progresser dans certains aspects de son jeu et dans l’aspect mental. Se forger une expérience et acquérir de la maturité est indispensable pour espérer évoluer un jour dans les plus grands clubs ou en équipe nationale A. Il y a de quoi faire sans forcément partir du SCO avec les grosses écuries de la Ligue 1 pour adversaires comme le PSG, l’Olympique Lyonnais, l’Olympique de Marseille ou l’AS Monaco.

Il a en tout cas l’air d’être dans cet état d’esprit comme le prouve sa récente prolongation de contrat dans son club formateur. On espère désormais le voir réaliser son potentiel à Angers et illuminer le jeu de l’Équipe de France Espoir notamment lors des prochains Jeux Olympiques au Japon.

 

Cet article a été lu 892 fois.