Cet article a été lu 1649 fois.

Après avoir perdu sèchement le match 1, Angers se devait de réagir face à Rouen, dans un premier tournant de la série. D’un côté, en cas de victoire rouennaise, ces derniers pouvaient faire un premier pas en vue des demi-finales et de l’autre, en cas de victoire, les Angevins pouvaient égaliser et prendre un avantage psychologique, avant de recevoir deux fois dans sa patinoire du Haras. Finalement, après un match beaucoup plus indécis que lors du match précédent, les Ducs ont su exploiter à merveille leurs supériorités numériques. Ils s’imposent sur la patinoire l’Ile Lacroix de Rouen (3-2).

Cela va d’un camp à l’autre, et pourtant en infériorité numérique, Hugo Casini intercepte le palet en zone neutre et s’en va battre le gardien de but en face-à-face, pour l’ouverture du score. Matija Pintaric touche le palet, mais sans pour autant l’empêcher de rentrer dans la cage (0-1, 6’21). Chad Langlais lance Nicolas Deschamps qui gagne son duel avec un défenseur angevin, sert idéalement Alex Aleardi plein axe qui n’a plus qu’à ajuster Florian Hardy (1-1, 8’55). D’entrée de deuxième tiers-temps, en supériorité numérique, Angers fait tourner la rondelle, Danick Bouchard tente sa chance et double la mise pour les visiteurs d’un tir de loin, Matija Pintaric ne peut rien, étant complètement masqué par trois joueurs. Il est assisté de Mathieu Gagnon et de Clément Masson (1-2, 21’07). Même situation, en supériorité numérique, Clément Masson est bien servi côté droit, s’avance face au but, et sans opposition, il trompe une nouvelle fois, le portier adverse. Il est assisté de Mickaël Quesnele et Danick Bouchard (1-3, 22’49). En deux minutes, les Ducs ont pris un avantage de deux buts, où les pénalités auront coûté cher aux Rouennais avec deux buts encaissés dans cette phase de jeu. Dans la troisième période, Angers va gérer son avantage, avec encore une fois un très grand Florian Hardy, qui se montrera une nouvelle fois décisif pour son équipe. Dans le money-time, c’est “Fort Alamo” sur le camp angevin, où Rouen va faire le siège du but adverse, mais sans réelle réussite. C’est au moment où ils vont sortir leur gardien de but, afin d’avoir un joueur de champ supplémentaire, que les Dragons vont réduire le score, par l’intermédiaire de David Wohlberg, à la suite d’un cafouillage devant la cage angevine. Il sera assisté de Loïc Lamperier (2-3, 58’19). Ce sursaut du désespoir arrivera trop tard et Angers s’impose à Rouen au courage et avec une force collective. Cette fois, cela va être au tour d’Angers de recevoir deux fois Rouen, Mardi et Mercredi, pour le match 3 et 4 de la série. Tout est relancé, au plus grand bonheur des fans de hockey sur glace !

Les réactions d’après-match :

Alexis BILLARD (entraîneur-adjoint des Ducs d’Angers) : “Le premier match a été compliqué. On aurait pu mener deux buts à zéro après le premier tiers-temps et on effectue ensuite, lors du deuxième tiers-temps, l’un des pires de notre saison. Je n’ai pas d’explications à ce sujet et c’est un match à oublier. Concernant le deuxième match, on est rentré dans la partie avec plus de détermination et avec plus d’intensité. On a su exploiter nos supériorités numériques pour faire la différence. On sait que Rouen aime avoir la possession et le contrôle du palet, sinon, ils se sentent un peu frustrés. On a su jouer sur cet aspect pour l’emporter. On sait que les matchs de play-offs et en particulier contre Rouen se jouent sur des détails. A nous de rester concentré et de reproduire ce genre de prestation.”

Robin GABORIT (attaquant des Ducs d’Angers) : “Contrairement au match de la veille, on a su jouer notre jeu en cinq contre cinq et exploité les supériorités numériques, ce qui fait notre force depuis quelque temps. A l’inverse du premier match, on ne s’est pas perdu et on a su imposer notre jeu. On avait bien préparé le match. Il est toujours délicat de rentrer dans une série de play-offs. On a su se remettre en question, c’est la force des grandes équipes.”

Danick BOUCHARD (attaquant des Ducs d’Angers) : “Nous rentrons encore une fois très bien dans le match, prêts à tout donner pour la victoire. On voulait absolument revenir 1-1, à Angers. Le match était très serré avant le geste complètement stupide d’un joueur adverse qui vient piquer Gaborit dangereusement par-derrière, lorsque ce dernier retournait au banc pour un changement. Nous nous devions de faire payer Rouen pour ce geste et c’est ce que nous avons fait. Cela a changé le match et l’allure de la série pour le moment. Ensuite, je n’ai pas besoin de vous parler de Florian Hardy… quel gardien de but et quel leader !”

Clément MASSON (attaquant des Ducs d’Angers) : “Je pense que ce match est vraiment le match référence de notre entrée dans nos play-offs. En effet, le premier match était très timide de notre part. On a réussi à garder une bonne intensité et une intelligence de jeu durant tout le match. De plus, le groupe a répondu présent collectivement et nous avons besoin de ce groupe pour préformer.”

Dans les autres rencontres des quarts de finale de play-offs :

Samedi 24 février – Match 2

  • Grenoble 2-1 Mulhouse (0-0 ; 1-1 ; 0-0 ; 1-0) (série : 1-1)
  • Rouen 2-3 Angers (1-1 ; 0-2 ; 1-0) (série : 1-1)
  • Gap 3-5 Bordeaux (0-1 ; 2-2 ; 1-2) (série : 0-2)
  • Amiens 1-4 Lyon (1-2 ; 0-1 ; 0-1) (série : 1-1)