Le 5 Juillet prochain aura lieu la seconde édition de l’IRONMAN 70.3 des Sables-d’Olonnes, après un véritable succès pour la première édition en juin 2019. Pour y avoir participé, il s’agit de mon point de vue, un spot exceptionnel pour la pratique du triple effort. La ville est parfaitement adaptée pour accueillir un tel événement.

Le triathlon est encore un sport récent, mais en pleine expansion. Il s’agit donc dans cet article d’expliquer le fonctionnement de cette épreuve. Tout d’abord, un IRONMAN n’est pas une distance, mais un label qui comprend en priorité deux distances. Tout d’abord, le format 140.6 plus connu sous le nom de “full” avec une distance de 3.8km de natation, 180km de vélo et 42.2km de course à pied. Ensuite, le format 70.3 avec une distance de 1.9km de natation, 90km de vélo et 21.1km de course à pied.

Le format retenu encore pour 2020 est le 70.3. Il y a bien évidemment une différence entre un label IRONMAN et un triathlon longue distance sans label. La principale est que chaque course IM70.3 est qualificative pour les championnats du monde IM.70.3. En l’occurrence, la course des Sables-d’Olonnes est qualificative pour les WDC IM70.3 en Nouvelle-Zélande, à la fin de l’année 2020. Les formats 140.6 sont qualificatifs pour les WDC de Kona à Hawaii.

Chaque athlète est dans une catégorie d’âge avec un nombre de slot définit en amont. Lors de la cérémonie, il y a le classement et en fonction, vous pouvez ou non obtenir le précieux sésame. Si un athlète le refuse, cela descend à celui du dessous et ainsi de suite, cela s’appelle le “Roll Down”. Il y a une séparation entre les hommes et les femmes. De plus, ce classement est hors professionnels. Le nombre de slot change sur chaque course.

Faire une course sous le label IM est la garantie d’une course pleine de spectacles avec une ville qui vibre triathlon, pendant plusieurs jours. Tout est fait pour que le triathlète se sente le mieux possible. Bien sur, cela à un prix qui parfois est élevé… Je tiens à préciser, que certaines courses sans label sont plus abordables avec d’excellents niveaux de prestations comme Gerardmer, Royan ou la série TriGames…

Pour Les Sables-d’Olonnes, il s’agit donc du label IRONMAN qui a connu un véritable engouement au niveau des inscriptions pour cette seconde édition. Des clubs ou TEAM se déplaceront en masse sur cette épreuve. A noter, que l’équipe LEMON GRASS TRIATHLON TEAM aligne plus de cinquante-cinq triathlètes en 2020, sur cette course !!!

Si vous êtes l’heureux élu avec un dossard, vous êtes forcément dans l’un de ces trois cas :

  • Vous êtes un véritable compétiteur avec un but en tête qui est l’obtention d’un slot pour la Nouvelle-Zélande.
  •  Vous êtes un habitué de la longue distance et le but est de se faire plaisir en franchissant la Finish Line et si possible faire descendre son chrono personnel.
  •  Vous êtes un “ROOKIE”, c’est-à-dire que vous allez vous lancer pour la première fois sur cette distance, voir même que cela sera votre premier triathlon.

Je vais m’orienter sur les “ROOKIE” afin d’expliquer le fonctionnement et la logistique, afin d’essayer de répondre aux différentes questions que chacun se pose.

Tout d’abord, il faut penser hébergement, car c’est un élément essentiel, il faut être assez proche du centre-ville. Il faut s’y prendre très tôt, afin d’éviter trop de voiture le jour J. Généralement, quand je prends un dossard sur une course, je réserve en même temps l’hôtel et avion si besoin.

Un élément important, c’est que l’on ne récupère pas le dossard le jour de la course, ni de dépôt du vélo le dimanche. Cela se fait le samedi, il faut récupérer ses sacs de transition (street bag / Run bag / Bike bag), ainsi que son bracelet athlète. Le vélo se dépose l’après-midi et en échange, on récupère la puce électronique. Il faudra, à ce moment-là, y déposer aussi vos sacs de transition.

De ce fait, il vous faut arriver le vendredi pour être confortable dans vos préparatifs ou bien alors le samedi, mais il faut bien calculer les horaires.

Comme je l’indique, c’est un triathlon avec des sacs de transition :

  • Dans le street bag (transparent), vous mettrez vos vêtements avec lesquels vous arriverez le jour de la course, cela permettra de le récupérer à la fin de la course pour se changer.
  • Dans le bike bag (bleu), l’ensemble de vos affaires de vélo, que vous allez prendre à la sortie de l’eau. Vous mettrez de ce fait, à l’intérieur à la suite, vos affaires de natation.
  • Dans le Run bag (rouge), l’ensemble de vos affaires de course à pied, que vous allez prendre à la fin du vélo. Vous mettrez de ce fait à l’intérieur, à la suite, vos affaires de vélo.

Il vous sera remis aussi lors de votre check in (enregistrement), le traditionnel sac à dos IRONMAN, qui vous permettra d’y mettre vos potentiels achats sur le village IRONMAN. Il est rare de repartir les mains vides (rire).

Bien sûr, avant ce joli week-end sportif, il vous faudra une préparation physique et je le conseille aussi une préparation alimentaire. Au niveau sportif, vous pouvez avoir une licence dans un club ou alors avoir un coach à distance. Cela dépend de vos disponibilités et de votre budget. Au niveau diététique, c’est un bonus qui personnellement m’a vraiment fait progressé.

Sur Angers, vous avez par exemple l’ASPTT ANGERS TRIATHLON ou ANGERS TRIATHLON. En coaching à distance, il y a ALPHA TRAINING (mon coach) et BPC par exemple. En diététique à distance, je conseille PLA NUTRITION PERFORMANCE. Vous verrez par vous même, qu’il y a beaucoup de prestataires.

Il est possible bien évidemment d’y aller comme cela (rire), mais comme on dit, ça passe ou ça casse (rire). Si de plus, c’est votre premier triathlon, la journée pourrait devenir longue… A savoir que le délai maximum est de huit heures pour finir l’épreuve. Toutefois, il y a des cut-off (la séparation des exercices), à la fin de chaque épreuve, sinon vous êtes hors course. Cela serait dommage au vu de l’investissement physique et financier.

La durée d’entraînement par semaine est variable en fonction de chacun et des contraintes personnelles. Cela peut aller de trois à quatre heures par semaine, à vingt ou vingt-trois heures par semaine. Toutefois, il est préférable de ne pas commencer à s’entraîner au mois de juin pour le 5 Juillet (rire).

On arrive en période hivernale et il devient difficile de s’entraîner dehors, notamment en vélo, donc, le Home Trainer sera votre meilleur ami. Il sera temps de ressortir quand il fera un peu plus beau.

Si vous n’avez pas de matériel, il va falloir s’équiper, de ce fait, voici ci-dessous, par discipline, l’essentiel à avoir :

En natation :

  • Des lunettes de natation, vous permettant de ne pas être gêné par les rayons du soleil.
  • Une combinaison néoprène. Alors là, il y a beaucoup de marques et beaucoup de prix. Cela va donc dépendre surtout de vos moyens. J’utilise la P1 de chez 2XU.
  • De la crème pour éviter les échauffements dans le coup et sous les bras.

En vélo :

  • Un casque homologué. Chrono ou non, cela dépend de vous.
  • Un vélo. De même cela peut être un vélo de route classique avec des prolongateurs ou alors un vélo type contre la montre. Il y a, là-aussi, différents prix et beaucoup de marques. En 2019, j’ai utilisé un SPECIALIZED SHIV avec des roues de 80mm de chez NEW RACE.

En course à pied :

  • Une visière ou une casquette.
  • Des chaussures de running. Idem, il  y a beaucoup de marques. J’utilise des ON CLOUDFLOW.

Bien sûr, sur le vélo et la course à pied, il vous faut prévoir du ravitaillement, même s’il y en a sur le parcours. Ben évidemment, je conseille d’utiliser l’ensemble du matériel et l’alimentation en amont de la course sur les entraînements.

En tenue principale, je conseille la tri-fonction, avec manches ou non, qui sera mise sous la combinaison de natation et qui ensuite sera votre tenue de vélo et de course à pied.

Lors de la mise en place sur la plage pour le départ, il s’agit d’un “ROLLING START”, vous partez par huit en même temps. Il vous faudra en amont choisir votre sas qui estime votre temps de natation. Donc, si vous nagez en quarante minutes, ne vous mettez pas dans le sas des vingt-sept minutes, sinon, il y a un risque de se faire nager dessus. Le principe de ce sas est de pouvoir poser sa nage dès le départ.

Sur le vélo et la course à pied, gérer votre effort, car la route est longue (rire), mais je peux vous assurez que lorsque vous allez courir sur le tapis IRONMAN et franchir cette FINISHLINE, la fatigue disparaitra. A ce moment-là, on vous remettra votre médaille et ensuite votre t-shirt de FINISHER. Il ne vous restera plus qu’à profiter de la zone AFTER FINISH.

J’espère avoir répondu à vos attentes et de vous avoir rendu encore plus pressé d’être sur la plage le 5 Juillet 2020.

J’y serais aussi sous les couleurs de mon équipe LEMON GRASS TRIATHLON TEAM et ce sera un plaisir de vous voir.

 

Cet article a été lu 552 fois.