Cet article a été lu 2878 fois.

Mickaël JURET, président du club professionnel des Ducs d’Angers de hockey sur glace, en présence de quelques membres du conseil d’administration, a fait le point sur la partie financière, la partie communication, la partie sportive et le recrutement, ainsi que les futurs projets du club. Entretien.

Bonjour Mickaël, pouvez-vous nous faire un point sur la situation financière actuelle du club des Ducs d’Angers ?

“Notre budget a été validé assez tôt par la commission de contrôle, même si cela reste sous condition. C’est le résultat d’un gros travail de la part de nos partenaires. Nous avons deux ans pour nous remettre à l’équilibre. Dans la réalisation de notre prévisionnel, il a fallu prendre en compte ce nouveau championnat à quarante-quatre matchs en saison régulière, dont vingt-deux à l’extérieur. Cela occasionne plus de frais en matière de logistique (transport, de matériel…). Nous avons eu aussi une billetterie moins bonne qu’espérée. Il est toujours difficile de ramener du public, un dimanche soir, pour venir nous voir jouer. C’est aussi à nous de remplir la patinoire, à travers notre communication. A ce titre, nous avons des partenariats avec des entreprises qui nous aident en matière de promotion. J’espère que les têtes d’affiche de nos nouveaux joueurs vont attirer plus de monde.”

Justement, parlez-nous de votre communication ?

“A partir du mois de Janvier, nous allons créer une commission afin de préparer notre entrée dans la nouvelle patinoire. Concernant son remplissage, je ne suis pas inquiet, car nous avons déjà une vraie demande. Le vrai problème de cette année était d’expliquer aux personnes, qu’ils allaient payer pour assister à un match debout, derrière un plexiglas. Cela a été un peu compliqué.”

Comment appréhendez-vous cette nouvelle installation de nouvelle patinoire ?

“On s’y prépare déjà. Les membres du conseil d’administration et moi-même allons voir ce qui se fait déjà dans les autres patinoires. On observe, on rencontre des gens. C’est à la fois très enrichissant et instructif. Et puis, cette nouvelle installation va très certainement attirer un nouveau public et en matière de communication, cela va certainement attirer de nouveaux partenaires, car nous aurons plus de visibilité, au niveau local, mais aussi sur le plan national. Il est prévu qu’il y ait neuf loges dans la nouvelle patinoire, qui pourra éventuellement être divisible. Ajouté à cela, nous aurons un espace pour trois cents personnes. Cela nous permettra de travailler la proximité dans nos différents échanges avec nos partenaires.”

Parlez-nous de vos partenariats et le fait de passer du statut d’association, au statut de société anonyme (SA) ?

“Passer de statut d’association, au statut d’une société anonyme, n’a pas changé grand-chose, on est juste dans la continuité. On n’est plus dans le projet d’un président, mais dans celui d’un conseil d’administration. Avant tout, nous souhaitions des partenariats sur la durée. A ce titre, nous sommes actuellement en train de proposer de nouvelles offres. On souhaite communiquer à la fois sur la partie sportive et sur la partie événementielle. C’est important, car les gens souhaitent souvent venir voir en famille, un match de hockey et un spectacle. Nous avons un gros tiers de nos partenaires, qui se sont engagés sur trois saisons. Et puis, nous avons actuellement une base de joueurs, qui seront encore avec nous dans la nouvelle patinoire. C’est aussi rassurant pour un investisseur. Le fait de passer en société anonyme nous a fait perdre en mécénat, car pour une entreprise, l’investissement est différent, d’un point de vue fiscal. Ce que je peux dire, c’est que l’on a rempli notre objectif des 600 000 euros, avec un objectif de passer prochainement à 650 000 euros. D’ailleurs, nous sommes déjà en train de vendre aux partenaires, la nouvelle patinoire. La saison dernière, on est parti avec un peu de retard, dû au recrutement de notre nouvelle commerciale. Nous avons réussi à attirer quarante nouveaux partenaires, dont quinze qui sont revenus. Les partenaires sont engagés avec nous, sur une durée de deux à trois ans. Leur confiance est un réel avantage. Le sponsoring est à la hauteur de 40% du budget du club. Nous souhaitons aussi garder une certaine proximité avec nos différents partenaires. C’est aussi important de les fidéliser dans notre projet. L’image que nous souhaitons leur transmettre, c’est d’être un club familial qui grandit. Ma plus grande fierté est d’avoir réussi à garder tous nos partenaires, malgré la difficulté concernant notre situation financière. Je le répète, mais ils ont tous adhéré à notre projet. Cette saison, nous avons signé un partenariat avec l’enseigne Carrefour, qui regroupe les magasins de Carrefour Saint-Serge, Grand-Maine et Carrefour City. Carrefour devient notre partenaire le plus important sur le plan local. Sinon au niveau National, cela sera le groupe Suez qui nous a rejoint pour deux ans (deuxième groupe mondial derrière Veolia, dans la gestion de l’eau et des déchets). Le constructeur automobile Scania a décidé de prendre un peu de recul, tout en restant proche du club. C’est un partenariat qui reste encore à définir. Les différents partenariats sont de l’ordre de 5000 à 10000 euros de moyenne. On souhaite trouver un équilibre entre les partenaires locaux et nationaux.”

Parlez-nous de vos relations avec les autres membres du conseil d’administration ?

“Ce que je peux dire, c’est que je suis très heureux de travailler avec chacun des membres du conseil d’administration, car ils font un vrai boulot. Actuellement, nous sommes neuf membres. Dans la constitution de ce CA, j’ai souhaité garder l’esprit de proximité, les valeurs du club, mais aussi la passion pour le hockey sur glace à Angers. J’ai voulu des membres passionnés et complémentaires, tout en ayant des personnes qui dirigent des grandes et des plus petites entreprises, ainsi que de mixer entre différents corps de métiers et les différents secteurs d’activité. Je n’ai d’ailleurs aucun doute dans le choix des membres du conseil d’administration. Même si dans toutes relations, nous pouvons parfois avoir des désaccords, nous travaillons tous mains dans la main. Personne ne veut tirer un profit ou un intérêt personnel. On a tous une réelle envie de faire avancer le club et cela dans une atmosphère sereine. On sent que le club vit bien. C’est une belle aventure humaine. Notre travail est aussi de savoir fédérer les partenaires, le public et les médias, autour de notre projet.”

Stéphane MARTINEZ (vice-président) : “Pour ceux qui pourraient avoir des doutes, je tiens à affirmer que l’on est tous dans le même projet et derrière son président, qui est Mickaël Juret. On est derrière lui et on souhaite tous aller dans la même direction, pour un objectif commun, et porter haut les valeurs du club des Ducs d’Angers. Il faut que les gens sachent que l’on est tous des bénévoles et que l’on est là, avant tout, par passion pour le club et le hockey, et non dans un intérêt personnel. Comme le disait Mickaël, on a des objectifs communs et nous prenons des décisions de façon collective. Personne n’est là pour prendre la place de président à Mickaël. Il est le président du club et on se pliera à lui et à ses décisions.”

Mickaël, que pouvez-vous, nous dire sur votre recrutement ?

“Concernant la partie sportive, nous nous sommes fait une feuille de route.  Le recrutement s’est effectué très tôt, avec les différents joueurs que nous avions ciblés. D’ailleurs c’est la première année, où nous allons avoir une équipe similaire à la feuille de route souhaitée. Il a fallu réagir très vite et cela 24h/24, en composant avec des décalages horaires, dans les différents pays. Avec le staff, les membres du CA et moi-même, nous nous sommes investis à 100%. Je pense que cela a fait la différence.”

Quels ont été vos arguments pour attirer vos nouvelles recrues et parlez-nous de votre effectif, version 2017/2018 ?

“Je pense que l’attractivité de notre projet a fait la différence. Nous mettons aussi en avant l’ambiance familiale du club, la qualité de vie à Angers pour la famille. C’est un travail de plus d’un et demi. Et puis, même si certains disent que notre patinoire est vétuste, je peux vous dire, a contrario, qu’elle est charismatique ! C’est un argument que nous mettons aussi en avant. Chaque joueur va apporter sa touche à notre projet sportif. Par exemple, Clément Masson va nous apporter son habileté, tant recherchée. Il a aussi une vraie rapidité d’exécution. Et puis, qui peut se targuer d’avoir dans son effectif, cette saison, trois des douze capitaines de la saison dernière en Ligue Magnus, avec Patrick Coulombe (ex Rouen), Clément Masson (ex Chamonix-Morzine) et Julien Albert (actuel capitaine des Ducs d’Angers). Ajouté à cela, nous aurons des joueurs cadres comme Florian Hardy, Gary Levêque, ou encore Danick Bouchard. Ce sont des joueurs qui ont une hygiène de vie et sportive, bien structurées. On a vraiment voulu avoir des joueurs concernés par le championnat. Cette saison, en matière de gabarit, on sera peut-être un plus petit en taille, mais plus expérimenté. En nombre de joueurs, cela va rester stable, avec sept arrivées et sept départs. L’équipe va être d’une homogénéité vers le haut. On a gardé nos bons éléments, en y ajoutant des joueurs qui pourront nous apporter une plus-value. On est encore attentif au marché des transferts, car nous avons la possibilité de recruter jusqu’au 15 Décembre 2017. On travaille aussi sur la saison prochaine. Il n’y a pas un jour, où l’on ne pense pas au recrutement.”

Parlez-nous de la masse salariale ?

“Cette saison et actuellement (sous réserve d’une négociation avec un joueur) , elle sera moins importante que les saisons précédentes, même si l’on peut prévoir une fluctuation de 8%.”

Expliquez-nous le choix d’avoir recruté l’entraîneur Brennan Sonne ?

“Brennan Sonne, nous arrive du club d’Everett Silvertips (États-Unis), où il était assistant-coach. Il sort d’une saison difficile avec son club. Au départ, nous souhaitions garder Jean-François Jodoin, mais pour des raisons familiales, il a souhaité nous quitter. Peut-être qu’il a fait une erreur sur le jugement du niveau de l’équipe sportive. Au départ, nous avions trois pistes (Finlandaise, Suisse et Française). Puis, nous avons ressorti deux candidatures. Concernant Brennan Sonne, on a tout posé sur la table et nous avons tranché. Ce que je peux dire à son sujet, c’est qu’après les trente premiers jours de la reprise de la saison, je suis enchanté et très content de son arrivée. Il est indépendant dans son management et pour le moment, je trouve qu’il travaille bien, même si les résultats ne sont pas encore présents. Je n’ai aucun doute sur ses compétences. De toute façon, tout le monde sait, que je suis très présent dans le club et que nous serons là, pour l’aider si besoin. Je suis satisfait de l’énergie qu’il donne à son équipe, dans les systèmes, la précision du jeu et l’ambiance qu’il instaure. Pour ma part, j’aime lorsqu’un entraîneur aborde le hockey sur glace, de manière scientifique. Il a instauré un système de jeu plus offensif, tourné vers l’avant, ce qui va donner un jeu plus spectaculaire. D’ailleurs, c’était aussi un critère dans le recrutement du nouvel entraîneur.”

Donnez-nous votre avis, sur le nouveau centre de formation ?

“Le nouveau centre de formation a été un vrai travail. Il était important d’y associer la structure professionnelle des Ducs d’Angers, dans ce projet. L’idée sera que la société anonyme des Ducs d’Angers récupère le centre de formation, à court terme. Pour ma part, je suis content que ce projet ait vu le jour. C’est une bonne évolution pour le hockey sur glace à Angers. On va travailler en relation entre les deux identités, professionnelles et amateur (AHCA). Angers doit s’insérer comme une place force du hockey sur glace, sur le plan national. Et puis, il est toujours valorisant d’avoir dans son effectif professionnel, des joueurs issus de la formation locale. Actuellement, huit joueurs sur vingt-trois ont vécu un moment de formation à Angers.”

Pour finir, expliquez-nous le choix, du nouveau logo ?

“L’ancien logo datait de 1991 et nous souhaitions le faire évoluer, de façon plus moderne. Pour nous, cela devait se faire en prolongement de la nouvelle structuration du club, en société anonyme. Je pense que c’était le bon moment. Il ne fera jamais l’unanimité, mais je pense qu’avec le temps, les gens vont l’apprécier.”

 

Maillot Ducs Angers (2017-2018)

Le nouveau maillot des Ducs d’Angers, version 2017/2018.