Au total, ce sont 36 arbitres, 69 arbitres assistants et 24 arbitres assistants vidéo qui ont été sélectionnés en collaboration avec les six confédérations, sur la base de leur qualité et de leurs performances constatées à l’occasion de compétitions de la FIFA, mais aussi d’autres tournois nationaux et internationaux, disputés au cours des dernières années.

« Comme d’habitude, le principal critère ayant guidé notre sélection a été la qualité. Notre sélection correspond tout simplement à ce qui se fait de mieux en matière d’arbitrage dans le monde. Si la Coupe du Monde 2018 a été un franc succès, c’est en partie grâce à la qualité de l’arbitrage, que nous voulons encore meilleure à l’occasion de la compétition au Qatar », a indiqué Pierluigi Collina, président de la Commission des Arbitres.

En 2019, lors du lancement du projet « En route pour Qatar 2022 », la liste des prétendants comptait non moins de 50 trios, qui se sont tous soumis à une préparation intensive. Cette dernière s’est d’ailleurs avérée bien plus compliquée que prévu, de nombreuses activités en présentiel ayant dû être annulées pendant un certain temps en raison de la pandémie.

« Le Covid-19 a perturbé la tenue de nos activités, surtout en 2020 et début 2021. Heureusement, le coup d’envoi de la Coupe du Monde était encore loin, ce qui nous a laissé le temps nécessaire pour bien préparer les candidats. Si nous avons décidé de publier la liste autant en avance, c’est que nous souhaitons désormais renforcer la préparation des arbitres sélectionnés. Au lieu de se reposer sur leurs lauriers, ils doivent continuer de travailler dur afin d’être prêts pour la Coupe du Monde », a expliqué Collina.

Massimo Busacca, directeur de la sous-division de l’Arbitrage de la FIFA, a assuré que tous bénéficieraient du soutien adéquat de la part de la FIFA pour les préparer au mieux.

Il a en outre expliqué que « grâce à un programme de suivi et de soutien innovant, tous les arbitres seront supervisés encore plus étroitement que lors des années précédentes par les instructeurs d’arbitres FIFA. Il s’agit d’une évolution clé dont nous devrions tirer beaucoup de bénéfices lors de la compétition. Des programmes individuels portant sur la santé et la condition physique vont notamment être mis en place. Dans le cadre du suivi prévu au cours des prochains mois, nous effectuerons peu avant la compétition une évaluation finale portant sur des aspects techniques, physiques et médicaux afin de nous assurer que tous les arbitres soient fin prêts. »

Au début de l’été, les arbitres sélectionnés participeront à des séminaires à Asunción, Madrid et Doha dans le cadre desquels ils examineront des séquences de match. Ils prendront également part à des sessions de formation pratique filmées avec des joueurs, ce qui permettra aux instructeurs de leur fournir des conseils immédiats.

La préparation portera sur la protection des joueurs et l’image du football, la cohérence, l’uniformité, la lecture du jeu d’un point de vue technique et tactique, ainsi que la compréhension des caractéristiques des équipes et des joueurs. Il y aura forcément des erreurs, mais nous allons tout faire pour qu’il y en ait le moins possible », a conclu Busacca.

L’assistance vidéo à l’arbitrage a été utilisée pour la première fois en Coupe du Monde de la FIFA lors de l’édition 2018, en Russie. En 2022, c’est une équipe de 24 arbitres « vidéo » qui va soutenir, si nécessaire, ses collègues sur le terrain par le biais de divers outils technologiques. En raison du nombre restreint d’associations membres de la FIFA qui se servaient de l’assistance vidéo à l’arbitrage à l’époque, la grande majorité des arbitres assistants vidéo présents en Russie étaient européens ou sud-américains. Aujourd’hui, comme la technologie est mise en œuvre dans toutes les grandes compétitions du monde, le contingent des arbitres « vidéo » qui se rendra au Qatar sera composé de représentants de toutes les confédérations.

Pour la première fois de l’histoire de la Coupe du Monde de la FIFA, trois arbitres et trois arbitres assistantes ont été désignées par la Commission des Arbitres de la FIFA.

« Nous sommes ravis de compter la Française Stéphanie Frappart, la Rwandaise Salima Mukansanga et la Japonaise Yoshimi Yamashita, ainsi que la Brésilienne Neuza Back, la Mexicaine Karen Díaz Medina et l’Américaine Kathryn Nesbitt dans le contingent d’arbitres qui officiera lors de la Coupe du Monde de la FIFA, une première dans l’histoire de la compétition. Leur désignation est le résultat d’un long processus entamé il y a plusieurs années, qui a commencé par la nomination d’arbitres femmes pour certaines compétitions masculines seniors et de jeunes de la FIFA. Nous souhaitons ainsi démontrer que la qualité de l’arbitrage n’a rien à voir avec le genre. J’espère qu’à l’avenir, la présence d’arbitres femmes lors de compétitions masculines de haut niveau sera considérée comme la règle plutôt que l’exception. Les arbitres retenues méritent de figurer dans la liste pour la Coupe du Monde de la FIFA™ car elles enchaînent depuis plusieurs années les prestations de haut vol. C’est cela qui compte pour nous », a indiqué Pierluigi Collina, le président de la Commission des Arbitres.

Liste des arbitres sélectionnés pour la Coupe du Monde de la FIFA 2022 Qatar™

 

Cet article a été lu 150 fois.