Rencontre avec Beriche LOUZOLO, le responsable des seniors à l’AS Angers Lac de Maine. Les Angevins ont réalisé une belle saison, en terminant à la deuxième place de leur groupe du championnat Départemental 1, à seulement trois points de Mazières-en-Mauges. Malheureusement, ils ne parviendront pas à terminer leur saison en beauté grâce à la coupe. En effet, ils seront éliminés, dès les seizièmes de finale du Challenge de l’Anjou, par l’Olympique Saumur (c). Beriche LOUZOLO reviendra donc sur cette saison et sur ce qu’il aura pensé de son effectif, puis il terminera par évoquer son départ.

Bonjour Beriche, pour commencer, vous finissez à la deuxième place du championnat de Départemental 1, était-ce espéré en début de saison ?

Pour être honnête, je dirais que non, en tout cas pour le club. Pour vous remettre dans le contexte, je suis au club depuis 2016 et on a toujours joué le maintien. Donc pour le club, non, mais pour les joueurs et moi, oui.”

Donc, vous êtes plutôt satisfait de cette saison ?

La saison se termine bien avec cette montée, même si on a terminé à la deuxième place. Et justement, je pense que l’on aurait pu mieux faire, parce que l’on a concédé six défaites durant la saison en championnat, ce qui reste beaucoup. Le petit regret, entre guillemets, que l’on peut avoir, c’est de ne pas avoir terminé premier, car on pouvait le faire au vu de la qualité des joueurs.”

Et que pensez-vous de votre effectif ?

C’est une équipe assez jeune, mais qui a beaucoup d’expérience. On a, je crois, que quatre joueurs qui ont la trentaine et qui ont joué en équipe première. La marge de progression est donc importante.”

La saison prochaine, vous ne serez plus l’entraîneur de l’AS Angers Lac de Maine, quelles sont les raisons de votre départ ?

Je pense que je vais m’arrêter au moins un an, cela représente un choix personnel et une forme d’usure. Ensuite, je quitte mes joueurs et le club sur une très bonne saison, en atteignant les objectifs que l’on s’était fixés entre nous. Je ne m’en fais pas pour eux, car je sais qu’ils pourront s’en sortir sans moi.”

 

Cet article a été lu 183 fois.