Revanchards après leurs deux défaites en championnat face à Beaucouzé, les Segréens se sont montrés plus entreprenants, ce dimanche, pour aller chercher leur ticket pour la finale de Coupe de l’Anjou.

Il faisait chaud, très chaud, ce dimanche après-midi, mais cela n’a pas empêché le public de se masser autour du stade Jacques Aubineau pour regarder Beaucouzé et Segré se disputer une place en finale. Le championnat terminé en beauté par Beaucouzé, la Coupe ne représentait plus qu’un bonus pour les locaux. En revanche, elle représentait encore un véritable objectif pour les visiteurs qui n’ont réalisé qu’une saison en demi-teinte. Vu sous cet angle, on pouvait penser que ce serait ces derniers qui rentreraient dans le match avec le plus d’envie et de hargne. Mais finalement, les hommes de Bruno Lahay décidaient de laisser la maîtrise du ballon aux adversaires et optaient pour le choix de procéder en contre. Serein, Beaucouzé posait le pied sur le ballon et s’organisait en s’efforçant de relancer court et de chercher les intervalles au milieu. Mais les Segréens leur tombaient dessus dès la ligne médiane franchie. Sans solution, les Beaucouzéens s’en remettaient au jeu long, mais se fracassaient sur une défense très sérieuse, bien en place et hermétique. Segré pouvait alors vite se projeter vers l’avant pour tenter de surprendre son adversaire. Une tactique payante dès la 17ème minute, Mathieu Brossier lobait d’en dehors de la surface (et d’un joli ciseau acrobatique s’il vous plaît !) le portier beaucouzéen (0-1, 17ème).

A partir de là, les locaux ont tenté de réagir en mettant un peu plus de vitesse et d’engagement dans sa construction, mais là encore, on avait du mal à trouver de bons enchaînements et de belles combinaisons. Un peu esseulé en pointe, Alexis Poissonneau se démenait, mais ne pouvait pas prendre tous les longs ballons que sa défense centrale lui envoyait. Beaucouzé avait le ballon, mais la possession restait stérile. Tant et si bien qu’elle se fit punir de nouveau juste avant la mi-temps, un centre repoussé dans l’axe permettait à Aimeric Gilbert de décocher une reprise de volée que Clément Lasseul détournait quelque peu et qui terminait sa course dans le petit filet (0-2, 44ème). Segré ne pouvait pas rêver d’une meilleure première période : sans être inquiété par son vis-à-vis grâce à une défense attentive, elle a pu doubler la mise juste avant la pause en étant ultra-efficace en attaque. 

De retour du vestiaire, Beaucouzé se devait d’élever son niveau et de proposer plus de choses offensivement. Les efforts se font alors tout de suite ressentir et Segré commençait à souffrir. Les automatismes semblaient revenir quand Steven Simon adressait un amour de centre à A. Poissonneau qui décroisait bien sa tête trompant au passage le gardien segréen (1-2, 54ème). Segré persévérait dans sa stratégie, mais Brossier ratait le coche (60ème) et Beaucouzé était tout proche d’égaliser sur un nouveau centre venu de la droite, que reprenait Aiman Bani. Baptiste Allaire sortait la tentative d’une très jolie verticale (62ème). Clairement dans leur temps fort, les locaux poussent, mais manquent un peu de réussite face au but, Lucas Sechet trouvait la barre transversale (67ème), mais rien n’y faisait, Beaucouzé courait encore après le score. Bien obligés de se découvrir en défense pour aller marquer, les Beaucouzéens offraient de l’espace en contre à Segré et tergiversaient plusieurs fois dans la relance. Une faille que M. Brossier exploitait pour redonner deux buts d’avance à son équipe, d’un subtil pointu dans le petit filet (1-3, 74ème). Le scénario se compliquait pour Beaucouzé qui, même en réduisant la marque à cinq minutes de la fin par Corentin Barreteau (2-3, 85ème), ne pouvait plus faire plier le verrou segréen et espérer arracher une séance de tirs au but.

Demi-finale de la Coupe de l’Anjou.

SC Beaucouzé – ES Segré : 2-3

Buts : A. Poissonneau (54ème) et C. Barreteau (85ème) pour Beaucouzé ; M. Brossier (17ème et 74ème) et A. Gilbert pour l’ES Segré. 

Les réactions d’après-match :

Lionel DUARTE (entraîneur du SC Beaucouzé) : “Étant donné que l’on jouait contre une équipe bien regroupée, qui n’attendait qu’une erreur de notre part, on ne peut pas se permettre de faire autant d’erreurs. Il faut les féliciter parce qu’ils ont été redoutables dans l’efficacité. C’est vraiment dommage parce que sur ce match, je pense qu’il y avait la place. On a été patients en première mi-temps, on les a fait travailler latéralement, mais malheureusement, on a couru derrière le score un peu trop vite. Et peut-être que l’on a sauté des étapes à certains moments, mais dans l’ensemble, c’était quand même bien emmené. La réaction de la deuxième mi-temps est très bonne, on revient à 2-1, mais on fait encore une erreur sur le troisième but. Avec la blessure de K. Chaveneau en défense, l’équilibre de l’équipe a totalement changé et on a eu du mal à partir de là. Le seul point positif, c’est que l’on est en vacances (sourire)…”

Bruno LAHAY (entraîneur de l’ES Segré) : “On est contents, on avait décidé de laisser le ballon à Beaucouzé. Cela fait trois matchs cette année où l’on avait le ballon, des occasions, on était dangereux et à chaque fois, on s’est fait prendre en contre parce que c’est très fort chez eux devant. Aujourd’hui, ce n’était peut-être pas très beau, mais cela a bien fonctionné. Nos garçons d’expérience ont su très bien faire, ils aiment ce genre de jeu où il faut être rigoureux. On a eu un petit moment de moins bien, peut-être la faute à quelques joueurs qui reviennent de blessure, mais nos changements nous ont faits énormément de bien. Ensuite, Beaucouzé touche la barre, s’ils la mettent dedans, je pense que l’on aurait beaucoup souffert, mais bon cela fait du bien ! Maintenant, on va attendre quinze jours, c’est peut-être cela le plus pénible.”

Cet article a été lu 3005 fois.