À quelques semaines du lancement de la coupe du monde de football, Santé publique France lance une campagne de prévention sur les risques liés aux paris sportifs. L’objectif est de réduire les usages excessifs et nocifs chez certains parieurs et d’améliorer la connaissance des risques, notamment auprès des jeunes.

Santé publique France lance pour la première fois une campagne de prévention sur les risques liés aux paris sportifs. Intitulée « Parier, c’est pas rien », cette campagne a pour objectif de diminuer le nombre de parieurs qui se mettent en danger à cause d’un usage excessif et d’améliorer la connaissance des risques liés aux paris sportifs, notamment auprès des jeunes. En effet, 72 % des parieurs ont entre 18 et 35 ans (près de 50 % entre 18 et 25 ans) d’après les enquêtes Baromètre santé de Santé publique France de 2014 et 2019.

Les paris sportifs sont particulièrement addictifs et peuvent avoir des conséquences graves sur la santé, la situation sociale et financière des joueurs et de leur entourage. Les impacts liés à une pratique problématique sont réels : surendettement, problèmes familiaux, isolement social, troubles anxieux et suicide dans les cas les plus graves.

La campagne “Parier, ce n’est pas rien”, diffusée du 17 octobre au 22 novembre 2022 sensibilise les joueurs et leur entourage aux risques liés à une pratique problématique et oriente vers le dispositif d’écoute et d’aide à distance Joueurs info service.

Présentation de la campagne.

La campagne “Parier, c’est pas rien : les risques des paris sportifs” a pour but de défaire les idées reçues sur les paris sportifs à travers une « émission débat » diffusée dans une série de vidéos et de témoignages audio dans laquelle Mohamed Bouhafsi, journaliste et chroniqueur, et Laurent Karila, addictologue, interrogés par le comédien Fred Testot, décryptent les mécanismes des paris sportifs et leurs risques. Plusieurs thématiques sont abordées au cours de l’émission-débat : poids des opérateurs de jeux et leurs techniques marketing, caractère addictif des paris sportifs, ainsi que les mécanismes et les conséquences de l’addiction.

 

Cet article a été lu 44 fois.