Cholet Basket revient de loin, relégable à la pause hivernale, puis finalement huitième de la saison régulière, les Choletais ont été à deux doigts de faire tomber l’ogre Villeurbannais, en quart de finale de play-offs. Zoom sur la saison Choletaise avec ses moments forts et faibles, ainsi que sur sa manière de rebondir exceptionnelle dans la deuxième partie de la saison. 

Au début de la saison, on avait appris que Cholet allait se séparer d’Erman KUNTER après dix saisons au club, où tout ne se passait plus très bien, ces dernières années, sur le plan sportif. Cela s’est fait au profit de Laurent VILA, l’ex-entraîneur de l’Élan Béarnais. Cette première information a marqué la volonté de CB de se reconstruire entièrement.

Le nouvel entraîneur a eu la chance de garder dans son équipe six joueurs, mais il a dû s’activer sur le marché des transferts, notamment à la mène. On apprend alors l’arrivée de Dominic Artis, un meneur, renfort de taille. S’en suit le retour de Peter Jok, l’arrivée de Dj Hogg et Meeks, ce qui annonce que du positif. D’ailleurs, CB conclut sa présaison par une victoire lors du Trophée Aviva en s’imposant notamment face au Mans et à Orléans.

Mais le début de saison est très difficile en championnat, l’effectif paraît trop restreint et à l’exemple d’un Nathan de Sousa, un manque d’expérience se fait ressentir dans des fins de matchs chaudes, souvent perdues de peu. CB se retrouve alors dernier avec un bilan de trois victoires pour dix défaites. Incapable de battre leurs concurrents directs au maintien, on craint alors le pire. Quand soudain, à la fin de l’année 2021, deux renforts principaux arrivent, le premier s’appelle OD Anusike, un intérieur venu tout droit du Mexique, et le second TJ Campbell se trouve être la pioche parfaite, un meneur libéré de tout contrat en Turquie pour des problèmes financiers. À eux alors de prouver !

À la fin du mois de janvier, Cholet va mieux et est monté à huit victoires, mais on parle toujours d’une lutte pour le maintien. La dernière phase va alors débuter, c’est alors que s’effectue la montée en puissance de tout un effectif, les objectifs changent et l’équipe du Maine-et-Loire rêve plus grand. Comme le dit Dominic Artis, à onze matchs de la fin, il faudra en gagner sept pour espérer atteindre les play-offs. La mission est alors fixée. CB enchaîne jusqu’à un match crucial, ce mardi 17 mai à La Meilleraie, une victoire est obligatoire face aux géants Monégasques de Mike James, pour rejoindre les play-offs. Et c’est à l’image de leur saison, dans le combat, l’intensité et toujours soutenu que Cholet s’impose. Le miracle est finalement arrivé et dix ans après, Cholet accède aux play-offs.

On a même cru que le miracle allait s’éterniser. CB affrontait alors l’ASVEL, double champion de France en titre, aux meilleurs des trois matchs. Et après avoir mené une victoire à zéro, Cholet n’a pas pu résister, au point de finalement perdre ce quart de finale. Yoan Makoundou et les siens s’en veulent sûrement, mais ils auront réussi à faire vibrer toute une ville. Ils peuvent être fiers de leur parcours et de leur saison. On souhaite d’ailleurs une bonne chance à Yoan Makoundou, auteur d’une fin de saison folle, qui se présentera à la Draft NBA 2022. L’enfant de l’Académie Gautier aura su rendre à Cholet Basket tout ce qui lui a été apporté. Il vient d’ailleurs d’être sélectionné en Équipe de France.

Cholet monte actuellement un dossier pour participer à l’Eurocup, la saison prochaine, après la force de caractère montré cette saison, on espère que tout cela sera concluant.

 

 

Cet article a été lu 74 fois.