La troisième et dernière journée des championnats de France Elite 2016 a offert pléthore de résultats de très haut vol, à l’image de Renaud Lavillenie à la perche ou Dimitri Bascou sur les haies. Devant un public très nombreux et connaisseur, plusieurs athlètes en ont profité pour réaliser les niveaux de performance requis pour les championnats internationaux, à tel point que les choix à venir des sélectionneurs pourraient être cornéliens.

Les moments forts de cette troisième journée de compétition :

Le perchiste français Renaud Lavillenie a signé la meilleur performance mondiale de l’année, à Angers, avec un saut à 5,95 m.

Wilhem Belocian et Aurel Manga ont profité de la dynamique impulsée par Dimitri Bascou pour réaliser tous les deux le niveau de performance requis pour les Jeux olympiques : 13’’30 pour le Guadeloupéen du Stade Lamentin et 13’’33 pour le Montreuillois.

Restait à ajouter Pascal Martinot lagarde à cette constellation d’étoiles pour la finale, et rassembler ainsi les quatre prétendants aux trois tickets pour les championnats d’Europe et les Jeux olympiques. Le tout dans le même décor que celui qui avait servi à Ladji Doucouré pour établir son record de France en 12’’97 en 2005. L’explication fut à la hauteur des attentes. Dommage que le vent un peu trop favorable (+2,1) ait privé Dimitri Bascou, souverain de bout en bout, d’un nouveau record personnel en 13’’05.

Dans la foulée de Bascou, sacré pour la quatrième fois en plein air, Pascal Martinot-Lagarde (ES Montgeron) a fauté sur la septième haies, là où les autres prétendants ont serré les vis. Une erreur suivie d’une fin en roue libre, pour une sixième place en 13’’73. Assez loin de Wilhem Belocian, chronométré en 13’’15, et Aurel Manga, bronzé en 13’’33.

Jusqu’au troisième essai, Jeanine Assani Issouf a été à la peine. Rattrapée par la pression, celle qui n’avait jamais remporté jusqu’à aujourd’hui un titre élite en plein air a finalement trouvé le déclic grâce à sa quatrième tentative à 14,40 m (+1,1m/s). Une performance synonyme de record personnel, qui lui permet de devenir la neuvième meilleure performeuse mondiale de l’année.

Sur 5000 m marche, Kevin Campion et Yohann Diniz, qui naviguait au deuxième couloir de l’anneau angevin depuis un bon moment, a arrêté les frais. Le premier kilomètre du 5000 m marche avait à peine été bouclé que le Rémois quittait la course, à la surprise générale. Quelques minutes plus tard, en voyant le recordman du monde du 50 km cracher ses poumons sous la tente placée à côté de la ligne d’arrivée, on comprenait mieux son abandon, dû à des problèmes respiratoires. Kevin Campion (AFA Feyzin-Vénissieux) a fait le plein de confiance, en s’imposant en solitaire en 18’59’’46.

Aymeric Lusine (Entente Poitiers Athlé 86) ne devait pas participer à la finale du 800 m. Éliminé en séries, le Poitevin a dû son repêchage au forfait de Pierre-Ambroise Bosse, fiévreux, il accroche sa première couronne nationale, en 1’51’’19.

Mahiedine Mekhissi, le néo-licencié au Stade Sottevillais a joué la prudence, en restant sagement calé dans le groupe de tête en début de 3000 m steeple, avant de faire parler un finish retrouvé. Suite à son dernier tour bouclé en 58’’ (pour un chrono final de 8’29’’01).

Alexandra Tavernier a connu plus de frayeurs dans le concours de marteau. Elle a finalement plié l’affaire au cinquième essai avec 66,73 m. Son compère Jérôme Bortoluzzi a, pour sa part, tué tout suspens dès le deuxième jet, mesuré à 72,81 m.

Thomas Jordier, jeune papa, a affiché une belle maîtrise sur le 400 m, en finissant fort dans la dernière ligne droite, avant de couper la ligne en 45’’72.

Floria Gueï (Entente Sud Lyonnais) n’avait pas d’adversaire à sa mesure sur la même distance, et sa performance de 51’’21 traduisait bien l’écart sur ses dauphines.

Jimmy Vicaut, fatigué par l’enchaînement des courses, n’a pas réalisé le niveau de performance requis sur 200 m pour les Jeux olympiques de Rio. Mais il s’est néanmoins offert un premier doublé aux Élite, en coupant la ligne d’arrivée en 20’’62 après sa démonstration de la veille sur la ligne droite. Jennifer Galais a glané l’or dans la version féminine à la faveur d’un chrono de 23’’36, en faisant parler son expérience.

Elodie Normand (Sco Sainte-Marguerite Marseille) a conservé son titre sur 1500 m en 4’13’’39, faisant la différence dans le dernier tour.

En saut en hauteur, Mickaël Hanany a ajouté une dixième couronne à sa collection, mais avait dû mal à s’en satisfaire. Avec 2,21 m, le sociétaire de l’EFCVO est resté à bonne distance du niveau de performance pour Rio qu’il convoitait.

En saut en longueur, Jean-Pierre Bertrand (Nantes Métropole Athlétisme) a confirmé que 2016 était bien l’année de son éclosion. Avec 8,01 m.

Cet article a été lu 1899 fois.