Cet article a été lu 125 fois.

Aujourd’hui, je retrouve Martin MOREAU. Il m’a donné rendez-vous dans un bar pour m’accorder un magnifique entretien. Cet ancien joueur professionnel d’Angers Basket Club, vous partage son parcours et ses souvenirs avec son club de cœur, désormais appelé, Étoile Angers Basket.

Parcours Professionnel :

  • Bruay-La-Buissière (depuis 2017)
  • Maubeuge (2015-2017)
  • La Roche sur Yon (2014-2015)
  • St-Fulgent (2013-2014)
  • Recy St-Martin (2012-2013)
  • St-Fulgent (2011-2012)
  • Angers (2008-2011)

Bonjour Martin, pouvez-vous vous présenter afin que l’on vous connaisse davantage ?

« Bonjour, je m’appelle Martin MOREAU, j’ai 28 ans, je fais 1m84, et je suis basketteur professionnel dans le club de Bruay la Buissière en Nationale 3 (Hauts-de-France), au poste de meneur de jeu. Pour me décrire sur le terrain, je suis au service du collectif en tant qu’organisateur du jeu. Je joue très peu pour moi. » 

Comment se déroule le championnat avec votre club ? Et quels sont les objectifs de fin de saison ?

« Lorsque je suis venu à Bruay la Buissière, l’équipe avait pour objectif de jouer la montée en Nationale 2. Aujourd’hui, nous sommes cinquième de notre poule avec cinq défaites en onze matchs. On aimerait accrocher la deuxième place pour pouvoir tenir notre objectif. Même si cela reste difficile, nous ne lâcherons rien. » 

Auparavant vous jouiez à Angers Basket Club, désormais Etoile Angers Basket. Comment se sont passées vos années en Anjou ?

« Angers m’a permis de progresser. Même si je n’ai pas forcément eu beaucoup de temps de jeu, j’ai pu m’entraîner avec de bons joueurs de Nationale 1, comme Aurélien RIGAUX et Jean-Baptiste MACE (Brissac Anjou Basket), ou Thibault LONZIEME (Étoile Angers Basket), qui est un ami. Cela m’a permis de me confronter aux meilleurs et de voir quelles étaient les exigences du haut niveau. A dix-huit/dix-neuf ans, je débutais dans le milieu professionnel avec ce club, et j’ai vu que je pouvais durement m’entraîner sans pour autant jouer le week-end. Je pense que je n’étais pas prêt mentalement pour acquérir une place importante dans l’équipe. Néanmoins cela m’a amené une exposition intéressante envers les autres clubs. C’est toujours important d’avoir un club comme celui-ci sur un CV. »

L’Étoile Angers Basket est donc un bon club formateur pour les jeunes talents ?   

« Absolument ! Il y a de très bons entraîneurs et une superbe formation. L’Étoile Angers Basket est mon club formateur et mon équipe de cœur. »

Quel est ton plus beau souvenir avec le club angevin ?

« Mon plus beau souvenir est un match de derby entre l’Etoile Angers Saint-Leonard et Angers Basket Club à la salle Jean BOUIN. Pour la première fois, je jouais devant un public incroyablement nombreux. Dès l’échauffement la salle était presque remplie, on pouvait entendre la fanfare et l’ambiance magique que nous donnaient les supporters. Je n’ai connu cela nulle part ailleurs. Lorsque que tu es jeune, jouer devant plus de deux mille personnes est vraiment impressionnant ! »

Vous revenez souvent sur Angers, mais cette fois-ci pour une raison différente. Pouvez-vous nous en parler ?

« En effet, j’ai décidé de créer un camp de Basketball ouvert à de multiples catégories (Minimes, Poussins, Benjamins, Cadets…), sur tout le canton Thouarcéen. Ce camp a pour but de créer une dynamique de cohésion, de transmettre aux jeunes la passion que j’ai de jouer au Basketball, et de passer tout simplement, une superbe semaine avec eux. Cette idée vient d’une expérience que j’ai eu la chance de réaliser grâce à Aymeric JEANNEAU, qui à lancé depuis quelques années son camp de basket en Vendée. Cela m’a vraiment donné envie de me lancer à mon tour (https://www.facebook.com/Bellevigneenlayon/).

Pour terminer après nous avoir expliqué votre beau projet, que pouvons-nous vous souhaiter pour cette année 2018 ?

« Une nouvelle voiture ! (rires) Vous pouvez me souhaiter une bonne saison et de bons résultats avec mon équipe de Bruay La Buissière, une meilleure saison individuelle car en ce moment je suis un peu à la peine, et enfin que mon camp ait du succès ! » 

Capture